• Gakuen Alice RPG •


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Milovan Armyanski
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 213
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Persuasion. {discours en italique}
Commentaire:

MessageSujet: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA] Jeu 15 Avr - 15:24

    Milovan était là depuis un moment. Après ses 11 ans pour être précis. Étant quelque peu curieux de nature, il s’était très vite mis à explorer ce qu’il l’entourait au lieu d’aller vers les autres. Pas qu’il n’était pas sociable, non, loin de là. C’était un garçon très souriant et qui aimait bien les autres. Le véritable problème était son père et sa mère. Il se sentait seul loin d’eux. Avouez, à 11 ans, être séparé de ses parents, et ce pour une durée indéterminée ? Milovan l’a, au début, très mal vécu.

    Milovan a donc exploré les lieux dans toutes leurs finesses, chaque angle, qu’il soit carré ou non. Si le hall des reflets l’avait passionné, le toit ne l’avait pas du tout intéressé. Simple et banal lieu qu’il était, il attirait les bêtes amourettes, les querelles sans fin et les isolés. Bien que la première raison charmait le jeune lycéen, les autres restaient un poids certain quant à l’animosité qu’il pouvait faire preuve envers ce sanctuaire aux sentiments tumultueux d’adolescents. Le hall ravissait le Russe de sang, d’autant plus qu’il dévoilait ce que les collégiennes tentaient en vain de cacher sous leurs jupettes à l’époque bien trop longues*. Non pas qu’il était comme tous les hommes, amateurs de corps pulpeux, mais il appréciait fortement cette découverte physique car elle touchait à la pudeur des demoiselles. Passons donc outre ce détail insignifiant pour en revenir à plus important : ce qui a poussé le fils de l’illustre idiot à s’aventurer en ces lieux hostiles …

    Milovan s’était beaucoup penché sur l’idée des sous-sols. Quel univers instable n’avait pas ses mystérieux sous-sols ? Son père contait beaucoup d’histoires autour des sous-sols, quand il était petit. L’une de ses préférées était, d’après l’ex-amnésique, celle d’une princesse aux longs cheveux blonds et bouclés. La belle, qui n’était tout de même qu’une enfant, se prénommait Rose. Portant un kimono noir froissé, aux motifs de fleurs de cerisiers rouge sang, elle cohabitait avec son frère, Keitarô. Sa famille les martyrisait, et les frappait. Milovan ne comprit que bien plus tard la raison d’un tel acte de la part de ses hommes odieux et femmes cupides. Cela tournait autour d’un alice, car la magnifique héritière en possédait un. Plus tard, elle tua toute sa famille avec, et il ne resta plus qu’elle et son frère. Le paternel de l’actuel lycéen la présentait toujours comme étant véridique, bien qu’il ne put apporter à son fils le moindre preuve. Un jour, certes, il lui présenta une femme tout simplement resplendissante, aux cheveux blonds et courts, parsemés par diverses mèches de couleurs rougeâtres, et aux yeux coquelicot si intenses que Milovan avait failli jurer en les admirant. Cette dame était la gamine aux sous-sols, mais là encore, l’enfant se voulait malin, et ne le crut point. Aujourd’hui encore, il hésite à y croire.

    Ainsi donc, chaque lieu possède son sous-sol, où d’affreuses histoires se déroulaient. Sachant que l’académie alice était bien loin d’excepter à la règle, étant tout de même le point de rassemblement de centaines d’enfants à dons surnaturels, Milovan avait fait de son mieux pour le ou les découvrir. Peu de chance qu’il y en ai en primaire, étant donné la curiosité dont un enfant pouvait preuve (et ce n’était pas une faute de penser ainsi, car il avait tout de même chercher lors de son arrivée). Le collège se trouva absent d’une pareille toile souterraine. Il ne restait alors que le lycée. Il lui fallut un an.

    Il y alla tous les soirs, chaque fois qu’il le pouvait en vérité sans trop attirer l’attention. Alors, il essayait de déterminer le matériel nécessaire pour aller toujours plus loin. Et ce soir … Le grand jour.

    Il courut. Passant entre deux ou trois élèves, qui sursautèrent en riant en voyant le sourire presque charmeur du blond. On lui lança deux ou trois vannes au passage, et il cria, de joie, une phrase typique qu’il sortait quotidiennement : « Mais, je vous en prie, moia lyubov’ ! ». Et ceux, tout en roulant les ‘r’.

    Le chemin jusqu’aux sous-sols, il les connaissait maintenant par cœur. Les yeux fermés, il n’aurait pas le moindre problème à y accéder. Il resserra sa main autour de l’anse de son sac, heureux et fier comme un prince. Le danger qu’amenait forcément cette excursion interdite ne semblait pas l’inquiéter. Le cœur léger, il pénétra le lieu sombre. Il n’alla pas bien loin, bien qu’il s’était préparé. Quelque chose lui murmurait à l’oreille quelques conseils, dont le principal était : « Fais attention, petit Moli, là-bas se cache une fille, elle attrapera ton bras et te l’arrachera … ». Et entre toutes ces déclarations macabres, la volonté du jeune lycéen en prenait un coup, peu à peu.

    Il finit par trembler. Quoi de plus normal que de se laisser aller face à des émotions si fortes que peut être, par exemple, l’effroi la plus totale ? Trépidant d’excitation pour ces longs couloirs sinistres et inexplorés mais également de terreur pour leurs allures bien trop lugubres à son goût, Milovan finit, au bout de dis mètres, par se poser contre le mur. Il n’avait pas de lumière et avançait à tâtons, aussi vite que lui permettait cette méthode ardue. Ici il se sentait en sécurité, comme si les bras maternelles si protecteurs d’ordinaire ne pouvaient pas l’attendre. Être hors de leur portée était une sensation étrange et bien triste vu qu’il n’y avait alors jamais songé. Pourquoi donc maintenant, alors qu’il avait enfin amené des biscottes pour grignoter tout le long de son exploration ?

    Des bruits de pas le tirèrent de sa léthargie intellectuelle qui lui avait alors demandé une très grande réflexion sur ses antécédents mentaux. Autrement dit, on l’arracha à ses pensées. Il sut qu’il était foutu, sachant que les bruits venaient de la sortie. La seule chose qu’il avait alors à faire était d’attendre et espérer. Tout d’abord, pour que ce soit quelqu’un de peu important dans la hiérarchie de l’académie, car ainsi, il pouvait peut-être échapper à une éventuelle lourde sanction. Dans le cas contraire, car il existe partout des punitions, il était foutu. Il soupira, un sourire pendu aux lèvres comme à son habitude, serrant une main sur son sac, l’autre sur le bas de sa chemise d’uniforme. Si son ouïe n’était pas encore rouillé, il déduisit que les pas appartenait à une demoiselle, dans la même tranche d’âge que lui. Et si son intuition était bonne, elle devait faire partie de cette sorte d’association des élèves, ou conseil. Il ne savait pas trop. Alors, comptant sur sa chance, il lança un très hasardeux :

    « Qui suis-je ? »

    Et ce, dans le vide. Il prenant une pose naturelle, il tâcha d’offrir à l’inconnue un sourire qu’elle méritait. S’il ne semblait pas paniqué, son esprit était des plus alarmés. Milovan n’était pas inconscient. Il s’ennuyait juste.

    Point.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maiko Fuzunara
Star Council;
Rang étoilé II
Star Council;  Rang étoilé II
avatar

Féminin Nombre de messages : 40
Age : 22

Feuille de personnage
Alice: des Rêves.
Commentaire:

MessageSujet: Re: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA] Jeu 15 Avr - 21:42

    Maiko traînais dans l'académie. Allant de gauche à droite, de droite à gauche en passant par le milieu, bien évidemment. Elle était seule. Pour une fois, elle était sans Kazuo. C'était d'ailleurs réellement bizarre ou étrange. La Starlight sans le Stardust ? Inimaginable peut-être pour certains. Mais pourtant, c'était bien vrai. Vrai de vrai. Elle était entrain de marcher, dans les couloirs sans personne. Elle eut un léger soupire avant de se remettre à sourire. Arf, qu'est-ce qu'elle pouvait détester être seule ! C'était si .. Ennuyant ? Hm.. Pas tout à fait mais presque. Passons, Mai' était habillée de son uniforme, une jupe et un haut banal. Noter, jupe. Elle savait quel risque elle courrait si elle se risquait, justement, à passer dans le Hall des reflets. C'est pour ça que ,soigneusement, elle avait choisie d'éviter le Hall des Reflets. Ce hall qui, malheureusement, reflète tout au sol donc si on est en jupe, pour les filles, c'est super gênant vue qu'on peut voir la culotte. Et Maiko n'était pas une exhibitionniste alors Exit le Hall.

    [ ... ]

    C'était dur à avouer mais sans Kaz', Maiko s'ennuyait. Kazuo était son seul ami. Quoi les autres ? Ah, les autres .. Et bien les autres n'étaient purement et simple que des connaissances alors dire "Bonjour, bonjour, ça va ? Oui &toi? Oui", ça suffisait amplement. Ils ne cherchaient pas la discussion, la vraie. Néanmoins, il fallait avouer que Maiko ne cherchait pas non plus trop loin. Elle était populaire certes mais ce n'était que les apparences. Eux, les autres, ils n'étaient pas comme elle. Aucune vantardise sur ses paroles, seulement la vérité; Chaque personne est différente mais Mai' avait l'impression d'être encore plus différente. Peut-être était-ce à cause de son rôle dans le conseil ? Ou bien .. Le faite qu'elle n'agisse pas tellement avec spontanéité. La blonde secoua la tête, elle était entre d'embrouiller l'esprit pour rien ! Elle reprit une marche plus active, cherchant encore un endroit où aller quand souvent, elle passa devant un endroit. Des escaliers plus précisément.

    MaiMai' arqua un sourcil septique. La sous-sol, ça faisait longtemps qu'elle n'était pas descendue dedans. Depuis les rumeurs en faite. Huhu, c'était assez amusant de voir pratiquement tout les élèves de la Gakuen Alice avoir peur. Enfin, ils n'avaient pas totalement peur mais en tout cas, cela les empêchait de descendre là dedans.
    Gauche, Droite encore une fois à gauche et à droite. Elle vérifiait que personne n'était présent. Après tout, ça aurait été étrange de voir Maiko descendre et paf ! Après, il y aurait eut d'autres rumeurs, et pleins de question en plus. Et cela, la Starlight ne pouvait pas se le permettre. Elle devait montrer l'exemple. Oh ! Elle n'aurait qu'à dire - au pire - qu'elle avait entendue du bruit et puis que la jeune fille avait voulue vérifier. Tout le monde la croirait parce que d'une, elle était dans le conseil donc personne n'aurait vue le pourquoi du comment elle aurait mentie et de deux, la jeune fille était une bonne menteuse et manipulatrice donc ça aurait été facile de mentir ainsi que de manipuler si par hasard quelqu'un l'aurait vue.

    .&Plop, Maiko décida cette fois de descendre. Plus elle descendait, plus le noir l'encombrait mais, le noir n'avait jamais été un problème pour Mai', elle n'avait pas peur. Seulement, elle entendit un bruit en bas.. Arf, Non, non ! Elle n'avait toujours pas peur - enfin, c'est ce qu'elle se disait -~.
    Arrivée en bas, elle vit quelque chose. Ou plutôt, quelqu'un. Un garçon.

    « Qui suis-je ? »

    Oh, le joli sourire qu'il lui offrait. Il était plutôt mignon ce garçon. Elle arqua un sourcil avant de faire un joli sourire aussi. Ironique ? Sincère ? Allez savoir, avec Maiko s'était difficile de savoir si elle était sincère ou non.

    « Une personne qui va avoir des problèmes ? »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milovan Armyanski
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 213
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Persuasion. {discours en italique}
Commentaire:

MessageSujet: Re: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA] Sam 17 Avr - 20:02

Spoiler:
 

    Milovan n’avait pas peur de se faire frapper. Non, ce qui l’ennuyer terriblement, c’était que les autres s’abaissaient à agir aussi brutalement pour lui faire comprendre leurs points de vue, là où les mots avaient échoué. C’était de les voir s’acharner sans raison parfois et sans moyens plus intelligents que la force, pour l’arrêter dans ses pensées, afin qu’elles bifurquent vers d’autres souvent bien plus obscures. Et, heureusement ou non, en vain. Car Milovan aimait ses idées, autant qu’une mère idolâtre ses enfants, tel sa propre génitrice à son égard. Comme on dit : le gosse battu battra ses gosses.

    Ainsi, quand il vu la jeune fille se rapprocher, rejetant en arrière un flot d’or en fines mèches, il n’eut pas peur et ne songeait pas à la sanction que son geste amenait forcément. Il aurait été idiot d’ailleurs d’y penser si tardivement, et cela n’aurait fait qu’accentuer la déjà très évidente preuve de son manque de réflexion. Il souriait. Simplement. Et si dans sa tête, ce ne fut pas le cas, c’est qu’il consacrait toutes ses pensées à la beauté de la demoiselle, qui elle, était loin d’être absente. Comme lui, elle souriat, mais la raison ne devait pas être la même. De toute manière, Milovan en était totalement dépourvu. Alors, tandis qu’il observait avec une délicate attention les yeux brillants et caramel de l’inconnue, celle-ci lui répondit. Et ce fut :

    ~ Une personne qui va avoir des problèmes ? ~

    Ben, voyons !

    Il rit. Doucement, calmement, ce rire-ci se résumait à un « haha ». Il n’était pas surpris et la demoiselle (diable, mais où l’avait-il déjà vu ?) ne devait pas non plus l’être. Cela peut courir à sa perte … Et de toute manière, le blond Russe ne le lui permettrait pas. Simple question de mentalité. Milovan se décolla du mur d’un coup de pied discret, la tête penché en avant. Quelques de ses mèches vinrent lui cacher la vue, l’obligeant à avoir recours à l’un des gestes de drague les plus lamentables de cet ère : repousser sa frange du bout des doigts. Et, reprenant le stéréotype du parfait pur français, Milovan fit un sourire à la colgate ou freedent, tout dépend des préférences, avec une petite étoile à l’appui au coin des lèvres. Oh, et mieux pour les plus imaginatifs ! Les centaines de roses en arrière-plan, souvent sorties de nul part. Ce à quoi, il ajouta :

    « Serai-je le seul dans ce cas-ci ? C’est bien triste, vraiment … (et parce que son alice est son plus proche allié) alors que je n’ai fait que me perdre, chère Fuzunara.* »

    Notons le roulement prononcé du ‘r’ au nom de la jeune fille. Et notons qu’il s’en souvient.

    Et il souriait encore. Car il était ce genre d’homme qui, même mort, auront ce rictus quoique paisible sur les lèvres à jamais. Milovan avança d’un pas, pour mieux distinguer le sublime visage de la dénommée Fuzunara qui finalement, lui sembla bien « banal » ici. Ces sous-sols semblaient éclairés, mais assez pour se mettre à lire un palpitant roman, sauf si vous désirez abaisser l’efficacité de votre vus. Ce que Milovan ne souhaitait pas. Comment peut-il, lui, aimer avec une vue défaillante ? Voilà un rêve noir qu’il n’enviait pas, presque un véritable cauchemar. Et bien que d’autres le peuvent, lui en serait tout bonnement incapable … Il décida de continuer sur sa lancée en terme de discours avec un zeste d’alice :

    « J’ai vu une demoiselle fort mignonne se glissait en ces lieux et, abruti que je suis par tant de fraîcheur, je me suis bêtement laissé aller, et je l’ai suivi … Malheureusement, la voilà disparu, et moi ici (il soupira). Cela peut-il être vous … ? (il marqua un temps d’arrêt, la décryptant presque du regard, avant de continuer). Non, bien qu’elle soit agréable à l’œil, vous l’êtes bien plus, j’en suis certain …

    Un voile passa sur son visage. Pendant un instant, il cessa de sourire, comme pris d’une grande et profonde nostalgie. Bien sur, ce ne fut point le cas. Mais il essayait de donner une vraisemblance à son geste et, bien qu’il soit d’ordinaire bien joyeux, il n’était pas si mauvais acteur qu’il pouvait laisser penser. Il en était presque obligé, vu son alice. Si jamais son corps trahissait ses mots, ce serait vraiment idiot ! En somme, il était le menteur parfait. Il en oublia son sac, mais cela n’avait pas d’importance. Le visage doux de la désormais moins inconnue absorbait totalement son regard. Il n’y avait ici pas le moindre amour pourtant, ni d’amitié d’aucune sorte. Juste l’attirance d’un jeune lycéen pour une lycéenne. Bien que celle-ci soit plus âgée que lui, ou peut-être cela accentuait les émotions que ressentait Milovan ? Après tout, il était bientôt homme …

    Et qui je suis, songea-t-il, n’a pas la moindre importance, car mon rôle se résume à celui d’un pion dans le grand échiquier qu’est le monde.


Dernière édition par Milovan Armyanski le Sam 17 Avr - 20:03, édité 1 fois (Raison : un jour, je tuerai l'élégance ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maiko Fuzunara
Star Council;
Rang étoilé II
Star Council;  Rang étoilé II
avatar

Féminin Nombre de messages : 40
Age : 22

Feuille de personnage
Alice: des Rêves.
Commentaire:

MessageSujet: Re: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA] Sam 17 Avr - 21:39

    Maiko plissa légèrement les yeux pour mieux voir l’inconnu devant elle. Elle déteste parler sans voir la personne à qui elle parlait. C’était d’un .. Grr, en tout cas, une chose était sûre, elle n’aimait pas du tout cela. Malgré qu’elle voyait peu, la Starlight essaya de deviner qui était ce jeune garçon. Arf, d’habitude, elle connaissait pratiquement tout le monde .. Ou alors c’était l’inverse, tout le monde l’a connaissait parce qu’elle faisait partie du conseil. Elle gardait quand même son sourire malgré sa recherche intérieur. D’ailleurs, elle fut interrompu dans ses réflexions par le rire du garçon. . . Attendez, le rire ? Hm, le blondinet avait-il conscience de sa situation ou pas du tout ?
    Il se décolla ensuite du mur et dégagea ces cheveux qui cachait son regard. Maiko arqua un sourcil septique. Hm .. Il nous faisait quoi le « gosse » ? Elle pouffa légèrement, et surtout intérieurement. Le mystérieux garçon lui fit ensuite un sourire .. Ehm, un sourire tel qui les montre pour les dentifrices; Mai’ eut un léger sourire puis le garçon prit la parole :

    « Serai-je le seul dans ce cas-ci ? C’est bien triste, vraiment … alors que je n’ai fait que me perdre, chère Fuzunara.* »

    La jeune fille resta perplexe.. Puis bizarrement, elle commença à le croire quand il lui expliqua qu’il n’avait fait que se perdre. Purement et simplement. Il avait aussi prononcé son nom de famille. Alors, cela voulait dire qu’il l’a connaissait au moins de nom ? Etrange. De plus, il roulait les « r », ce qui voulait dire qu’il n’était pas japonais. Enfin, un japonais pur souche. Doucement, Maiko hocha la tête.

    « En effet, je te crois .. Hm, comment connais-tu mon nom de famille ? Et d’ailleurs, comment t’appelles-tu ? »

    Question bête avec sa question de comment il connaissait son nom de famille mais bon ..
    Réellement, Maiko le croyait. Seulement, pour se perdre.. Enfin, il fallait descendre les escaliers alors bon, c’était poussé .. Mais bien réel, il disait sûrement la vérité. La Starlight aurait, d’habitude, plus poussée sa recherche. Cependant, là, elle n’avait pas envie. Ou plutôt, naturellement, elle le croyait, elle ne voyait pas alors pourquoi creusée. Seulement le blond continua.

    « J’ai vu une demoiselle fort mignonne se glissait en ces lieux et, abruti que je suis par tant de fraîcheur, je me suis bêtement laissé aller, et je l’ai suivi … Malheureusement, la voilà disparu, et moi ici. Cela peut-il être vous … ? . Non, bien qu’elle soit agréable à l’œil, vous l’êtes bien plus, j’en suis certain …

    Maiko fut presque tentée de le plaindre. Presque. C’était seulement pour une fille qu’il était descendu là ?! La blondinette leva les yeux au ciel. Elle le croyait mais .. C’était tellement futile quand même ! Mais .. Mignon et romantique. Il continua ensuite en disant qu’elle l’était bien plus, qu’il en était certain. Dragueur. C’était un dragueur. Il ne l’avait pas vue et il disait qu’il était certain qu’elle était plus jolie.. Nyah ! C’était trop chouuu ! Les joues de Maiko s’empourprèrent avant de se faire ramener sur Terre. Qu’est-ce qu’il lui prenait d’agir, enfin de penser, comme l’une écervelée ? Elle fut néanmoins contente qu’ils soient dans le presque noir complet, au moins, il n’avait pas vue ses joues rosir. C’était honteux, pour la Fuzunara en tout cas. Néanmoins, la sincérité de ses paroles la touchèrent. Certes, elle était quelque peu .. réservée avec les autres mais le ton sincère du garçon faisait plaisir à entendre. La sincérité, un peu avec lequel on ne peut pas jouer..
    Elle eut un sourire ensuite.

    « Hm .. Merci. J’aurais aimé qu’il fasse moins noir, histoire d’avoir plus de visibilité.. »

    Elle eut un léger rire cristallin, léger sous-entendue qu'elle aurait aimée le voir à la grande lumière. Puis, elle reprit d’un air intriguée.

    « Dit moi, dans quel classe te trouves-tu ? »

    Sa curiosité n’avait pas été satisfaite. Elle ne le connaissait pas et voulait savoir dans quel classe, il était..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milovan Armyanski
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 213
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Persuasion. {discours en italique}
Commentaire:

MessageSujet: Re: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA] Ven 7 Mai - 0:00

Spoiler:
 

    PAROLE n.f. (lat. parabola) 1. Faculté à parler, propre à l'être humain (...) - De belles paroles : discours prometteur qui reste sans suite.

    Milovan pouvait lire bellement ses mots projetés contre ses paupières désormais closes. Lumineuses, peut-être rougeâtres, nettes tout du moins, les lettres défilaient. étais-ce sa conscience qui lui parlait ou simplement son imagination ? Voilà des années que cela durait, et il ne s'en étais jamais plains. Que dire d'autre que "Tant pis" ? Sa tête contenait un servomécanisme dont la seule tache à exécuter fut celle de charmer les demoiselles. Le blond dameret n'avait que faire su reste, que cela soit étude, avenir ou une toute autre chose. Son angelolâtrie était destiné aux femmes qui, de toute évidence, valaient tous les enfants ailés des cieux, si ce n'était pas plus. Il ré-ouvrit ses yeux bruns, qui à eux seuls prouvaient ses origines quasi-sibériennes. Son regard se posa de nouveau sur la belle japonaise qu'il avait croisé plus tôt. Pour l'instant, mugueter simplement semblait fonctionner. Certainement allait-il continuer ainsi. Il la laissa discourir à sa guise, tandis qu'il argumentait mentalement son amour illusoire. Sa seule crainte fut, en dehors du fait qu'elle serait en capacité de mépriser ses mots doux, qu'elle se trouve être prude, fort menette. Certes, cela ne pourra que lui couper son plaisir et le sauver ainsi de ses tunnels froids sans vie, mais il appréciait peu l'éventuelle malencombre qui s'installerait alors entre eux.

    L'homme zéphyrien, qui n'était peut-être pas un homme, point encore, fit son plus beau sourire, et s'avançant d'un pas sur, entreprit sa présentation, attendant tout de même que le développement oratoire de la courtoise nippone soit terminé. Milovan introduisit son commentaire faussement amoureux de la sorte :

    " Je me nomme Milovan Armyanski (il détacha chaque syllabe, prenant ce fort accent russe hérité de sa douce mère). En Japonais ... Cela donne 'Mi-lo-ban' 'A-lu-mi-a-n-su-ki' (il fit fort attention à bien prononcer les 'l' à la place des 'r', comme les habitants au soleil levant avait coutume de faire, mais dans un autre but, celui de ne pas les rouler, aidant ainsi la compréhension de sa camarade afin qu'elle puisse prononcer son nom sans trop d'accrochage). C'est russe ... Je suis au lycée, mais alors, quelle classe ? Veuillez m'excuser, je suis tête en l'air, et je suis un ami partout pour ne point me tromper ... Je l'ai lâché de vue après les cours. Comme toujours. "

    Dès lors, il s'efforça à transformer chaque dix-huitième en douzième lettre, dédaignant l'ensemble des nombres réels pour le 50 romain*. L'accent qu'il a et avait peut surprendre dans le sens où il s'écarte de cette langue prussement asiatique**, pour se rapprocher de celle du fidèle alphabet cyrillique dit de base. Mais dans un autre, lorsque l'on observe le blond, l'on est tenté de dire, tel un pur états-unien*** : "Why not ?". En espérant que, dans ce cas-ci, nul cold war ne se déclare.

    Passons désormais au paragraphe Un de l'ensemble.

    "Pardonnez-moi le lieu. J'aurai souhaité vous rencontrer en une meilleure condition, croyez-moi. Mais ... "

    Il reprit son souffle. Il n'avait pas roulé les 'r'. Il se dit que, tant pis pour la compréhension, pourquoi quelqu'un s'en plaindrait, quand on admire les italiens et espagnols pour cela ?

    " Malheureusement, je ne peux revenir en arrière, voilà notre première rencontre fixait à ces lieux glacials. J'espère pouvoir vous faire oublier ce détail qui n'est, tristement, pas si petit que cela (il s'interrompit, entendant des bruits près de la porte de sortie et d'entrée : il ne fallait pas sortir, pas tout de suite) ... Bien, je vois que la sortie est close. Nous ne pouvons donc pas sortir pour le moment. Dans ce cas ... "

    Il se baissa, fouilla dans son sac et en sortit, sans fierté pourtant, une lampe torche. Il la secoua légèrement, fronçant un sourcil. Un mouton tomba, puis deux, puis d'autres encore et l'ampoule, une fois dégagée complètement, s'alluma****. L'éclairage artificiel de l'objet purement commercial amena la lumière dans les galeries aménagées de l'académie; entrainant également l'illumination de l'esprit blondin. Ainsi, enchaina-t-il sur une seconde partie :

    "Ah! ces murs-ci n'ont rien de plaisants, je suis bien triste de le constater. Demoiselle ... Je vous sortirai volontiers d'ici, dès la menace éloignée (les pas, plus loin, résonnaient toujours avec assistance, mais semblaient tourner autour sans descendre). Avant cela, j'aimerai vous rassurer. Sachez que mon acquisivité***** est des moindres. Je suis un homme, enfin un jeune homme, des plus honnêtes. Je ne désire pas que vous craignez d'être si bas sous la terre en compagnie d'un ... Quelconque manant. Je ne le suis point. "

    Milovan espérait alors que ses mots n'en deviennent pas trop assassinant. Il souhaitait tout de même lui faire croire une vérité le concernant : il parle beaucoup, le Russe, mais il agit peu.

    " Oh, je parle trop ... "

    Arrive alors la conclusion tant attendue, yeux dans les yeux, lueur apaisante venant d'en bas, projetée sur leurs visages par une lampe visée à sa taille :

    " Je vais me taire ... Je pense que je dois vous lasser ... N'est-ce point ? "

    Fin. Commentaire fini. Il attendit sa note.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maiko Fuzunara
Star Council;
Rang étoilé II
Star Council;  Rang étoilé II
avatar

Féminin Nombre de messages : 40
Age : 22

Feuille de personnage
Alice: des Rêves.
Commentaire:

MessageSujet: Re: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA] Mer 9 Juin - 0:27

[ Niiiih >< désolée du retaard T_T ! & MASAOMI !! XD /PAF/ ]

    Question existentielle, normal que plus elle le regardait, plus elle le trouvait mignon ? Non, ce n’était pas normal. Logique, elle ne devrait trouver mignon que Kazuo. Son Kazuo. Tss, ce n’était pas juste. D’habitude, les garçons, elle leur parlait vaguement et paf, elle s’en allait sans parler. Mais ce blondinet quand il parlait .. Il était si .. Captivant ? Oui, captivant devait certainement être le bon mot pour définir ce jeune garçon dont, d’ailleurs, elle ne connaissait pas le nom. Elle attendait sa réponse. Le blond s’avança vers elle avec un grand sourire. Neeh .. Mignon quand même. BON Maiko devait reprendre ses esprits ! Tout de suite, maintenant ! C’est moche de commencer à craquer pour quelqu’un sans le connaitre. Quoi que .. Dans les rencontres, on juge vite au physique et après, il y a de la connaissance mais Maiko n’était pas aussi superficiel - ou juste un peu -. Enfin, le garçon prit la parole pour se présenter.

    "Je me nomme Milovan Armyanski. En Japonais ... Cela donne 'Mi-lo-ban' 'A-lu-mi-a-n-su-ki'. C'est russe ... Je suis au lycée, mais alors, quelle classe ? Veuillez m'excuser, je suis tête en l'air, et je suis un ami partout pour ne point me tromper ... Je l'ai lâché de vue après les cours. Comme toujours. "

    Maiko écouta attentivement Milovan. Quelque peu charmer, elle lui aurait bien proposer de lui faire une petite visite. Huhu. Mais intérieurement, elle secoua vivement la tête ! Oula, elle n'allait vraiment pas bien de penser cela ! Depuis quand d'ailleurs pensait-elle ainsi ? C'est à cause de ce blondinet russe d'abord.. Elle ne l'avait donc pas interrompu jugent que ce qu'elle voulait dire était complètement stupide. Souriant à son tour, elle continue de rester attentive à ce que disait ce beau garçon. De plus, il semblait faire beaucoup d'effort pour être compréhensible avec son accent. Au lycée ? Alors, il était plus jeune qu'elle, c'était sûre et certain.

    "Pardonnez-moi le lieu. J'aurai souhaité vous rencontrer en une meilleure condition, croyez-moi. Mais ..."

    Maiko continuait à le fixer. Whaou .. Ce garçon savait trouver les mots juste. C'était trop chou ! Elle avait du mal à croire qu'il existait encore des garçons qui savent parler ainsi sans avoir d'arrière penser envers la gente féminine. Du moins, elle n'était pas dans sa tête mais justement, la tête de Milovan ne donnait pas l'air super pervers que d'autres garçons auraient eut. Elle attendait impatiemment la suite de se "Mais.." qui ne tarda pas d'ailleurs.

    "Malheureusement, je ne peux revenir en arrière, voilà notre première rencontre fixait à ces lieux glacials. J'espère pouvoir vous faire oublier ce détail qui n'est, tristement, pas si petit que cela ... Bien, je vois que la sortie est close. Nous ne pouvons donc pas sortir pour le moment. Dans ce cas ... "

    Connaissez-vous les fangirls ? Vous savez les jeunes filles qui à la moindre parole - ou image - de leur idole on une grosse envie de crier "KYAAAAAAAH" et bien MaiMai était dans le même état d'esprit. Ce garçon était tout simplement, comme elle l'avait pensée au début, captivant et impressionnant. Il avait un charisme fou et ses paroles étaient tellement.. Jolie, belle. Maiko n'aurait pas trouver d'autres mots, enfin c'était assez romantique bien qu'aucun amour était présent entre les deux personnes. Sinon, c'est vrai qu'il avait raison. La porte avait fait un drôle de bruit pendant que la blonde avait écouté sans relâcher son attention sur Milovan. Le russe sorti une lampe de poche avant de reprendre encore une fois la parole.

    "Ah! ces murs-ci n'ont rien de plaisants, je suis bien triste de le constater. Demoiselle ... Je vous sortirai volontiers d'ici, dès la menace éloignée . Avant cela, j'aimerai vous rassurer. Sachez que mon acquisivité***** est des moindres. Je suis un homme, enfin un jeune homme, des plus honnêtes. Je ne désire pas que vous craignez d'être si bas sous la terre en compagnie d'un ... Quelconque manant. Je ne le suis point."

    C'était flatteur. Enfin le jeune garçon était un flatteur tout court. C'était agréable quand même. Maiko n'était pas moche, mais elle n'avait pas non plus l'habitude de tout ce "cinéma". Il fit ensuite remarquer qu'il parlait trop ce qui déclencha un rire chez la Starlight. D'habitude, elle ne riait pas beaucoup mais le "petit" russe l'a faisait bien rire quand même. Non, attention, ce n'était pas un rire moqueur par contre, juste un rire joyeux.

    " Je vais me taire ... Je pense que je dois vous lasser ... N'est-ce point ? "

    Vivement, la jeune fille secoua la tête. Négativement surtout ! Comme si le faite que Milovan parle trop l'agaçait. Non, cela changeait juste son quotidien d'habitude si "triste".

    « Tu es drôle Milovan. Très drôle, au sens positif, je parle. Puis, j'aime bien ta compagnie. Tu es différent.. des autres. Des autres garçons en général. En tout cas, tu ne me lasse pas du tout. De plus, le faite que la porte soit fermer nous laisse plus de temps pour faire ample connaissance. »

    Le ton de Maiko avait changé vers la fin. Légèrement plus .. doux ? Même pas, ce n'était pas tellement de la douceur, c'était un autre timbre de voix que Maiko n'aurait jamais pensée utiliser.. Surtout pas devant une autre personne de Kazuo. Mais c'était vrai, il fallait qu'elle connaisse ce Milovan de plus près ! Il l'intriguait, tout ce qu'il disait, sa façon de parler, tout~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milovan Armyanski
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 213
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Persuasion. {discours en italique}
Commentaire:

MessageSujet: Re: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA] Dim 13 Juin - 0:30

Spoiler:
 



    Le saviez-vous ? Ève était une belle femme à la longue chevelure blonde. Elle fut créée grâce à la côte d’un homme, Adam, et vivait avec lui en parfaite harmonie. Mais un jour, elle croisa un serpent. Celui-ci, vil et mesquin, lui parla de ce fruit interdit, qui poussait dans l’arbre de la connaissance, du bien et du mal. Ève tenta de refuser, mais elle fut hypnotisée par le serpent, et en vain à goûter au fruit défendu. Tout cela, vous le connaissez déjà. Le serpent, cet ignoble tentateur, n’est pourtant que le reflet de la face humaine. Milovan, dans ses temps libres, joue le serpent avec les femmes, les transformant toutes en parfaites Lilith. Un amusement comme les autres, on ne pouvait le lui priver. Il ne touchait qu’aux femmes, ce qui lui suffisait amplement. Il n’en reste pas moins un joueur. Pourtant, me direz-vous, s’y connaît-il vraiment ? Pas autant qu’il l’aurait souhaité, mais assez pour une pratique sans maladresse. Comme le signala la demoiselle en sa compagnie : il est « différent des autres ». Point pour le russe.

    Pour un mini discours sur Ève ? Car étrangement, Maiko y ressemblait à s’y méprendre : une innocence pleine de curiosité, une fragilité à émouvoir, une fleur attendant le printemps des abeilles. Oh, et quelle abeille cache le serpent russe …

    « Je ne demande que cela, faire plus ample connaissance … Ah, petite Ève, je suis tout de même inquiet … J’imagine qu’avec une telle beauté, vous devez avoir votre Adam … Vous êtes si unique, loin des Lilith qui remplissent nos classes…. »

    Il s’approcha un peu plus, gardant ses yeux marron plongés dans ceux de la belle. Il respirait lentement, les yeux mi-clos, usant du mieux qu’il pouvait du charme dont il était naturellement doté. Son sourire perdit en automatisme et son visage ne se fit pas heureux, mais paisible, simplement. Sincère. Il tendit une main assurée vers Maiko, et repoussa légèrement la frange de la blonde du bout des doigts. Il les laissa ensuite parcourir le tour du visage de la belle, en effleurant avec douceur, et arrivé au menton, laissa retomber sa main conte sa propre cuisse. Il clignait des yeux avec tendresse … Le jeu du serpent.

    « Je suis triste de ne pas être cet Adam… Peut-être vaux-tu bien plus que moi … Oh, non, c’est une certitude … »

    Il se tut dans un petit soupire triste, tentant de dégager un air de mélancolie profonde. Les bruits de pas s’éloignèrent, rendant la route de nouveau libre. Il leva les yeux sur le plafond, comme si cela lui permettrait de voir cette personne si dangereuse qui leur avait bloqué route, et attendit, sans porter attention aux dires de la belle, mais simulant le contraire. Il pensait. À quoi ? Lui-même n’en était pas sûr. Il laissait à ses rêves le contrôle de tout cela. Rien de plus que … Cette stratégie. Il rabaissa son regard sur Maiko, une petite lumière intéressée au fond des yeux. Il abandonna son air abattu , leva doucement ses deux mains à la hauteur du visage de Maiko.

    Prendre son visage entre mes mains. S’approcher d’elle sans un bruit. M’abaisser à sa taille. Fermer à mi-clos mes yeux. Relever son menton de peu. Avancer mes lèvres d’elle. Les poser chastement sur les siennes. Déposer un baiser innocent. Froler son nez du mien. M’écarter d’un pas lent. Lui sourire avec toute la sincérité de ce monde. Agir dans la plus belle candeur.

    Voilà ce que je fis … Sans un mot.


    « Sucré … Va, je ne te retiens point … Nous sommes libres désormais. »

    Il n’y avait là rien d’anormal. Un jeune homme suivant simplement les pulsions de tout adolescent de cet âge. Les lèvres rosés de la belle ne l’avait pas envouté, mais il était certain que tout autre personne serait tombé dans le piège. Car il avait éduqué à séduire. Éduqué à plaire, à aimer, à faire plaisir, à voir les filles comme des princesses à collectionner … Un salaud par excellence. Mais Milovan l’est de manière bien plus nuancée. Car il en a conscience, et joue de cela, sans pourtant feindre l’amour réel. Je t’aime, oui, est une chose que jamais il ne prononcera avec légèreté. Le cœur de demoiselle est un chose si fragile …

    Il se tint droit, et l’observa directement dans les yeux. La demande du serpent fut faite. La réponse d’Ève est attendue.





Un commentaire ? >> Cliquez ici. J'ai besoin d'avis et tout, et tout *3*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maiko Fuzunara
Star Council;
Rang étoilé II
Star Council;  Rang étoilé II
avatar

Féminin Nombre de messages : 40
Age : 22

Feuille de personnage
Alice: des Rêves.
Commentaire:

MessageSujet: Re: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA] Dim 13 Juin - 3:32

[ Arrête de dire n'importe quoi è.é ! ]

  • Elle fixa ce petit aux yeux couleurs chocolats. Peut-être n'aurait-elle dû ne pas dire qu'il était différent des autres. Cela n'apportait que l'orgueil après. Pathétique donc. Les hommes, Maiko les avait toujours trouvés pathétique. En aucun cas digne de son intérêt. Le seul qui avait réussi à attirer son attention fut Kazuo. Les autres ? Elle ne les regardait même pas. Tel une légère brise, elle passait sans se soucier des autres. La blonde n'était pas "intéressée" par les filles. Seulement, elle était mieux avec elles. Ces dernières réfléchissaient beaucoup plus. Néanmoins, maintenant, ce Milovan Armyanski avait réussi ce que peu de garçon on réussit à faire jusqu'ici. Attirer l'attention de la Starlight. Elle eut un vague sourire à cette pensée. Elle espérait que ce "petit" n'est pas trop la tête qui enfile après ce compliment.

    « Je ne demande que cela, faire plus ample connaissance … Ah, petite Ève, je suis tout de même inquiet … J’imagine qu’avec une telle beauté, vous devez avoir votre Adam … Vous êtes si unique, loin des Lilith qui remplissent nos classes…. »

    Hm ? Maiko le regarda telle une petite fille qui venait de découvrir une nouvelle chose bien qu'une pointe de colère brillait au fond de ses iris. Comment osait-il la comparer à Ève ? Elle ?! Ève n'était que mièvrerie, soumise. Elle ne méritait même pas d'être considérée comme une femme. Lilith plutôt oui. Même si il disait qu'elle était loin des Lilith qui remplissent les classes. Elle savait que ce n'était que des paroles charmeuses sans réellement sincérité et pourtant, on ne lui avait jamais dit donc pour une fois, Maiko allait faire sa naïve. Sa petite Ève et elle allait y croire comme si tout cela était vrai. Elle fronça les sourcils aussi quand il parla de Adam, le faite qu'elle en avait.. Sûrement encore faudrait-elle qu'elle sache.

    « Je suis triste de ne pas être cet Adam… Peut-être vaux-tu bien plus que moi … Oh, non, c’est une certitude … »

    Il continuait avec ses belles paroles. Il était différent parce que lui, il savait charmer sans que l'on s'en aperçoive mais stop, elle n'était pas membre du conseil pour rien. C'était elle qui manipulait les autres et non pas l'inverse pourtant encore une fois, les paroles de Milovan lui donnèrent envie d'y croire. De rester une fille naïve - ce qu'elle n'avait jamais été -.. Le blond eut un soupir triste comme si le faite de savoir qu'elle avait un "Adam" était triste et qu'elle valait mieux que lui. Pff, comme si elle valait mieux que quelqu'un, elle, cette petite comédienne blonde. Elle eut envie de rire. Maiko sortie de ses pensées quand elle sentie des mains se poser sur son visage. Elle regarda Milovan d'un air étrange et n'eut même pas le temps de dire un mot qu'il ferma légèrement les yeux déposer sur ses lèvres - pures - un léger baiser. Aussi douce qu'une caresse ou qu'une légère brise. Puis, il arrêta et se recula.

    « Sucré … Va, je ne te retiens point … Nous sommes libres désormais. »
    « Je.. »

    Elle resta bouche-bée, comme osait-il encore une fois ! Il l'avait embrassé ! Elle le regarda étonnée puis finalement en colère. Elle se rapprocha rapidement du blond, leva sa tête légèrement - étant donné qu'ils étaient presque de taille similaire. - et doucement prit le visage de Milovan pour y déposer un baiser à son tour. Il fut rapide, vif mais doux quand même et elle s'enleva aussi rapidement qu'elle s'était approchée. Elle se tourna alors pour ne montrer que son dos à Milovan. Zut ! Elle venait de trop s'emporter. Elle jeta un léger coup d'œil à celui qu'elle venait d'embrasser même si on ne pouvait pas appeler ça un réel baiser puis prit la parole;

    « Tu ne m'a pas demandée la permission de m'embrasser alors, je te rends ton baiser. »

    Point à la ligne. Mais était-ce la seule raison du pourquoi l'avait-elle embrassée... ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milovan Armyanski
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 213
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Persuasion. {discours en italique}
Commentaire:

MessageSujet: Re: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA] Dim 13 Juin - 7:07

(... Total inspiré sur le coup .... Mais là par contre, je trouve que trop long ... C'est inutile. Alors c'est court. Et pouet.)

    Les scénarios étaient imprimés dans sa tête, bien plus qu’une encre noire sur le papier blanc le plus vierge de ce monde. Son père les lui avait tout appris, chaque réaction, gestes à faire, tout en se basant sur ses histoires personnelles, ce qui avait permis à Milovan d’être au courant de l’intégralité de la vie sentimentale de son père … Tout une histoire. Son père, bien que traducteur, aurait pu s’il l’avait souhaité, éditer tout un livre sur le sujet … Les femmes, ah … Mais non, beaucoup trop de polémiques possibles, avait souligné sa mère en riant, un jour de mai certainement. Tout cela pour dire que le paternel l’avait éduqué, ce môme, à ce plaisir-ci. Pas seulement … Il avait tenté également de le faire réfléchir là-dessus, et de prévoir les réactions. Enfant, Milovan ne s’y était pas intéressé. Maintenant, il portait une attention tout autre, déçu de ne pas avoir eut cette curiosité plus tôt.

    Dans le cas présent, il s’était lancer dans un jeu de hasard dont il ne connaissait pas les limites. Cette fille sortait des stéréotypes, il était donc difficile pour lui de savoir quels seraient ses dires ou ses gestes. Il n’aimait pas forcément ça, mais de temps en temps, cela ajoutait un petit quelque chose qui changeait tout, rendant tout bien plus doux et sucré. Il avait tenté une vie, la sienne, à ce jeu-ci, car il ne connaissait point non plus l’alice de son interlocutrice … Peut-être celle-ci était dans la capacité de le faire cadavre dans les secondes qui suivirent, ou peut-être pas … Oh, même, elle était incapable de tuer une mouche, même arme d’une tapette spécialisée … Des films. Des scénarios. Tous étaient plausibles, et lui, en tant qu’idiot aux tendances de parfait salaud, riait en les analysant toutes … Pourtant, rien de bien méchant dans ses pensées.

    La contradiction forme l’être.

    Au pied du mur, voilà où il se trouvait. À peine avait-il fini sa si jolie conclusion, que voilà, un retournement de situation total se produisit. Ne pas si attendre reste tout de même un bien trop grand mot. Ou expression, tout dépend du point de vue. Car cela pouvait être envisageable, bien qu’il ait laissé de côté cette éventualité. Question de principe. Quand une fille se présente à vous, il ne faut pas se baser sur des statistiques positives, mais sur les pires résultats possibles. L’une des phrases écrites sur un post-it et accroché sur le réfrigérateur de son père … : Pensez pessimiste pour terminer heureux. Paradoxal, vu sa situation sentimentale actuelle…

    Repassons à nos adolescents que l’amour a rejetés, ou non … Il lui souriait encore de cette fausse sincérité si vraie, lorsque, sans un mot, elle s’approcha de lui. Il n’eut pas le temps de réagir, que cela soit positif ou non, au baiser furtif qu’elle déposa à son tour. Des lèvres sur des lèvres … Plus que cela, une fleur. Pourtant, quelque chose manquait, et le russophone ne sut dire quoi. Tout était trop soudain pour l’analyser avec certitude. Et la princesse s’écarta, se tourna pour lui lancer une phrase pertinente : celle du baiser volé … Et d’un second pour la vengeance. Sa première réaction fut d’emprunter un air hautement surpris sur le coup véritable– certainement parce qu’il ressentait vraiment cette surprise, mais cela n’est qu’un détail. La seconde réaction fut différente. Il ria. Un rire surpris, qui relâche la pression accumulée en temps record … Celui de l’étudiant heureux à la fin de ses études, celui de la jeune fille retrouvant un ami d’enfance … Avec cette pincée d’irréel, comme si cela était trop imprévu pour se réaliser … Ce rire-ci. Mais un bon rire russe, avec la voix d’un jeune Japonais.

    Il s’approcha d’elle, bien qu’elle soit encore de dos, et posa ses mains, sans force ni pression, sur les épaules de la belle.

    « Tu as défini les règles … Mais tu peux encore les abolir… »

    Un jeu … Tout cela n’était qu’un jeu, et victorieux, il se sentait régner dessus. Il était le roi, cela était forcé. Il n’y a pas d’autres explications … Pourtant, une force le tenait à l’estomac, le rabaissant, sans cesse, et sans cesse. Et le son de cette voix … Il laissa ses mains tomber sur ses propres cuisses, non pas sans effleurer le dos de Maiko à travers le tissu de l’uniforme, du bout des doigts. Il savait que cela suffirait … Sa père le lui avait dit maintes fois … « Attention, Milovan ! Les femmes sont bien plus sensibles que nous … Seulement, les hommes sont brusques, et voilà pourquoi elles ne sont point satisfaites … Milovan, une fille, ce sont des doigts de velours sur leur peau qui leur faut … ». Il avait retenu la leçon, Milovan est très bon élève …

    Le serpent, dans l’ombre, surveille encore. Mais peu à peu … Le voilà qui dort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maiko Fuzunara
Star Council;
Rang étoilé II
Star Council;  Rang étoilé II
avatar

Féminin Nombre de messages : 40
Age : 22

Feuille de personnage
Alice: des Rêves.
Commentaire:

MessageSujet: Re: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA] Lun 14 Juin - 23:12

    [Post bof désolée .~. ]

    Maiko était en colère. Sûrement plus contre elle-même que contre Milovan. Elle avait réagit de manière trop spontanée. Ce qui était affreusement.. Comment dire ? Bref, pas dans son habitude pour être plus simple. La blonde avait honte car elle n’avait agit que sur un coup de tête. Tss, surtout que c’était son premier baiser.. Son premier ! Enfin bon, on n’allait pas tellement appeler un vrai baiser; C’était juste un « smack » comme disais les autres filles. Des lèvres posées sur des autres lèvres sans que cela n’est la moindre importance, le moindre impact. Pourtant, c’était quand même un contact avec une personne étrangère alors comment cela pouvait-il être sans importance ? Enfin ce n’était pas le sujet pour l’instant. Le sujet était le faite qu’il allait la prendre pour ce qu’elle n’était pas. Mais, elle devait bien avouer que jouer ce rôle ne la déplaisait pas tant que cela. Évidement, elle garderait ça pour elle et rien que pour elle. De plus ce « gosse » riait ! Il riait. RAH, il se fichait d’elle ou quoi ? Elle l’ignora en plus, elle était toujours de dos. La blonde sentie ensuite les mains de Milovan se poser sur ses épaules.

    « Tu as défini les règles … Mais tu peux encore les abolir… »

    Un jeu. Voilà ce que les deux faisaient. D’un sens, Maiko ne voulait pas faire partie de ce jeu. Milovan n’était qu’un gamin. Il était plus jeune qu’elle et ça, Maiko n’aimait pas trop. Mais d’un autre côté, il était amusant et elle aimait jouer aussi. Puisque de toute façon, elle jouait avec tout le monde alors pourquoi ne pas tenter ? De plus, ce « gamin » sait dans quoi il s’est embarqué. Enfin le croyait-elle. Après tout, elle n’était pas cesser savoir si il savait oui ou non dans quoi il s’embarquait. Il était venu, point.
    Le blond laissa tomber ses mains tout en effleurent le dos à Maiko, ce qui lui fit un léger frisson. Elle souriait puis se retourna vers Milovan. Il ne souriait plus comme tout à l’heure; Alors doucement, elle s’approcha de lui pour le prendre dans ses bras. Un simple câlin, n’est-pas~

    «  Tu as raison.. Mais une question à quoi penses-tu pour que le joli sourire que tu avais ne se transforme qu’en petit sourire ? »

    Elle taquinait, elle taquinait, le fixant de ses grand yeux bruns innocent soit disant. Elle jouait. Puis, elle devait bien avouer, Mai’ l’avait fait exprès. Soit, il le devinerait - parce que cela était flagrant - soit, il rentrerait dans le jeu. Parce que un câlin peut vite se modifier. Oh mais voyons, personne ne sous-entends rien. Et pour reprendre quand il l’a comparée à Ève.. Toutes les Ève peuvent se transformer en Lilith. C’est parfois mal mais parfois.. Bien. Dans le cas de Maiko, on verra bien. Même si elle-même, à la base, ne se comparait pas trop à cette naïve de Ève. Trop de candeur et de pureté dans un même être. Tout cela était.. Simplement Impossible. Bien sûre, elle savait que Milovan ne l'avait comparée à Ève que pour la charmer mais voilà, il l'avait quand même dit.

    La blonde se prit à penser à Kazuo. Que dirait-il si il apprenait ça ? Ce qu'elle était entrain de faire ? Serait-il déçu .. ? Est-ce qu'il s'en amuserait plutôt en disant qu'elle devait plus profiter de la vie ? Elle se sentait si perdue d'un coup. D'ailleurs sa force, son aplomb avait comme disparue si bien que Milovan avait du le sentir vue que l'étreinte avait considérablement diminué. Enfin elle était presque entrain de le lâcher. Kazuo, voilà ce qui était maintenant encrée dans son esprit. Milovan avec disparu. Il était gentil, mignon, charmant, Maiko ne pouvait pas dire le contraire mais si à cause de lui, de son attitude aussi à elle, Kazuo était déçu alors jamais elle ne s'en remettrait ou presque. Car après tout, Kazuo est le seul à avoir deviné ce qui se cachait sous le masque de fausse gentillesse de la Fuzunara. Seulement, elle ne pouvait pas se dégonfler maintenant.. Enfin pas maintenant, pas en pleins milieu du jeu. Non, cela compterait comme un abandon et jamais ô grand jamais Maiko n'abandonne ce qu'elle commence. Elle n'est pas la Starlight du Star Council pour rien après tout ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milovan Armyanski
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 213
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Persuasion. {discours en italique}
Commentaire:

MessageSujet: Re: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA] Mar 29 Juin - 22:03

    Quand elle se tourna, quand sa chevelure s’envola, quand ce corps frêle entama son mouvement … Milovan prit une inspiration, surpris par la beauté éphémère du moment. Il est vrai, il ne s’y attendait pas. Et que cela lui tombe dessus d’une telle manière, non, cela lui semblait irréel. Il cligna lentement des yeux, comme pour en vérifier la part du vrai, mais l’instant était passée. Ces quelques secondes d’artificielle douceur moururent dans les yeux de la Japonaise. Ses bras s’écartèrent, se refermant autour de lui, pour une étreinte. Rien que cela, une étreinte… Le jeune homme ne souffla mot. Il n’en avait point la force. Il y avait quelque chose qu’il ressentait à l’instant, et qui n’avait rien à voir avec l’amour. Simplement, le fait d’être démasqué de la sorte, peut-être, une chose encore jamais arrivée pour lui, bloqua ses pensées, qui ne purent le sortir de là. Désarmé, il l’était, entre les bras d’une femme, et si cela, on le lui avait dit plus tôt, il aurait ri. Mais étant confronté à ce problème de taille, désormais, il était totalement désarçonné.

    À quoi pensait-il donc, avant qu’elle ne le prenne dans ses bras de la sorte, avant qu’elle ne lui posa la question ? Oh, rien de plus que : Comment la faire succombait davantage face à mon hypocrisie ? Oh la, vous attendez-vous à mieux ? C’est que vous êtes mauvais lecteur.


    « Mes pensées … Celles-ci sont privées. »

    Il y avait quelque chose dans cette étreinte, qui lui avait paru si sincère, que la question sortait complètement du jeu. Comme si elle avait été posée dans tout autre circonstance, si bien qu’il faillit en être blessé. Presque, pas complètement, seulement, mais voilà, c’était déjà beaucoup. Il y avait eu une certaine force dans sa voix, comme si le sujet était clos avant même de démarrer. Il n’avait pas vraiment envie d’en parler, bien que la réponse soit simple … Mais cette réponse, c’est tout son jeu. Et cette réponse, c’est aussi son père … Stupide enfant, qui s’accroche aux dires de son paternel, à chaque seconde ! L’adolescent ne maudissait pas ce point, mais fut terriblement déçu alors, de le constater aussi tard. Il tournait autour de son père. Même pour une question de drague. Un vrai satellite …

    Peu à peu, l’étreinte de Maiko faiblit, et les bras ballottant de Milovan eurent le réflexe de saisir doucement la belle. Les mains se posèrent juste au-dessus du bassin de Maiko, sans trop de pression, pour ne pas l’effrayer. Il la tenait avec tendresse, comme pour l’inviter à une danse lente. Une certaine mélancolie le prit, et il n’en sut point l’origine. C’était brutal, net … Imprévu. Il serra les dents, profitant du fait que Maiko ne le voyait pas. Il reprit une inspiration, et …


    « Ce jeu ne m’intéresse plus … »

    Ce qui était faux tout en étant vrai. L’instant lui semblait mal choisi pour continuer, et cela, sans parler du lieu, quelque peu glauque réflexion faite. Il en avait envie, de ce jeu. Mais il se sentait mal à l’aise à l’idée que … Il pouvait aller bien plus loin … Il se balança lentement de gauche à droite, berçant la jeune fille. Ses pieds restaient plantés à terre, il se penchait simplement de côté, les yeux clos pour ne plus rien voir, juste pour oublier que ce n’était pas le moment. Il fronça les sourcils, adoptant un air triste, sans non plus se forcer, l’hypocrisie est-elle vaincue ? peut-être pas, mais il ne s’oblige pas… À force de mentir, quelqu’un finira par douter de sa sincérité. Pauvre enfant, qui abuse de sa candeur pour tout avoir, et qui, une fois devenu sérieux, se fera ignorer de tous … L’enfant qui criait au loup.

    Puis, comme elle relâchait son étreinte toujours un peu plus, il la laissa à son tour, recula de deux pas, sans plus sourire, perturbé, abandonné, lâché, épuisé … Seul ? Dans sa tête, oui, très seul. Et ce n’était pas une solitude anodine, non, elle lui attrapait les tripes, et elle le gardait comme mort.
    You’ll be mine, qu’elle criait, cette solitude. Become one with me, forever …

    « Je crois que … Je crois que … »

    Il prit une troisième inspiration, ferma les yeux, les rouvrit, recommença. Il attendit encore. Attendre pour aller mieux ? Un peu de temps pour sa guérison ? Foutaises. Il était mal, et ce n’est pas dans l’attente qu’il trouvera son antidote ! Il se forcit à sourire, car l’hypocrisie, même elle, elle le tenait, et il pensait sincèrement que dans quelques minutes, quelques heures, il serait de nouveau de bonne humeur, si seulement il l’avait réellement été.

    « Je crois que … J’aimerai partir d’ici … »

    Il ne parlait pas de ses sous-sols froids. Non, il parlait de l’académie en elle-même. Pas pour toujours, pas à titre définitif. Mais rien que pour quelques jours. Revoir la ville.

    Respirer, pour pouvoir survivre.



    Et le serpent se recroqueville, et se plaint de ses maux, abandonnant sa proie à de plus vils tentateurs.






(un test par rapport à la présentation °° Donc, voilà, désolé de l'attente, j'espère que cela te plait :D )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maiko Fuzunara
Star Council;
Rang étoilé II
Star Council;  Rang étoilé II
avatar

Féminin Nombre de messages : 40
Age : 22

Feuille de personnage
Alice: des Rêves.
Commentaire:

MessageSujet: Re: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA] Dim 18 Juil - 4:28

    Maiko avait l'habitude de mettre des gens dans des sacs dans sa tête. Des sacs bien distinct des uns, des autres. Il y avait un sac avec les personnes de confiance; Combien de personne dedans ? Une. Le reste.. Hé bien, la plupart allait dans l'autre sac à savoir; "Je te parle qu'occasionnellement.". En gros, c'est tout compliqué sans être compliqué. Maiko était hypocrite sans l'être, en faite. Elle peut très bien vous parlez maintenant et vous oubliez dedans tout en se servent de vous après-demain. Pour la blonde, la Gakuen Alice, c'était un peu comme un jeu d'échec. Il fallait "manger" les autres pions tout en faisait attention aux conséquences. Bien entendue, Maiko faisait rarement attention à ce qui allait se passer après puis que, pour elle, tout était déjà prévue. Elle est calculatrice. Elle le sait, l'assume mais ne le dévoile pas entièrement.

    Elle était dans les bras de Milovan à moitié dans la lune. Maiko avait envie de dire stop. D'appuyer sur un bouton. Mais la vie n'était ni un film, ni une cassette pour avoir envie d'appuyer sur une télécommande; Pourtant Dieu seul sait qu'elle aurait vraiment aimé tout arrêter, maintenant. Après tout, la blonde ne savait pas ce qui était entrain de se passer. Elle ne le prévoyait pas. Tout échappait à son contrôle car pour une fois, je dis bien une fois, dans sa vie elle avait voulue jouer la carte de la Spontanéité. Grave erreur, en faite. Très grave erreur. Sur ce coup-là, elle avait été plus idiote qu'autre chose. Elle essayait néanmoins de jouer. Mais jouer quand on est pas sur son terrain de jeu peut devenir très compliqué et ça, Maiko était entrain de le comprendre. Milovan lui répondit:

    « Mes pensées … Celles-ci sont privées. »

    Elle hocha simplement la tête. Il avait raison mais, elle voulait quand même savoir. On appelait ça de la curiosité ni plus, ni moins. Elle venait de ressentir d'étrange sentiment ou du moins, des sentiments dont elle avait peu l'habitude. Ce blond l'intriguait vraiment.
    Lorsque l'étreinte avait diminué, c'était autour du blond de poser ses mains doucement. Il était délicat. C'était agréable.

    « Ce jeu ne m’intéresse plus … »

    Hn ? Le jeu ne l'intéressait plus ? Alors qu'ils venaient à peine de commencer à jouer ? Quel vilain garçon. Garçon indécis conviendrait mieux même. Doucement, il l'a balançait. Comme une petite danse puis ils s'éloignèrent. Maiko ne répondit rien à son début de phrase non plus car elle savait que Milovan n'avait pas encore terminé. De plus, il semblait triste.. Son visage montrait l'émotion de la tristesse peu à peu. Finalement, elle avait voulue le laisser parler mais elle ne put s'empêcher de parler:

    « Milovan.. Petit garçon indécis, deviendrais-tu triste ? »
    « Je crois que … Je crois que … »

    On aurait vraiment dit un petit garçon perdu. Seul, sans repère. Aucune phrase bien constitué. Juste de l'hésitation.

    « Je crois que … J’aimerai partir d’ici … »

    Maiko hésita à répondre. Elle avait conscience que ce n'était pas que des sous-sols qu'il parlait mais un peu de l'académie entière. Elle était vraiment hésitante, ce qui n'était pas son genre habituellement. Mais où était passé l'habitude là ? Dans cette situation, rien n'était habituel.

    « Je.. Ecoute Milovan. Déjà sortons de cet endroit sombre en premier, ça te va ? »

    Elle parlait d'un voix douce. Très douce. Une voix que l'on emploi pour ne pas effrayer un enfant, pour le rassurer plutôt. Car pour l'instant, pour Maiko, Milovan n'était qu'un petit garçon "perdu" dans cette académie. Il voulait en sortir .. Seulement, c'était comme beaucoup de personne. Histoire de voir les parents, les frères, les sœurs.. En pensant à cela Maiko devint assez amère. La Starlight détestait penser à la famille. Parce que, elle devait un peu jalouse en y parlant. Elle, sa famille, ce résumait aux amis qu'elle avait. A savoir quasiment personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milovan Armyanski
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 213
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Persuasion. {discours en italique}
Commentaire:

MessageSujet: Re: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA] Mar 14 Sep - 21:57

Ce n'est pas la peine... Il ne faut pas... Ce n'est pas nécessaire...
C'est ce qu'il songea.
Il perdait...

Il perdait !
Il regarda la jolie jeune fille en face de lui. Il sentait ses forces le quitter. Le serpent se cachait dans sa tannière de lapin. Il était effrayé par cette femme. Une femme... Qui était son ennemie. Il n'avait jamais songé cela possible et pourtant, il devait faire face à la vérité : il fuyait.
Il serra les dents, fronça les sourcils, sachant qu'il devait désormais afficher un air menaçant. Non, il ne se mettait pas en colère. Non, il n'était pas réellement énervé. Non, il n'était pas non plus angoissé, ou froiçé... Quelque soit le mot que vous donniez à cela ! Milovan avait tout simplement honte.

« Ce n'est pas la peine, il ne faut pas, ce n'est pas nécessaire... »

On aurait dit une petite chansonette, murmurait sur l'air d'une vieille comptine. Il releva les yeux, regarda le plafond qui lui semblait maintenant si bas. Prêt à l'écraser, il le sentait... À applatir son corps faible sur les dalles glacées du couloir, pour répandre sa cervelle rose et pendre la pierre d'un rouge pur... Un moyen économique de re-décorer les lieux, tout benef', et l'on se débarassait d'un élève à problème dans un même temps...
Ah, causait-il des soucis à l'académie ?
Non, pas qu'il sache. Il était un élève calme, quoique bavard dans le silence. Il susurrait quelques mots d'amour à sa voisine, de vils provocations au voisin de l'autre côté, et riait à sa propre idiotie. Un peu turbulent, mais finalement, si reposant posé près de certains autres. Ce n'était pas l'élève modèle par excellence, mais plutôt un gentil abruti.
Alors, pourquoi le plafond voudrait le massacrer ? C'était là une torture sadique, un meurtre que l'on ne pratiquait plus depuis le moyen âge occidental ! Non, décidément, il était bien trop discipliné pour être victime d'un tel sort. Peut-être... Est-ce là sa punition pour être entré ici ?

Il rit.
Pas uniquement dans sa tête, non, il ricana réèllement. Il se sentait stupide avec ses idées divaguantes. Et ce n'était décidément pas la belle qui aiderait. Il tenta de sourrire, y réussissant plus ou moins. Il devait paraître fort, tant pis si elle le prenait pour un fou.
Papa a dit : « Un sourire est souvent l'essentiel. On est payé par un sourire. On est récompensé par un sourire... ». Bien sûr, son père n'avait pas songé à cela seul, Monsieur de Saint-Exupéry ayant très bien contribué à cela.

« On peut sourire et sourire et pourtant être un scélérat … » qu'il marmonna pour lui-même, avant d'être repris d'un éclat de rire.

Il baissa enfin les yeux, regardant dans les yeux la belle en face de lui. Il se répéta.

« Ce n'est pas nécessaire... Je vais aller voir l'infirmière, ou l'infirmier, qu'importe... ! Mais j'irai seul. Si tu veux bien me permettre cela... »

Et c'est son sac qu'il fouilla. Il en sortit un petit calepin, destiné, à l'origine, a être rempli de toutes les écritures du monde, décrivant les sous-sols. Mais là, pour l'heure, il ne pouvait contenir qu'une adresse... Une petite adresse...
Il griffona nerveusement dessus, tirant légèrment la langue, comme s'il s'appliquait au plus beau chef d'oeuvre. Il recula d'un pas, tendant son bras et admira ce qu'il venait d'accomplir... Cette si petite adresse...
Il lui tendit le papier, qu'il arracha du calepin.

« Mon adresse... Mail, kurs ! »

Un nouveau rire.

« Tu m'enverras un mail …Da ? Je l'attends avec impatience ! Et … Désolé, je semble lunatique, ne tak li ? Pardon. Je m'excuse pour ça. Malheureusement, pour une raison que j'ignore encore, je ne suis pas d'humeur... Mais nous allons revoir kurs, da ? »

Rire, troisième reprise. Il rangea son calepin, il rangea le stylo à plume qu'il avait utilisé, bien au fond de son sac. Il propulsa celui-ci jusqu'à son dos, l'installa, et regarda la blonde. Elle est jolie la blonde. Milovan, dans son cœur, se dit qu'il la voudrait bien pour une nuit... Pour plus si elle le désirait. Mais en tant que gentleman, il n'irait pas le lui dire. Jamais. Cela ne se fait pas...
Et le serpent ressortira. Quand, il ne savait pas. Mais il reviendra, il en était sûr, et certain !

Kurs !

Il reviendra.

Et Milovan s'en alla.

Один день ... Ты и я
.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA]

Revenir en haut Aller en bas

Une fleur sur ses lèvres { PV : Maiko F. } [NA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Gakuen Alice RPG • :: Lycée :: 
Sous-sols
-