• Gakuen Alice RPG •


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

G O S S I P --- Lya Koetsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: G O S S I P --- Lya Koetsu Lun 21 Juin - 15:28

• Identité

[*]/ Nom : Koetsu
[*]/ Prénom : Lya
Signification: Lya sont des femmes décidées, énergiques et volontaires. Leur vision de la vie et des gens est des plus manichéennes. D'un côté, il y a ceux qui leur plaisent, avec lesquels elles sont charmantes, sympathiques, enjouées... D'un autre, il y a ceux qui leur déplaisent et qu'elles ignorent. Elles sont strictes, mais leur comportement peut parfois déconcerter. Ainsi, lorsque, en société, on les voit ouvertes, sociables, chaleureuses, plaisantant sur un ton badin, on pourrait aisément les croire quelque peu légères ou superficielles.Or il n'en est rien ! Ce sont des femmes à principes, directes et franches, qui, curieuses de tout, n'en demeurent pas moins méfiantes, prudentes, solides dans leurs sentiments et stables dans leurs goûts. Elles possèdent le sens des responsabilités et du devoir, sont persévérantes et obstinées, et ont une grande résistance morale. De plus, même si un fonds d'inquiétude les perturbe de temps à autre, elles sont positives et saines, et ne se laissent pas envahir par des pensées néfastes... Leur nombre actif, le 58 pour Lya., leur confère une grande capacité de travail, et leur donne une puissance d'action et une opiniâtreté très importantes. Elles se révèlent ainsi actives, entreprenantes, dynamiques, mais parfois aussi autoritaires et rigides.
Enfants, Lya sont disciplinées et souvent concernées par leur travail scolaire. Orgueilleuses, elles veulent obtenir les premières places. D'esprit logique, elles sont quelquefois pointilleuses mais ne remettent pas au lendemain ce qu'elles peuvent faire le jour même...

Spoiler:
 
[*]/ Âge et date de naissance : 14 ans, 1 juillet
[*]/ Niveau :
[*]/ Alice :
[*]/ Forme d'Alice : son Alice lui permet d'avoir une ouïe, une vision et un odorat beaucoup plus développés que la normale, elle peut donc entendre et voir de loin, et ainsi être au courant de tout ce qu'il se passe.

[*]/ Type d'Alice :
[/list]


• Caractère
  • / Qualités et défauts :
    «Plus claire la lumière, plus sombre l'obscurité... Il est impossible d'apprécier correctement la lumière sans connaître les ténèbres. »
    Jean Paul Sartre.


    Qui es-tu réellement ? Quels secrets caches- tu ? Sans doute beaucoup trop pour une seule et même personne. Comment décrire cette « petite princesse ». En apparence, rien n'est plus facile. Elle possède toutes les « qualités » requises pour être une de ces héritières bien trop gâtées et surprotégées. Pauvre petite fille riche. Toujours à vous jauger du regard avec cet air supérieur. Ne vous avisez pas de vous mettre en travers de son chemin, où vous pourriez amèrement le regretter. Cette jolie poupée de glace ne vous fera jamais de cadeau. Si elle a la possibilité de montrer sa supériorité intellectuelle et hiérarchique, elle ne se gênera pas pour vous rabaissez plus bas que terre. Et oui c'est de l'abus de pouvoir, mais que voulez vous: cette sensation de domination est plus que jouissive. Pas étonnant qu'elle appartiennent au conseil des élèves. Son statut d'héritière ne lui permettrait pas d'avoir un caractère faible.

    Elle doit se faire respecter , et soyez en convaincu, elle sait très bien le faire. Il faut dire que malgré son jeune âge la jeune fille dégage un certain charisme et une prestance hors norme. Le fait le plus grave dans tout cela, c'est qu'elle en est consciente. Elle a donc une confiance extrême en elle même. En soit on doit bien l'avouer cette jeune fille est excessivement égocentrique, fière et surtout sûre de ces capacités. Elle a le don d'en énerver plus d'un. Les apparences sont trompeuses. Et tu t'amuses avec celles-ci.




    « La conscience est la lumière de l'intelligence pour distinguer le bien du mal.»
    Confucius.

    Ne dit-on pas qu'entre le génie et la folie, il n'y a qu'un pas ? Exactement et Lya en est l'une des preuve les plus formelles. Elle est brillante, extrêmement vive d'esprit, et ce, depuis son plus jeune âge. Tous les professeurs qu'elle a put avoir le savent avec perspicacité et diront: cette jeune fille possède une intelligence bien supérieur à la moyenne. Lya a toujours aimé apprendre, découvrir de nouvelles choses. Elle est d'ailleurs le portrait type de l'élève studieuse et sérieuse, bien que ces capacités lui permettent de retenir beaucoup de notions sans avoir à les rabâcher encore et encore. Une mémoire impressionnante doublé d'une faculté d'observation et d'analyse accrue. Ses capacités physique ont beau être extrêmement limitée, ses capacités intellectuelles sont, elles, énormément développées.

    Son intelligence est d'ailleurs un élément très important, car son rôle dans la rébellion a été en partie décidé grâce à cela. Elle ne foule que très rarement le terrain de l'action et est plutôt considérée comme « le cerveau » des opérations. En effet, elle donne les ordres et les indications et se complait largement dans ce rôle. Elle née pour commander, que voulez vous. Mais cette intelligence la ronge petit à petit. Il n'y a pas une seule seconde qui s'écoule sans qu'elle ne pense à quoi que se soit. Les informations défilent à une allures folles dans son esprit. Chacune de ses paroles, de ses gestes, de ses réactions sont calculés, pensés bien avant d'être réalisés. Pas de place pour l'improvisation. Véritable calculatrice et manipulatrice, cet aspect de sa personnalité ne faisant que renforcer un peu plus cette impression de froideur et d'insensibilité.



    «Le mal existe, mais pas sans le bien, comme l'ombre existe, mais pas sans la lumière. »
    Alfred de Musset.

    Une rose pique mais reste délicate. Lya est donc comme ces fleurs à l'allure noble et hautaine, qui ne se laisse pas cueillir si facilement. Et pourtant elle est si douce, si attentionnée et généreuse. Mais cela peu de gens peuvent voir cette facette des sa personnalité. Simplement les personnes en qui elle a confiance, pour résumer très peu de gens. Il est bien difficile de percer à jour cette carapace de glace.

    Elle a beau faire semblant d'être insensible au monde qui l'entoure elle n'en reste pas moins une « lady » au grand cœur. Toujours prête a aider les plus faible, en combattant l'injustice et la cruauté. Elle connait mieux que quiconque la tristesse et le sentiment de solitude et est très sensible aux personnes en détresse. Elle sera toujours à l'écoute et même si elle ne le montrera pas, elle aussi compatira et souffrira en silence. Finalement si l'on creuse un peu plus on peut découvrir un cœur tendre sous cet amas de glace. Lya n'est encore qu'une petite fille fragile en mal d'amour. Le rejet d'affection reste sa plus grande peur. Pour elle l'attachement n'est qu'un sentiment qui risquerais de la blesser et de la meurtrir encore plus.



    «Et après tout, qu'est-ce qu'un mensonge ? La vérité sous le masque... »
    Lord Byron

    Petite fille peureuse, deviendra grande et forte. Oui on peut devenir la personne que l'on désire du moment que le masque dissimule les fissures de l'âme et de l'esprit. Pourquoi te caches-tu sans cesse ? Peur de ta fragilité, peur du regard des autres, peur de salir le nom de ta noble famille, peur du monde, et surtout peur de toi-même. Tu dois sans cesse tenir ce rôle de fille noble et distinguée. Délicate et douce. Tu ne dois rien laisser paraitre: ni tristesse, ni joie. Une fausse ataraxie qui te pèse chaque jour un peu plus. Il viendra le jour où ton cœur ne supportera plus les fardeaux que tu lui rajoute chaque jour. Personne n'est assez forte. Le masque devra tomber .

    Mais en réalité tu rêves de scier les barreaux de ta prison dorée et d'épouser pleinement la liberté. Rêve illusoire ou possible réalité ? Qui sait vraiment ? Même toi tu doutes. Ce sang chaud qui bouillonne en toi,ce cœur qui bat, espèrent à une autre vie. Emprisonnée dans ta tour d'ivoire, tu regardes en bas, enviant les personnes qui s'y trouve . Pendant que les uns rêvent de monter, tu ne veux que descendre. Finalement ce n'est pas du mépris que tu éprouves pour les personnes qui t'entourent mais de la jalousie. Tu envies ces gens qui sont heureux et épanouis, ces personnes qui laissent leur émotions éclater au grand jour. Pendant que toi, petit à petit, tu te replis et tu t'enfermes dans le tombeau psychologique que tu as toi même creuser au fil des années. Quelqu'un saura t-il un jour sauver ton âme égaré et trouver la clé de ton cœur emprisonnée depuis bien trop de temps ?


    « La Liberté ignore les serrures du temps et de l'espace »
    Jacques Savoie

    C'est une vraie lady, n'est-ce pas ? Odieuse, femme du monde. Toujours extrêmement bien coiffée, bien habillée, qui jalouse les autres, parfois même les méprise, les déteste, las jauge du regard. Non, même cet air fragile qu'elle cherche désespérément à cacher, ne suffirait pas à l'apprécier pour ce qu'elle est. Bien trop infâme et manipulatrice pour être aimé de quelqu'un. Cependant, il y a encore bien des choses que vous ignorer sur cette jeune demoiselle. Et si je vous disait, qu'elle n'est nullement aussi parfaite et méprisante, que vous le pensez. Et si je vous révélais, sa véritable nature. La pauvre petite fille riche n'est peut-être pas aussi bien élevée que cela, finalement. Approchez, approchez donc un peu plus. Laissez moi vous chuchoter à l'oreille son vilain petit secret. Laissez moi vous dire que les apparences sont trompeuses et qu'en réalité cette petite princesse est un garçon manqué. Et oui élevé donc une petite fille avec cinq grand frère et un père comme seule famille, sans aucune présence féminine et vous verrez bien qu'est ce que cela donne. Je vais vous donnez la recette d'une Ly Koetsu bien réussie: prenez une pincée d'immaturité, deux cuillère d'impulsivité, dix centilitres de désobéissance, un zeste de désir d'aventure, saupoudré avec une éducation masculine, rajouter trente centilitres de mauvais caractère. Secouez énergiquement. Et vous obtenez le cocktail Lyada. Simple efficace mais tellement étonnant et détonnant. Bon bien entendu, très peu de gens parmi les gens qu'elle côtoie chaque jour connaisse ce caractère plus qu'étrange. Dans sa vie « officielle », diront nous, elle préfère le cacher (difficilement certes, mais elle y arrive plutôt bien). Mais alors, me demanderez vous, quelle est cette vie « non officielle » ? Suivez le guide...

    La nuit tombée, la petite princesse abandonne ses jolies robes et ses coiffures impeccables. Elle profite que la maison soit endormie pour s'échapper de sa prison dorée. Il est tellement simple de faire le mur quand personne ne vous surveille et vous soupçonne. Une fois sortie, à elle la vraie vie. C'est dans ces moments qu'elle a l'impression de vivre pleinement. Dans la demeure des Koetsu, elle a simplement l'impression de mourir à petit feu. Sa vie c'est un peu l'effervescence du quartier populaire. Lya est d'ailleurs connu comme le loup blanc, là bas, non pas sous le nom de de Lya Koetsu mais tout simplement sous le nom de « Ash ». Si un jour vous en entendez parlez d'une certaine « mademoiselle Ash » (c'est ainsi que les gens l'appelle), il n' y a aucun doute à avoir sur son identité. La jeune fille est assez connue pour s' être attiré des problèmes avec des gens pas très fréquentables, et avoir remporté plusieurs tournois de racer. Des courses de racer ? Mais pourquoi donc ? C'est dangereux, excitant. Elle ne le fait ni pour l'argent, ni pour la gloire, simple satisfaction personnelle (conduire un racer est une des rare chose qui lui sont autorisé à cause de son état physique fragile). Et oui, cette demoiselle n'est pas né dans la bonne classe sociale, elle aurait sans doute été plus heureuse, en bas. Le haut de l'échelle sociale la fatigue et semble l'emprisonner dans la privation de liberté. Ah....liberté chérie, quand tu nous tiens. Mais ne dit-on pas que l'Homme est « condamné à être libre ». Un jour son tour viendra....


    DÉFAUTS: Egocentrique | Froide | Hautaine | Calculatrice | Machiavélique | Envieuse | Toujours dissimuler derrière un masque | Tendance à vouloir contrôler | Impulsive | Trop perfectionniste ...

    QUALITÉS : Brillante | Observatrice | Discrète | Studieuse | Patiente | Créative | Douce | Possède le sens de l'honneur | Intelligente |


  • / Aime - n'aime pas :
    Je veux, j'ai, je tue. C'est un peu son caractère. Elle est extrêmement matérialiste, et quand, elle, veut quelque chose, sachez qu'elle finit toujours par l'obtenir. Ça c'est son côté petite fille riche et gâtée, seule fille parmi cinq garçons. Que voulez-vous quand on a prit l'habitude d'être traitée comme une princesse, on y prend goût et on a du mal a y renoncer. Si vous ne deviez retenir qu'une chose, retenez cela: « je veux et j'ai toujours ».Elle aime posséder, ensuite peu importe. De toute façon elle finit par se lasser très vite. Bon cela bien sûr tout le monde aurait pu le deviner avec le caractère capricieux, égoïste qu'elle possède. Si elle a bien la personnalité d'une petite peste,ou princesse, comme vous voulez, elle n'en n'a pas les manières...

    Très peu pour elle, toutes les fanfreluches, les bonnes manières,les soirées d'hypocrites, les bals où l'on s'ennuie à mourir...enfin vous l'aurez compris malgré son statut noble, la haute très peu pour elle. C'est un milieu qu'elle a toujours exécré ,et ce, depuis sa plus tendre enfance. Pourquoi ? Elle a toujours eut l'impression d'être tombée au mauvais endroit. Tout le monde rêve d'ascension. Oui mais quand on a connue le haut toute sa vie, que doit-on espérer de plus ?Voilà, c'est dit, dans ce monde, tout lui a toujours paru d'un ennui profond. Et aucun moyen pour y réchapper. De plus,il n'y a pas de place pour un garçon manqué. Elle serait pointé du doigt, raillée par tous, rejetée de tout le monde, et abandonnée par chacun. Comble du déshonneur. Alors il faut faire avec. Pour tromper le monde, il faut lui ressembler. Donc chaque jour elle se vêt d'un masque, pour son honneur et celui de sa famille. Elle déteste devoir faire cela, mais elle s'oblige. Plus elle côtoie cette société, plus elle la trouve monotone. Rien de pire pour cette demoiselle que la répétition qui s'installe lentement mais doucement, sans que personne ne s'en rendent compte. Une discussion sans intérêt par ci, une soirée par là, un petit four en passant...et ça recommence encore et encore. Il y a parfois des jour on l'on voudrait dire simplement : stop ! Mais rassurez-vous, elle ne s'en prive pas.

    Passé la porte de sa magnifique demeure, de celle de la prestigieuse académie ainsi que celles de ces prétendues importantes connaissances, que fait-elle, qu'aime t-elle ? En creusant et en y regardant de plus près: des choses toutefois assez simple et basique. Rien que l'idée du vent frais du crépuscule qui lui balaye le visage la réjouit. La nuit a toujours été un signe de liberté, ce qu'elle ne peut pas faire le jour, elle le fait la nuit. Le bruit, l'agitation, l'excitation, toute la ferveur que dégage les quartier populaire de la capitale, rien que d'y penser, un sourire se dessine sur ces lèvres et un frisson d'exaltation la parcoure. Liberté. A t-on déjà crée un mot aussi beau que celui, à son humble avis sûrement. C'est dans ces moment là, qu'elle tue l'ennuie amassée au cours de ses longue journée et qu'enfin elle ose sortir de sa solitude qui la pèse. Et oui, croyez-le ou nous, le fait d'être seule l'angoisse au plus au point. Bien qu'elle ne s'entoure que de très peu de gens et que par conséquent elle n'accorde sa confiance qu'a très peu également, elle sait sur qui elle peut compter. Et une chose est certaine, ils ne sont pas d'origine noble et c'est tant mieux. Avec eux, elle peut rire en toute tranquillité, discuter, jouer, plaisanter, regarder un match de soccer (et oui c'est une grande fan de ce sport national !), partager ses peines, ses joies, ses peurs. L'amitié est une chose importante, elle double les moments de bonheur et réduit de moitié ceux de tristesse. Lya y est fidèle. Les amis ne remplaceront jamais une famille mais ils contribuent à une vie meilleure. Pas question de renoncer à ses convictions, à cette utopie de monde parfait.


  • / Ce qu'il pense de l'école : Lya ne pense que l’école ne sert qu’à trouver des potins et de les servir sur un plateau d’argent…





• Physique

  • / Portrait physique (allure générale et visage) :
    La chrysalide s'est transformé en un majestueux papillon. Étant petite Lya a été mainte fois prise pour un petit garçon. Et oui, elle était un brin garçon manqué dans sa façon d'être, de s'habiller de se comporter. Sans doute pour pouvoir être mieux accepté des autres garçons, vu qu'elle n'avait pas de passions communes avec les fillettes aux alentours. Mais cette apparence de garçonne ne l'a pas aidé pour autant. Elle n'a plutôt fait que renforcer son désir de changer, d'être plus...féminine , dira t-on. Désormais elle est méconnaissable. Seule son regard d'un bleu profond est resté tel quel. Il n'a rien perdu de sa candeur et de sa flamme. A travers le bleu intense de ses prunelles, on a comme l'étrange impression de pouvoir effleurer son âme du bout des doigt. Son regard est à l'image de son être mystérieux, complexe, candide mais tellement attirant malgré tout. Prenez garde de ne pas vous perdre dans les méandres de son regard: cela pourrait vus être fatal. Derrières ces yeux de biches cernés de noir se trouve une jeune femme manipulatrice. Mais qui oserait donc se méfier de cette poupée longiligne et gracieuse. Personne, non. Le diable prend parfois bien des formes trompeuses, n'est-ce pas ?
    Regardez la marcher, d'un pas léger et doux, un peu effacé et discret. Bien qu'elle ne brille pas par sa grandeur (environs un mètre soixante-quatre), elle sait en imposer. Elle est loin de passer inaperçue. Une longue et jolie crinière rose, parfois presque blanche, tombe délicatement en cascade sur ses reins et encadre un visage au traits fins et purs. Notre regard passe discrètement sur son visage aux traits fins, aux joues légèrement rosée et ses lèvres délicatement dessinées. On se sent attirés par son visage opalin, on sent notre attention capté par son regard. Nos yeux glisse délicatement le long de ces formes légères, nous laissant alors entrevoir un style impeccable. Toujours extrêmement bien coiffée, habillé, maquillé (bien que très discrètement). Une véritable lady, cela va sans dire. Cette jeune fille au corps mince et frêle laisse transparaitre une certaine sensualité, une beauté froide et fragile à la fois. Impossible de savoir comment s'y prendre avec elle. Elle marche toujours la tête haute comme si rien ne peut l'arrêter, alors que sa constitution fait d'elle une jeune femme vulnérable. Un esprit fort dans un corps faible. Comment la décrire sans passer sans le terme de « femme-enfant ». Pas encore adulte, mais qui n'a plus le droit de se comporter comme un enfant. Perdu entre deux instances de la vie. Impossible de lui attribuer son véritable âge, la plupart des personnes qu'elle rencontre,lui trois à quatre de plus qu'en réalité.
    Mais dès les premiers mots qu'elle prononce, la magie cesse d'opérer. La délicate princesse est remplacée par le parfait petit général au caractère ingrat. Et oui, une silhouette si délicate pour un caractère aussi mauvais. A croire que la nature s'amuse avec nous. Comment une jeune fille en apparence si douce et si parfaite peut-elle se révéler être aussi odieuse avec le genre humain sans exception. C'est sûrement la vie qui veut cela. Le temps a adoucie ses traits mais pas son âme. Aussi resplendissante que le soleil, avec un cœur de pierre aussi froid que la lune. Mais comme tout le monde le sait la Lune a toujours une face cachée. Lya ne déroge donc pas à cette règle.
    Pile, je gagne. Face tu perd. Oui tout comme une pièce, c'est une jeune fille à la double face, ou plutôt personnalité, diront-nous. Le jour la fait resplendir avec ces artifices. La nuit révèle sa véritable personnalité, la met à nue. Dans tous les cas, ne dit-on pas qu'elle est gagnante. Pour rien au monde, elle ne pourrait refouler sa véritable nature. Petite poupée blonde, enfant bénie ou maudite ? Véritable ange descendue du ciel ou démon dissimuler sous des traits d'agneau. Qui sait ? Que dissimule ces traits fins et délicats, cette peau douce, velouté, d'une blancheur immaculé ? Derrière ce teint diaphane, quel être se dissimule ? Plonger au plus profond de ses yeux, et sans doute vous en apprendrez plus sur elle. Mais prenez garde à ne pas vous perdre dans le bleu de ses yeux, cette couleur, si belle, si envoutante. Un regard profond, plein de complexité, d'ingéniosité, de malice, de bonté, et d'amertume. Une demoiselle complexe, nul ne peut prétendre la connaître. Quel est sont secret ? Peut-on réellement deviner ses intentions, où est-ce seulement un ultime piège pour faire de nous son esclave. Une chose est sûre si la nuit, il vous vient à l'esprit de fréquenter les quartier populaires et animés d'Anthalys, il se pourrait que vous la trouviez. Ne soyez pas surpris si vous la trouvez méconnaissable. Son passe temps favoris c'est de troquer ses affaires de princesse contre ceux d'une véritable baroudeuse. Belle et rebelle. Elle a déjà attiré l'attention de plus d'un malfrat. Alors toujours convaincu, par cette « parfaite petite enfant gâtée ».





• Histoire

  • / Son passé :
    Le prélude.
    « Un début au goût de fin. »

    Tout était gris, tout était terne. Je m'en souviens comme si c'était hier. Mais je me souviens que l'espoir ne s'était pas fané, j'étais toujours animée par ce désir et cette envie de changer les choses. J'aurais sans doute pu déplacer des montagnes si on me l'avais demandé. Oui, j'aurais pu. Mais tout change, le temps fuit, les gens évoluent abandonnent, même moi je ne suis plus la même. Les années ont balayé la plaine verdoyante de mon cœur d'enfant plein d'espoir et de rêves, laissant la place à une terre froide jonchée d'amertume et de désolation. Ils ne sont plus. Je ne suis plus. Je crois que le monde entier n'est plus. Je ne suis que l'ombre de moi-même. Quelle est donc cette étrange impression de n'être qu'une imposture de plus ? Je me perd. Non, je me suis perdu il y a bien longtemps. Qu'importe l'argent, la gloire, les honneurs, la noblesse,le pouvoir...quand on se sent terriblement seul. Oui, maintenant que j'y pense, tout cela n'était qu'une immense mascarade. Quand j'essaye de penser à tous les événements passés de ma courte existence, je suis comme amnésique. Un blanc. Un manque. Non, je me souviens de cette mélodie monotone et triste. Ma vie est à son image. Lente, douloureuse, lancinante. On dit que la vie est un cycle perpétuel . J'espère que c'est un mensonge. Je ne veux pas revivre cela. Personne ne le devrait. Je n'ai rien vu de la vie et j'en ait déjà assez de celle-ci. Qu'elle prenne fin.. Le plutôt sera le mieux.

    Je les ai vu partir. Je ne les ai vu revenir. Je n'ai pas pu les sauver. Et je ne me sauverais sûrement pas moi même. J'ai pensé à la vengeance. Pendant un court instant, j'y ai songé. Je l'avoue. Combattre le mal par le mal, est-ce une solution. Une vengeance peut-elle vraiment être sans conséquence ? Je me suis cru assez forte pour persévérer encore et encore. Reine de pacotille. Princesses démunie. Je ne suis riche de rien ni de personne. Du moins je ne le suis plus. Tout ce dont en quoi j'ai cru. Tout ceux que j'ai aimé. Tout ceux qui m'ont aimé. Tout sans exception semble flotter dans les airs, attendant le moment propice pour s'envoler à tout jamais. Pour me laisser seule avec ce reflet hideux de ma personne. Je me regarde dans le miroir. Je ne vois qu'une étrangère. Et je l'exècre. Je veux la voir disparaître. Je la repousse. Je me méprise. Je m'en veut. Je ne me pardonnerais pas. Jamais. Je me fuis. Je me perd. Je me cherche. Je réalise. Je m'abandonne. A tout jamais. On dit que les moment de bonheur sont comme la tristesse et ne durent qu'un temps. Aujourd'hui je le sais: c'est faux.

    Je me sens mourir chaque jour un peu plus. Chaque pas que je fais me mène un plus près de la mort. Cette sensation d'impuissance est insupportable. La futile enfance est partie. L'insouciance de l'adolescence n'est jamais arrivée. Je ne suis pas une femme, je ne peux pas être un enfant. Qui suis-je ? Je ne sais pas. Je ne sais plus. J'aimerais me souvenir des moments heureux. Mais ils se sont envolés en fumée. Seul l'odeur acre de la tristesse m'est resté. A jamais dans mon esprit, dans mon cœur, dans mon âme. J'aurais préféré ne pas exister. A quoi bon assister à la décrépitude de tout un monde. Tout aurait pu se passer sans moi. Une âme en peine en moins, n'aurait sans doute pas été de trop. Je tremble. J'ai peur. Je voudrais pleurer une fois encore, une dernière fois. Mais je le sens, j'en suis incapable, à force mes yeux se sont taris. Je n'ai plus la force. J'ai l'impression d'être pencher au dessus du gouffre de ma vie. Telles étaient mes heures. Telle était ma vie. Mes rêves ont fuit. J'ai rêvé sans dormir. J'ai dormi en marchant. J'ai trouvé mon absence. Je ne suis nul part. J'ai vécu dans le néant depuis trop longtemps. Un voile sombre couvre à présent mes yeux. Je sens mon âme ankylosée, ma souffrance intérieure me dévorer. Adieux.

    Tout est toujours gris,tout est toujours terne. Aujourd'hui, je me fane.



    Chapitre premier.
    « Je te hais autant que je t'aime »

    La question était là, pendue à ces lèvres depuis longtemps. Il lui fallait lui demander:

    « Tu te souviens quand on était heureux ?»

    Le regard azuré de la fillette de dix ans se planta dans celui de son frère. Que pouvait-il bien lui répondre ? Il restait là, à contempler ses prunelles d'un bleu abyssal, comme perdu dans un océan d'incompréhension. Oui, maintenant il réalisait à quel point ils avaient perdu dans cette guerre. Tous étaient partis, aucun n'était revenus. Un sourire triste se dessina sur les lèvres du jeune homme.

    « Ne t'inquiètes pas, tout va bien se passer... »

    Mais tout cela semblait si faux, si hypocrite. Même ce léger sourire n'arrangerait rien, il ne les ferait pas revenir. L'image de son père et de ses deux plus grands frères partant en guerre lui revient à l'esprit. Ils souriaient, ils étaient confiants et ne sont jamais revenus. Cela faisait un an qu'ils avaient été déclarés disparus aux champs d'honneur, pour parler comme les militaires. En clair, ils étaient morts. Le vent avait emporté leur cendres à tout jamais. Leurs visages s'estompèrent petit à petit de son esprit, laissant la place à celui de sa petite sœur. Et elle, qu'allait-elle devenir après que lui aussi soit appelé au combat ? Il avait reçu sont ordre de mission. Il devait bientôt partir. Comment le lui annoncé ? Impossible vérité. Elle ne comprendrait pas. C'était comme une trahison. Il lui avait promis de rester à tout jamais à ses côtés. Toit ou tard il devrait briser cette promesse pour sa patrie. Traître à sa nation ou traître à son sang. Un choix douloureux. Mais pour l'honneur des siens, il devait accepter, même si cela lui coûtait. Pour l'instant il garderait le secret comme un poids, en faisant mine d'être heureux. En feignant l'insouciance.

    Vienne les jours, sonne l'heure, les jour passe, je demeure. Les mois avaient passé, il avait vu sa petite sœur grandir un peu plus chaque jour, lui échappant chaque jour un peu plus par la même occasion. Oui maintenant il savait qu'elle pourrait grandir encore sans lui. Sans son dernier frère. Le cinquième frère Koetsu. Il partait en guerre, comme le reste de sa famille. Il aurait aimé que sa mère soit encore vivante pour s'occuper de Lya. Mais la maladie l'avais emporté depuis des années. Sa petite sœur ne se souvenait surement plus d'elle. Enfin, si, une fois elle lui avait confié qu'elle se souvenait de sa voix, de son parfum. C'est étrange, elle était si petite lorsqu'elle est décédée. A ses yeux, elle l'était encore bien sûr. Elle serait à jamais sa « petite sœur ». Mais malheureusement pour elle cela serait bientôt la fin de son « grand frère ». Il regardait le jour décliner par la fenêtre de la luxueuse demeure familiale. Il se tourna et scruta la pièce vide de toute présence, très attentivement. « Tsu', tout ça sera à toi, et à toi seul. Pardonne-moi... ». Il s'allongea sur son lit, les yeux rivés sur le plafond. Blanc. Lisse. Pur. Dénuée de toutes traces et d'impuretés. Clair. Lumineux. Bien loin du destin qui les attendait...

    L'affrontement n'aurait pas lieux. Pas d'explications, pas de larmes, pas d'adieux douloureux. Il partirait au petit matin, sans rien lui dire. Il se sentait tellement lâche. Mais c'était bien au-dessus de ses forces. Il n'aurait pas le courage de lui annoncer son départ pour cette guerre infernale. Il descendait les escaliers, doucement sans faire de bruit. Mais là, devant la porte d'entrée, se tenait une frêle silhouette, qui commença à s'adresser à lui avec voix tremblante:

    « Je savais que tu allais faire ça...j'ai lu la lettre que tu avais caché...alors tu t'en vas comme ça, sans rien dire. Tu n'as donc aucune considération pour ta propre sœur ? »

    Elle fit une pause et haussa la voix:

    « Je ne représente rien pour toi ? Dis-moi !Dis-moi, je ne suis rien pour que tu m'abandonne comme un chien dont on ne veut plus ! Réponds ! »

    Elle était déboussolée, ne trouvait plus ses mots. Les larmes commencèrent à couler le long de ses joues. Non, il ne voulait pas. Il ne voulait pas partir comme ça. Pas de cette manière. Pas en la voyant pleurer. La peur, la colère, la tristesse. Voilà tout ce que représentait ces larmes. Elle s'avança vers lui, petit à petit.

    « Tu es lâche...tu m'entends ! Je...te ne pardonnerais jamais. Tu avais promis... »

    Le jeune homme s'approcha de la petite fille et pris sont visage entre les mains, essuyant les larmes qui coulaient le longs de ses joues:

    « Je reviendrais, je te le promet. Je...»

    Elle eut un mouvement violent de recul, se détachant de l'emprise de son frère. Elle se mit à crier:

    « Menteur ! Menteur! Menteur! Tu es comme les autres, comme papa. Ils sont pas revenus...ils sont pas.... »

    Ses pleurs qui avaient redoublés d'intensités, l'empêchaient de terminer ses phrases correctement. Elle s'accrocha à la petite table à côté et fit valser un vase qui se brisa en une cacophonie cristalline. Elle n'avait plus la force. Elle tomba à genoux. Piteusement. Pathétiquement. Elle continuait de déverser un flot de larmes tandis que son frère s'accroupissait devant elle. D'une voix douce et protectrice, il lui murmura:

    « Tsu', je t'en pris, ne fais pas ça. Pour moi, arrête. Je sais c'est de ma faute, mais je veux pas partir avec cette image de toi... »

    La fillette releva la tête, les yeux embués par les larmes:

    « Tu vois...tu parles déjà comme si tu ne reviendrais pas. Moi je connais la vérité, je sais ce qui va se passer. Je sais... »

    Il l'a pris dans ses bras. Il la serra, comme jamais dans toute sa vie. Sans doute pour la dernière fois. Une larme ne put s'empêcher de couler le long de sa joue. Il ne voulait pas pleurer. Mais il ne put se retenir. Juste une seule et unique. Il sentait l'étreinte de sa sœur se resserrer un peu plus chaque seconde passée dans ses bras. Elle murmurait en hoquetant tristement:

    « Ne me quitte pas, ne m'abandonne pas...s'il te plait. Qui...qui prendra soin de moi ? Qui... »

    Il la regarda et essuya les dernières larmes:

    « Tout le monde prendra soin de toi ici... Alfred s'est toujours occupé de nous, de toi, mieux que moi sans doute... »

    Elle s'accrocha à la manche de son frère, l'implorant du regard, elle haussa une nouvelle fois le ton:

    « Mais je ne veux pas des domestiques c'est toi que je veux ! »

    Il l'aida à se relever sans la brusquer. Elle allait tomber à la renverse quand le majordome apparu et rattrapa la demoiselle. Alfred. Il savait qu'il serait là pour elle. Il pouvais lui faire confiance. Il adressa un sourire triste au vieil homme comme pour lui dire « je vous la confie, prenez soin d'elle ». Il lui fit un léger baiser sur le front. Elle ne disait plus rien. Elle le regardait partir. Elle savait qu'il n'y avait plus rien à faire, que de toute façon cela se terminerait comme cela. Il passa la porte et la regarda avec le sourire aux lèvres. Tout comme son père, tout comme ses frères auparavant. Enfin il venait de comprendre le pourquoi de ce sourire. Ce n'était pas la confiance mais la peur qui les forçait à sourire de cette manière. Ils avaient caché cette angoisse au reste de la famille et à eux même avec cette façade souriante. Enfin, il avait posé le premier pied dans sa vie de soldats et dans sa vie de futur héros mort au champs d'honneur...

  • / Famille : 5 frères et une mère et un père :P
  • / Aspirations : Elle veut que tout le monde l'aprécie.



• Hors jeu

  • Pseudo : Sasuky
  • Âge : 14 ans
  • Comment avez vous découvert le forum ? Google.
  • Votre avis, sur celui ci, et suggestions : SUPER.
  • 1 + 1 = ? validé


Dernière édition par Lya Koetsu le Lun 21 Juin - 20:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaori A. Rozen
Chef suprême \o/
Panda abandonné. /sob
Chef suprême \o/ Panda abandonné. /sob
avatar

Féminin Nombre de messages : 1835
Age : 24

Feuille de personnage
Alice: Alice des Miroirs
Commentaire:

MessageSujet: Re: G O S S I P --- Lya Koetsu Lun 21 Juin - 20:00

Coucou et bienvenue sur le forum !
Ca fait plaisir que quelqu'un prenne enfin un personnage prédéfini \o\ J'espère que celui-ci te convient.
Bref j'ai validé le code et je te laisse finir ta fiche, par contre il faudrait enlever les images ou en mettre des moins grandes, elles déforment la page. Bref je te laisse faire :B
_________________

riding on a blind unicorn.
f o l l o w A l i c e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: G O S S I P --- Lya Koetsu Lun 21 Juin - 20:53

Voilà, j'ai terminé, mais je ne sais pas trop quoi mettre à Alice, niveau et type d'Alice...
Je voudrais savoir ce qui conviendrait mieux à mon personnage :P
Revenir en haut Aller en bas
Kanha T. Lispira
Ze Kanhaïne ♥
Professeur de choc !
Ze Kanhaïne ♥Professeur de choc !
avatar

Féminin Nombre de messages : 1500
Age : 21

Feuille de personnage
Alice: Alice de la parole
Commentaire:

MessageSujet: Re: G O S S I P --- Lya Koetsu Mer 23 Juin - 14:53

Bienvenue :)
Alors pour la partie alice, déjà, il faut que tu déplaces ce que tu as mis dans la partie forme d'alice dans alice tout court. Le type de ton alice est Somatic (oui oui, j'ai vérifié pour les sens ultra-développés c'est Somatic ~ je suis utile !) La forme de ton alice est au choix, je te les rappelle :

  • Enfance : L'Alice apparait brusquement et finit par disparaître
    pour ne plus revenir lorsque l'enfant arrive à l'âge adulte.
  • Diffuse : L'Alice est toujours utilisable, mais à un très bas
    niveau de pouvoir.
  • Indéterminée : L'Alice peut être utilisée pendant une très courte
    période, mais à un très haut niveau.
  • Limitée : L'Alice est utilisé autant qu'on le veut, mais la vie de
    l'utilisateur est réduite à chaque utilisation, jusqu'à sa mort.

& Vive Wikipédia. (l)
_________________


Kanhaïne is drug free ! Everyone lauves Kanhaïne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaori A. Rozen
Chef suprême \o/
Panda abandonné. /sob
Chef suprême \o/ Panda abandonné. /sob
avatar

Féminin Nombre de messages : 1835
Age : 24

Feuille de personnage
Alice: Alice des Miroirs
Commentaire:

MessageSujet: Re: G O S S I P --- Lya Koetsu Dim 19 Sep - 0:51

Fiche sans réponse > corbeille.
S'adresser à un membre du staff pour la récupérer.
_________________

riding on a blind unicorn.
f o l l o w A l i c e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: G O S S I P --- Lya Koetsu

Revenir en haut Aller en bas

G O S S I P --- Lya Koetsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Gakuen Alice RPG • :: Premiers Pas :: 
Le placard à balai
-