• Gakuen Alice RPG •


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Hetalia - forum RPG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kaori A. Rozen
Chef suprême \o/
Panda abandonné. /sob
Chef suprême \o/ Panda abandonné. /sob
avatar

Féminin Nombre de messages : 1835
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Alice des Miroirs
Commentaire:

MessageSujet: Hetalia - forum RPG Jeu 18 Mar - 19:31


Rejouez l'histoire à votre sauce~
Présentation par Lyly & So'

{& Hetalia: Réunions au Sommet et Conflits Internationaux


Axis Powers Hetalia, ou encore Hetalia Axis Powers, ou Hetalia tout court ou même APH pour les gros flemmards, est un webcomic.
C'est à dire, un manga, certes, mais qui parait sur internet seulement. Alors ce terme n'est plus tout à fait exact étant donné qu'il y a eu des volumes reliés, mais seulement au Japon et ne comprenant pas toute la série, donc on va laisser ça de côté.

Relatant l'Histoire, il se penche surtout sur la seconde guerre mondiale, d'où le titre "Axis Power" faisant référence à l'Axe Rome-Berlin-Tokyo. Les pays sont anthropomorphisés, autrement dit ils ont une forme humaine. Il met en oeuvre les évènements de façon humoristique (ainsi quand l'Autriche conquiert l'Italie, celle-ci travaille comme servante dans une singulière reprise de Cendrillon), et joue sur des stéréotypes et caricatures de chaque pays (l'Italie voue un culte aux pâtes, la France répand l'amour, les Etats-Unis se prennent pour les justiciers de ce monde... Comment çà le dernier point n'est pas exagéré ?).

L'autre particularité de ce webcomic, c'est son ton. On pourrait s'attendre à ce qu'un manga qui a pour sujet l'Histoire soit sérieux. Mais en réalité...pas vraiment. Même pas du tout.
Dans Hetalia, et heureusement, tout est dans le second degré. Les pays sont des clichés sur pattes, et c'est bien normal ! Et je dirais même que c'est ça qui fait une grande partie du charme de la série, d'ailleurs.

Découvrir la Série:


->L'INDEX.. Comment ce site est-il organisé ? Vous avez en haut "main storyline", que je vous conseille de lire en premier, ensuite vous avez les chapitres, sur la droite, les extras sur la gauche, et les "diary" plus à droite.

Là vous faites comme vous voulez, ce sont tous des extras à la série, qui en fait...sont l'essentiel de l'histoire ! Disons que Hetalia, a la particularité de ne pas avoir d'histoire réellement chronologique, ça marche par petites anecdotes ! ^^

->LE WIKIA, qui est drôlement bien fait, avec plein d'anecdotes sur les personnages ! (allez vraiment y faire un tour!)

Sachez également qu'il existe un anime reprenant les strips, très utile pour les novices !


Contexte: Entre Pleurs et Rires &}


Précision: Vous n'êtes pas obligés de suivre cette ligne directoire, en effet, Hetalia couvre toute l'Histoire, vous n'êtes donc pas obligés de jouer durant la Seconde Guerre Mondiale.


♦• Septembre 1939 •♦



- Je demande réparation des dégâts causés sur mon pays. Ma maison s'est écroulée à cause de ce blond stupide. Et les raids aériens nuit et jour, c'est à me rendre fou !

Feliks se rejeta en arrière dans l'épais fauteuil qui s'enfonça lentement sous son poids. Arthur prit une gorgée de son thé, déposa la tasse sur sa soucoupe dans un tintement de porcelaine avant de croiser les mains, coudes sur ses genoux. A côté de lui sur le sofa, Francis semble -pour une des rares fois- intéressé par autre chose que l'envie de s'amuser avec le britannique.

- Je veux bien, commença Arthur qui n'avait qu'une seule envie, celle d'envoyer Feliks hors de sa maison. Mais répliquer à Ludwig reviendrait à déclarer une guerre. On a déjà eu tous du mal à se remettre du dernier conflit...

Le poing de Feliks s'abattit sur la table basse, faisant trembler la tasse encore emplie de thé.

- La belle excuse ! Vous êtes juste trop trouillards pour vous battre contre Ludwig. Vous êtes prêts à vous pisser dans le froc.
- Pardon ?!


Arthur s'était levé de son siège, poings serrés. Le rouge de la fureur avait empourpré son visage qui se trouvait à quelques centimètres de celui de Feliks, tout aussi décidé de régler le différend par la violence. Il était temps que l'arbitre agisse avant que le conflit ne finisse en bain de sang. Le polonais et le britannique stoppèrent net quand Francis frappa la cuillère contre la tasse de thé. Certain d'avoir attiré l'attention, le français engagea les compromis.

•••

Ainsi la guerre fut déclarée à Ludwig qui ne broncha pas en lisant la missive. Il se contenta de rouler la feuille en boule et de la lancer devant lui. Alors que la sphère s'élançait dans les airs, une balle la traversa de part en part, l'envoyant chuter peu gracieusement. L'allemand n'a nullement besoin de se retourner pour savoir qui est responsable de cet acte.

La voix d'Ivan se fait entendre quelques pas dans son dos, une voix proche de l'émerveillement d'un enfant.

- Je n'ai pas perdu la main depuis le temps. Je m'amuse déjà à imaginer Arthur, criblé de plomb.

Ludwig n'est pas le seul à entendre les propos du russe. Cachés dans des fourrés à quelques pas de là, Francis et Arthur sont secoués de tremblements nerveux. Laissant échapper un rire sans joie, Francis se tourne vers son compatriote.

- Avec ou sans notre aide, de toute façon, Feliks serait tombé aux mains d'Ivan.

Arthur hocha vigoureusement la tête; plutôt la fuite que de se retrouver face à face au Russe.

♦• •♦


Depuis Ludwig a envahit d'autres pays européens, dont la Belgique qui apprécie peu la présence de l'armée à sa porte. Feliciano rejoint le combat en se nommant lui-même comme allié de Ludwig, et l'aidant à signer une armistice avec Francis. Il ne reste plus qu'Arthur pour résister aux troupes allemandes; son manoir est devenu le refuge de tous les pays soumis à Ludwig. Pour le moment, le seul espoir de stopper la guerre est de recevoir l'appui d'Alfred.



••• Camps à l'heure actuel : Alliés VS Axe

Axe : Ludwig, Feliciano, Kiku.
Alliés de l'Axe : Roderich, Elizaveta.

Grande Alliance : Arthur, Ivan, Francis, Wong.
Alliés de l'Alliance : Feliks, Matthew, Belgique, Héraclès.


Forum, Design & Contexte c) So_Yuyu & (un peu) Lyly
Hetalia c) H.Himaruya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
So_yuyu
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Hetalia - forum RPG Mar 6 Avr - 20:26

Nouvelle fiche du forum.

---


Rejouez l'histoire à votre sauce~
Présentation par Lyly & So'


{ Contexte : La mémoire d'un ancien


    " Il était une fois, notre Monde.
    Et quel Monde !
    Une perpétuelle reconstruction,
    un labyrinthe de sentiments,
    haine et amour, tristesse et tendresse
    ralliés au même étendard :
    l'Histoire. "

    Chine regarda ceux qu'ils considéraient comme ses frères et soeurs courir dans le jardin de la vaste demeure, leurs rires ricochant autour de lui, éclats de voix, éclats de vie, éclats d'un moment de présent déjà devenu passé. Le passé il le connaissait bien, étant la nation la plus ancienne qui soit, plus ancienne encore que l'illustre Empire Romain dont les Occidentaux se sentaient si fiers. Aux yeux de Yao, Rome n'avait été qu'un adolescent impétueux, bien trop pressé à vouloir jouer dans la cour des grands, voulant tout, tout de suite. Lors de leurs brèves rencontres Yao avait tâché de mettre le conquérant en garde : être une nation ne signifie pas être une divinité, l'immortalité ne leur était pas accordé. Rome ne l'avait pas écouté, continuant à brûler et détruire ce qui avait l'impudence de se dresser devant lui. Jusqu'au jour où son ennemi le plus proche lui accorde la dernière leçon qu'il avait à apprendre, la dernière à entendre : une nation partage la mortalité de son peuple.

    " Grand-frère Chine ! Grand-frère ! "

    Les vêtements poussiéreux, le regard brillant, Corée du Sud et Taïwan grimpèrent le long des jambes de leur aîné. Ce dernier écarta le service à thé – mieux valait éviter que Corée s'ébouillante encore avec le breuvage. Levant les bras, les deux enfants supplièrent d'une voix unanime.

    " Raconte-nous une histoire ! "

    Yao eut un bref soupir derrière un sourire amusé. Ah, ils aimaient entendre ces histoires qui composaient leur Histoire à tous, celui des nations et de leurs peuples. Dans son dos Chine entendit les pas mesurés et presque invisibles de son frère préféré : il savait que Kiku écouterait le récit en cachette, loin de sa fratrie turbulente – Taïwan avait tendance à lui mettre des fleurs de cerisier dans les cheveux. Hong Kong délaissa ses jouets pour rejoindre la petite communauté qui entourait la Chine.

    " Très bien, aru. Quelle histoire voulez-vous entendre ? "
    " Celle des géants du Nord qui pillent et brûlent tout sur leur passage ! "
    " Mais çà fait peur ces histoires... Moi je veux celle de la femme qui traverse les plaines à cheval. "
    " Moi celle de l'homme masqué ! "


    Chacun voulait sa part d'Histoire, une Histoire emplie d'exotisme mettant en scène des nations qu'il ne connaitrait peut-être jamais. Chine l'espérait, tant les Occidentaux l'effrayaient avec leur soif inassouvie de conquête et de guerres. C'est pour cela qui leur racontait ces histoires – n'hésitant pas des fois à accroitre la part de violence pour les mettre en garde. Tapotant chacune des petites têtes brunes, il répondit à chacune de leurs sollicitations. La nuit était encore loin à venir.

    [...]


    Chine fixa sa tasse à thé, se refusant à regarder le vide qui l'entourait. Se refusant à entendre le silence qui ployait ses épaules comme un arbre se plie sous la lourdeur de ses fruits. Le bruissement d'une aile lui fit lever les yeux. Mais personne ne courut après l'oiseau pour l'attraper, ou simplement esquisser son envol sur le papier. Personne ne viendrait lui décrire le plumage étincelant sous le soleil, ni maculer le sol de poussière et de boue.

    Il était seul.

    Une larme tomba dans le thé, se diluant dans le breuvage, goutte d'eau qui amena l'océan dans le coeur de la nation.

    " Vous mes les avez pris. Tous, aru. Vous me les avez arrachés. "

    L'Histoire n'était pas que passé, mais aussi présent. Chine se retrouvait emportée dans son cours, et loin de chercher à regagner la rive il se laissa porter. Il verrait bien ce que le futur lui amènerait.

    [...]


    Il était dorénavant avec des Occidentaux, ceux qu'il peignait comme des monstres ou des bandits dans ses récits. Les temps changeaient, l'Histoire avec. Il avait accepté cette alliance seulement parce qu'il avait senti qu'il ne pourrait pas continuer longtemps à vivre en ermite. Et il devait avouer que les Occidentaux le décevaient. Où étaient-ils les colonisateurs qui déclaraient une terre comme leur propriété seulement parce qu'ils avaient posés les pieds dessus ? Angleterre ne portait plus cette atmosphère pesante de manipulateur dont Chine avait connu les effets – l'opium l'avait détruit mieux que n'importe quelle guerre. Cela permettait donc une fine revanche, et cela sans mettre en danger l'alliance avec les autres Alliés.

    Néanmoins l'Histoire en décida autrement, et les Alliés ordonnèrent à Chine ce qu'il aurait voulu à tout prix éviter. Combattre le Japon, ce frère qui l'avait quitté en lui laissant une langue de feu sur le dos. Pourtant, il l'aimait encore ce frère. Face à ce jeune homme devenu adulte, Chine aurait voulu trouver les mots pour l'arracher à ces Occidentaux qui l'avaient enlevé. Mais à les observer avec les autres Alliés, il dut admettre qu'aucune parole n'aurait pu ramener le Japon à lui. Ce qui formait l'Axe, reliait ses trois nations disparates, ne pouvait être brisé que par la violence et les coups.

    " Ce sera donc la guerre, aru. "

    La guerre n'amena que larmes et regrets. Chine ne put que regarder cette explosion qui dévasta son frère, qui ébranla le monde qui avait déjà connu les pires atrocités qui lui avaient été donnés de voir. Le monde courait-il à sa perte ? Lui, Chine, nation la plus ancienne qui soit était-elle destinée à voir le monde s'effondrer après l'avoir vu naître ?

    Pourtant il est toujours là, dans sa demeure enfouie parmi les bambous comme dans les premiers temps de son existence. Il regarde son peuple s'accroitre, s'accrocher à la vie. Il se regarde devenir puissant, plus puissant que les Occidentaux. Mais il le sait, un jour les peuples disparaitront, les nations avec eux. Il serait le dernier à partir, et le seul à pouvoir raconter à ceux qui restent l'Histoire du monde.

{ Système du forum

    Nous savons tous que Axis Power Hetalia est surtout centré sur la Seconde guerre mondiale, mais restreindre le forum à cette unique période n'aurait pas été plaisant. Ce forum vous propose de RP à n'importe quelle époque – et pourquoi pas même d'imaginer comment un événement aurait pu changer si les choses avaient eu lieu différemment. Vous pouvez donc aussi bien mener un RP en pleine Antiquité, tout comme à l'époque contemporaine. Vous pouvez retracer les grandes étapes de l'Histoire de votre nation, de sa naissance à son apogée. Vous êtes libres sur le plan temporel, mais aussi du sujet. Batailles historiques, festivals culturels, réunions européennes... Le tout est de respecter l'Histoire et les spécificités des Nations.

    Et vous, qu'est-ce que vous attendez pour vous lancer ?


    APH RPG © So Yuyu et Lyly
    APH © H.Himaruya
    Forum crée le 12 mai 2009
Revenir en haut Aller en bas

Hetalia - forum RPG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Gakuen Alice RPG • :: Espace Détente :: 
• Partenariat & Publicité
-