• Gakuen Alice RPG •


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Ne chante point, petit rossignol. [PV : Mira] [NA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Milovan Armyanski
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 213
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Persuasion. {discours en italique}
Commentaire:

MessageSujet: Ne chante point, petit rossignol. [PV : Mira] [NA] Jeu 13 Mai - 12:49

    Une lettre. Un rendez-vous. Une inconnue.

    "Cher Milovan, je sais que tu es occupé actuellement, mais j'ai besoin de toi.
    Je sors avec une fille, et du coup, nous avons pensé que nous pourrons amener un ami célibataire.
    Ca te tente ? Si c'est le cas, rendez-vous au café りぼん à 14 h.
    Si non ... Tant pis pour la jolie demoiselle qui devait venir !
    A plus, ton machin."

    Le destinataire de cette lettre lut celle-ci trois fois, se demandant s'il devait en assassiner l'auteur ou non. Bien que la balance oscillait dangereusement entre le meurtre et le pardon de ce pauvre homme, la question fut vite réglée : Milovan était bien trop pacifiste pour brandir une arme. Et, qui plus est, il avait la capacité de rencontrer une (jolie) fille dans exactement une heure et treize minutes. Plutôt tentant en soi. Il rangea donc le pli dans sa poche avant droite, puis quitta le banc sur lequel il s'était posé il y a très peu de temps. Passant une main dans ses cheveux blonds tels les blés, et ce, d'une manière quelque peu efféminée, toujours en restant dans l'agréable à l'œil, il lança un sourire de pur charmeur à une coquette collégienne qui passait alors. Celle-ci, après avoir plaqué ses mains sur son visage devenu rouge, partit en courant et poussa des petits cris comme le font les enfants ayant droit à une friandise. N'y voyez là rien de bien méchant, ceci est écrit dans l'innocence la plus pure. Milovan s'en alla également, mais dans l'autre sens, et plus lentement, profitant tout de même des quelques rayons de soleil que les nuages laissaient tombés jusqu'au sol.

    Une fois changé (car c'est dans sa chambre qu'il s'en était allé), il sifflota un vieil air dont il avait depuis la semaine passée, oublié les paroles. Mais cela n'avait pas d'importance, car il savait qu'il s'en souviendrait bien assez tôt, comme il se connait si bien. Oh, ancienne chanson de son enfance, la soixantaine passée, si ce n'est plus, et toujours là sur nos lèvres ... L'adolescent quitta le bâtiment qui servait aux dortoirs, et décida de demander l'heure à la première personne passant. Forcément, ce fut une passante. Ce fut une lycéenne plus âgée, tout de même banale bien que non dénuée d'un certain charme, à la longue chevelure raide brune, certainement déteinte. Elle lui indiqua l'heure rapidement, et Milly, bien qu'il voulut le connaître, ne retient rien de cela, absorbé par les yeux verts foncés de son interlocutrice. Celle-ci s'en alla, et le blond eut la certitude qu'elle était simplement une européenne paumée en ses lieux, surtout que son japonais était très approximatif. Comme lui. Sauf pour la dernière partie.

    Tandis qu'il marchait, des mots s'ajoutèrent à l'air murmuré, et il se mit à chanter, quoique doucement, d'une voix encore hésitante. Notons simplement que ses chants sont de véritables catastrophes ... Mais il avait l'occasion de rouler tous les 'r' qu'il souhaitait, et comme personne n'était là avec lui, il en profita.

    ~ Polyushko pole ~ 
    ~ Polyushko shroko pole ~ 
    ~ Edyt da po polyu geroi ~ 
    ~Proshlogo vremeni geroi ~

    Bien qu'il n'eut que le premier couplet en tête, il en fut satisfait et le chanta en boucle.

    Il arriva au centre, nommé 'central town' pour d'obscures raisons qu'étaient celles de la vénération de l'anglais et du manque d'inspiration de son créateur, un bon moment après. Il arrêta net son chant. Il n'était plus seul, et surtout, il connaissait que trop bien son niveau. si sa voix peut être agréable, une fois lançait sur un air, ce n'est plus vraiment le même registre. Passons. Son ami n'arrivait pas et cela l'inquiétait un peu. Il était l'heure pile. L'attente, peu à peu, lui ramena à la mémoire la suite de la chanson, et il entendait, en fermant légèrement les yeux, la voix si mélodieuse de sa mère l'entonnait avec douceur. Souvenirs d'enfance. Ou W, j'ai rien à dire.

    ~ Veter Va ...
    "Miloooooooooooooooooooo-van !"

    L'ami arriva et se lança, dans un long discours, coupant la parole du blond avant même que celui-ci n'eut le réflexe d'ouvrir sa bouche pour se plaindre.

    "Milovannnn ... Je dois y aller, vite, vite ... Désolé, changement de programme, tu seras seul avec l'autre qui s'appelle ... Euh, j'sais plus, tant pis ! Tiens, tiens, attrape (il lui donna un ruban de velours carmin, grand classique) ! Un signe, pour que vous vous reconnaissiez. Techniquement, elle en a un de couleur jaune ou ... Ou bouton d'or, comme elle m'a dit ... Bref, a pluuuuus !"

    Et il disparut.

    Milovan resta un moment sans réagir, au milieu de la place devenu quelque peu bruyante, avec une syllabe coincée dans la gorge, celle de Milly, bien entendu. L'apparition éclair de l'autre et son départ précipité avait de quoi choquer un sensible tel que le blond russophone. Et bien qu'il désirait s'en aller (certes, une fille allait venir, mais il n'aimait pas ce principe-ci, de rencontre par le biais d'ami), il resta cloué au sol par une force dont il n'avait jamais songé l'existence. Il attendit simplement. Il n'était pas dégouté, ni triste, ni point en colère. Il ne sut expliqué ce qu'il ressentait. Cela s'approchait trop du soulagement. Il se mordit la lèvre inférieur, regarda donc le ruban de plus près. Joli, le ruban. Il rit en imaginant ce qu'en aurait fait son père, soit, le mettre à ses cheveux. Et par respect ou désir de retourné le voir, il ne savait pas vraiment, il se le mit à lui-même, faisant un nœud digne d'un shojo, tout beau, tout propre, tout droit, qui jamais ne tombera.

    " [Veuillez insérer votre phrase] "

    Il sursauta. Ne portant aux mots prononcé qu'une attention mineure (soit, il n'en comprit rien), il se tourna violemment. Devant lui : une demoiselle et un ruban bouton d'or.

(j'espère que ça te va ;_;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ne chante point, petit rossignol. [PV : Mira] [NA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Gakuen Alice RPG • :: Central Town :: 
Grande place
-