• Gakuen Alice RPG •


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Oda Alice
Lycée; Rang Etoilé II
♣ Le Temps des Cerises
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Invocation d'entité démoniaque
Commentaire:

MessageSujet: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Ven 25 Juin - 15:11

Je ne me réveillerais jamais.
A présent, j’errerais éternellement dans le pays des merveilles...


« Je sentais une douce lumière venir caresser ma joue. Une douce lumière ? Mais n’étais-je pas enfermée dans cette pièce sombre depuis des années avec Jun ? J’ai peur, je ne veux pas ouvrir les yeux. J’ai peur que ce soit une hallucination. Si je me réveille, je serais dans le noir, avec le corps sans vie de Jun à mes côtés. Pourquoi avait-elle décidé de venir dans mon corps ? Pourquoi ne pas être resté dans le sien ? Ah, je sens une chose étrange sur mon cou, qu’est ce donc ? »

Alice n’osait pas ouvrir les yeux. Elle savait qu’elle était allongé, mais continuer de faire l’endormie la satisfaisait. Délicatement, elle tâta du bout du doigt son cou. Elle pouvait y sentir de profondes cicatrices. Plein, partout autour de son cou. Bizarrement, elle comprit enfin.
Elle était détachée !! Pendant des années, elle avait été enchainée dans une pièce sans lumière avec des ronces, pour lui empêcher tous mouvements de fuite.
Maintenant, elle pouvait sentir les cicatrices que cela lui avait laissées. Ce n’était peut être pas un rêve. Courage.
Elle ouvrit prudemment un œil, puis l’autre progressivement. C’est bon, il n’y avait personne. Elle était seule dans une petite pièce aux murs blancs. Elle y distinguait un épais carrelage gris. Son lit, collé dans un coin de la pièce, avait de fins draps blancs, et le matelas était très mou, très confortable.
A côté, il y avait une petite table de chevet en bois brut, sur lequel une lampe usée par le temps avait était posé.
En face du lit, une armoire elle aussi en bois, dans le même ton que la table de chevet, semblait défier les lois de la pesanteur en ne tenant que sur trois pieds.
Alice avait vraiment très peur. Non pas que la solitude l’angoissait, non mais sa claustrophobie se faisait violement ressentir. Depuis son enfermement, elle ne pouvait plus supporter d’être enfermé, et ici il n’y avait qu’une porte fermé.
Elle aurait voulu sortir de son lit et partir, n’importe où, mais partir. Si elle sortait du lit, allait-on la battre ? Allait-on la punir en l’enfermant à nouveau, comme quand elle avait était punis en tuant, indirectement certes, une dizaine d’hommes ? Alors elle ne bougea pas.
Elle était trop angoissée par cette peur pour oser se balader dans les couloirs. Alors elle attendit, la peur au ventre.
Une bonne heure passa, et Alice s’était finalement endormie. Quand elle se réveilla, n’y tenant plus, elle posa ses pieds nus sur le sol froid. C’est la qu’elle remarqua qu’elle était vêtu ! Depuis combien de temps n’avais t-elle pas porté de vêtements ?
Le contact du tissu serré la dégouta, si bien qu’elle voulu pendant un instant entreprendre de déchirer cette pièce de tissu qui ressemblait à une blouse de médecin.
Mais finalement, elle s'y résigna, car elle avait tant détesté que des hommes, au labo, la regarde fixement sans cesse… Elle se leva tout doucement, pour ne pas manquer de tombé.
Des années et des années qu’elle n’avait pas pu marcher librement ! Son premier pas de liberté fut d’un bonheur immense pour elle, si bien qu’oubliant la difficulté, elle enchaina plusieurs pas et se trouva face à la porte.
Elle posa sa main sur la poignée, l’abaissa et ouvrit la porte vers elle. Elle posa un pied dehors, puis passa la tête par l’ouverture qui se dessinait devant elle. Elle y vit un monde fou s’activer dans les couloirs, si bien que prise de panique, elle referma la porte.
Le contact avec le monde extérieur lui fit très peur, car la seule vision humaine qui lui restait, c’était le corps sans vie de Jun. Elle marche non sans peine vers son lit, se réinstalla confortablement et se mit soudain à regretter d’avoir bougé.
Et si on savait qu’elle avait tenté de s’échapper ? C’était la correction assuré, si bien qu’elle sursauta lorsqu’elle vit la porte s’ouvrir.
Elle se redressa d’un coup sur son lit, les yeux alerte, tout son corps prêt à appeler un démon s’il le fallait. Une silhouette se dessina dans la chambre et Alice se sentit soudain plus forte que jamais.


Dernière édition par Oda Alice le Mar 31 Aoû - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinku Mizuchima
Primaire; Rang Etoilé I
✖Servante d'Enora✖

avatar

Féminin Nombre de messages : 167
Age : 21

Feuille de personnage
Alice: Transformation des matières
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Mer 7 Juil - 11:12

Spoiler:
 

Le soleil passa à travers les fenêtre de la chambre 02 de la Primaire là où se trouver une petite fillette rouler en boule dans son lit empetrer dans ses draps, Pinku ouvrit lentement les yeux, s'étira baillant au corneilles.

*Il est temps de se reveillé*

Pinku sauta par terre est s'empressa d'ouvrir les fenêtre de sa chambre, s'habilla rapidement d'une petite robe grise et légère, d'un noeud rouge qu'elle acrocha dans ses cheuveux en bataille, d'une paire de souliers assortis à la tenue puis sortis.
Elle avait bien décider se promener dans l'Academie pour connaître tous les recoins du batîment.
Mais voila, le problème c'est qu'elle n'avait ni plan ni GPS pour se reperer et après être passer dans plusieurs couloirs et salles la fillette se retrouva belle est bien perdue, prise de panique les larmes lui vinrent mais elle les essuya rapidement se disant que sa ne servirait à rien de pleurer comme ça et continua à marcher, lorsqu'elle entendit un grincement de porte elle se retourna cherchant d'où venait le bruit esperant que l'on pourrait lui dire où elle se trouvait mais ne vit rien qui puisse lui servir pour une quelconque aide.
Pourtant il avait une porte entrouverte, la jeune fille s'avanca vers celle ci et l'ouvrit doucement et aperçut derrière l'entrebaillement un enchevêtrement de lits vides à côtés de ceux ci se trouver à chaque fois une table avec sa lampe et une armoire le tout dans des couleurs boisées.
Pinku n'aimait pas les lieux vide et surtout pas les infirmeries ses mur trop blanc ses lits trop bien fait lui donnait la chair de poule, mais il fallait bien trouver qu'elle retrouve son chemin, car le ventre de la demoiselle crier famine vu qu'elle n'avait rien manger au petit-déjeuner.
S'avancant prudament à travers la pièce elle entendit un frottement de drap, elle découvrit une jeune fille qui devait être beaucoup plus grande qu'elle.
Cette dernière la regardée apeurées comme si tous les malheurs du monde se trouvés devant-elle.


"Bonjours je m'appelle Pinku Mizuchima et toi ? Tu viens de l'Academie je suppose toi aussi il t'on emnenait de force ?"

Attendant sa réponse Pinku regarda son interlocutrice ses cheuveux noirs ébènes lui descendait jusqu'au bas du dos et son cou était recouvert de tâches rougeatre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oda Alice
Lycée; Rang Etoilé II
♣ Le Temps des Cerises
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Invocation d'entité démoniaque
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Mer 7 Juil - 13:33

Spoiler:
 

Ses pupilles étaient dilatés et son pouls ne faisait qu’accéléré. Des gouttes de sueur perlaient de son visage de nacre et elle ne put s’empêcher de retenir ses tremblements.
Une silhouette fine se dégagea de la porte entrant alors dans la pièce.
« Oh mon dieu, c’est Jun. J’en suis persuadée. Ses longs cheveux noirs ébène, cette allure féline et gracieuse…
Mon dieu, mon dieu, faites que ce ne soit pas elle. Elle est morte, ça ne peut être Jun !!! Elle me regarde avec ses grands yeux noirs, mais que me veut-elle encore ? Je t’en supplie, ne me fixe pas, mais par pitié, arrête ça ! »


Des hallucinations. Ce n’était pas notre défunte Jun qui se tenait là, mais plutôt une adorable petite fille de dix ans, aux fins cheveux verts.
Si Alice n’avait pas tant était éprouvait par la vie, elle l’aurait trouvé extrêmement mignonne.
Cette petite bouille, pouarf, trop adorable ♥, aurait-elle dit. Mais ce n’est pas le contexte. Ses tremblements cessèrent, il n’y avait pour elle aucunes, mais alors aucunes raisons de paniquer.
Elle retrouva son calme habituel, mais elle avait tellement était en état de tresse qu’elle se sentit toute faible d’un coup, mais ne le laissa aucunement paraître.
Elle cessa de transpirer comme une malade et ses pupilles retrouvèrent leurs états normaux. Elle était revenue. Tout en elle était revenu.
Son regard cynique, voir supérieur, sa blancheur habituel et bien sur, son inimitable calme. A présent, elle était sûre d’elle.
Elle savait, ou plutôt croyait, prétentieuse qu’elle était, qui était le maître ici. C’est alors que le jeune Pinku, toute innocente, lui adressa naïvement la parole :

"Bonjour je m'appelle Pinku Mizuchima et toi ? Tu viens de l'Académie je suppose toi aussi il t'on emmenait de force ?"

A quoi bon répondre ? Alice en était persuadée, cette vulgaire gamine n’avait pas besoin de savoir son nom.
Alors elle opta pour le silence, sa forme de discours préférée. Elle se leva brutalement, même si son état de faiblesse, et la raison, lui aurait suggéré de rester au lit.
Mais c’est bien connue, cette stupide Alice ne respectait aucunes règles, car seul elle-même se définissait ses propres règlements.
Ah, elle était incorrigible, vraiment. Elle s’avança de quelques pas fébriles pour venir tout près de Pinku.
Vu qu’elle était plus grande, elle ne rata aucunement l’occasion, tellement agréable pour elle, de la regardait froidement de haut. Même au risque de se prendre une tarte.
Elle aurait était en mesure de parler, elle aurait certainement lâché un « T’es qui pour me parler aussi familièrement ? », mais du fait qu’elle n’avait pas ouvert la bouche depuis plusieurs années, elle fût incapable d’articuler le moindre mot.
Si elle l’aurait fait, la petite fille aux cheveux verts aurait éclaté de rire, tellement sa crédibilité se serait effondrée. Un bégaiement incompréhensible serait sorti de sa bouche et c’était le fou rire assuré. Imaginé vous un caïd qui veut vous terrorisez et qui parle comme un autiste. Pitoyable.
Elle la fusilla donc simplement du regard, comme pour dire « lâche moi, t’es lourde et dégage ». Mais cette stupide Alice n’avait même pas remarquée qu’une étiquette était posée sur son sein gauche, mentionnant le fameux « Alice ODA ».
Si elle l’avait vue, elle aurait était rouge de honte de ne pas avoir vu un détail aussi flagrant, oui, elle était vraiment fière. Ainsi qu’un petit dossier caché dans la table de chevet mentionné le pourquoi et comment on l’avait trouvé.
Bref, avec cette étiquette, la première partie de la question de Pinku deviendrait sûrement inutile, enfin, si elle-même le remarque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukino K. Haruna
Collège; Rang étoilé II
Kick Girl !
avatar

Féminin Nombre de messages : 33
Age : 25

Feuille de personnage
Alice:
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Mer 7 Juil - 13:37

Spoiler:
 

Les cours étaient pires qu'ennuyants. J'en avait assez d'écouter le radotage d'un prof sur une leçon de mathématiques. Le prof jugea plus prudent de réviser la leçon d'hier... Sauf que la leçon d'hier justement, ça faisait trois jours qu'on travaillait dessus! Je pensais qu'on avait vraiment du retard sur le programme mais là... C'est sûr, on était à la bourre. Apparemment, je n'étais pas la seule qui en avaient ras-le-bol. Beaucoup regardaient le professeur et le tableau avec les yeux à moitié ouverts, d'autres croisaient les bras et se faisaient tous petits pour ne pas se faire remarquer pendant leur future sieste... Moi, je baillais environ toutes les 5 minutes et croisais aussi les bras. D'abord, je regardais par la fenêtre pour me distraire. Rien. Personne n'était dehors. Quoique, je voyais des élèves de temps en temps. Eux aussi séchaient (ou pas). Cela réussit à me distraire que 5 ou 10 minutes et je baillai encore une fois. Non seulement je n'avais pas beaucoup dormi la nuit dernière à cause d'un satané mal de ventre, ce cours soporifique me donna le coup de grâce. Pire que marre. Je levai la main et, avec ma fatigue, fis semblant que j'étais malade. Oh! Je recommençai à avoir mal au ventre. Ca tombait plutôt bien à vrai dire. Bon, désolée monsieur mais aujourd'hui, la sèche s'annonçait. Il faisait beau en plus. "Les élèves c'est comme le linge, quand il fait beau, ils sèchent!"

-Excusez-moi monsieur... Je suis malade, j'ai très mal au ventre... Puis-je aller à l'infirmerie s'il vous plaît?

Ouf! Il m'autorisait à y aller. Si c'était un autre prof, ça m'étonnerais qu'il m'autorise à aller à l'infirmerie. J'aurais alors dû supporter un cours ennuyant au possible et supporter un sacré mal de ventre. Sortie de la salle de classe, je touchais le côté de gauche de mon ventre. D'abord, par dessus mon uniforme, je ne ressentais rien. Je remontai donc un peu mon pull et appuyait en dessous. Là, ça me faisais un peu mal. Mais c'était très supportable. J'avais déjà connu pire comme mal. Cette nuit... Ho là là, c'était horrible. Je gémissais toutes les 10 minutes, prenais des cachets et des anti-douleurs à gogo... Je changeais de position régulièrement pour être dans une position la plus confortable possible... C'était sûrement l'une des pires nuits que j'avais vécu à l'Académie. J'avais dormi à peine une demi-heure, une heure maximum. D'abord, je décidai de traîner un petit peu dans les couloirs après m'être rendue au lycée. Depuis le temps que je ne l'avais pas fait...

Au hasard, je décidai de partir à gauche. Je partis donc discrètement et commençai à regarder tout et n'importe quoi. Je regardai dehors par les fenêtres, tantôt je regardais la décoration des murs, faites par les élèves. C'était plutôt joli mais ce n'était pas vraiment mon style... A l'ancienne, comme dans les châteaux du Moyen-Âge... Continuant ma route, je traînais au moins pendant 20 minutes en regardant les salles vides, les fenêtre, la décoration etc... Je décidai enfin de me rendre à l'endroit où je devais normalement aller: l'infirmerie. Je revenais un petit peu sur mes pas et tournai pour prendre l'un des nombreux téléporteurs. J'en vis un et me mis dessus. Et me voilà devant l'infirmerie.

Je toquai à la porte. Personne ne m'ouvrait. Peut-être que l'infirmière était partie aux toilettes, ou se chercher un truc à boire. Je m'assis donc devant la salle où on avait au préalable disposé des chaises. Pour me distraire, je me mis à penser... Les cours, l'Académie... Je devais avouer que je commençais à en avoir un peu marre de tout ceci. Mais bon, si j'étais venue ici ce n'était pas par plaisir. Personne ne viendrait par plaisir dans un tel endroit. J'étais venue pour ma famille et je devais rester pour eux.
Bon, toujours personne? Je vais attendre dedans alors. J'ouvris la porte de l'infirmerie, qui était heureusement ouverte. La salle était de tout ce qu'il y avait de plus normal pour une infirmerie: un lit, des armoires à pharmacie, un bureaux, des meubles où étaient sûrement rangés des médicaments... Je regardai un peu partout et commençai à fouiner. Peut être qu'il y a des trucs à prendre genre des prospectus. Même les trucs les plus inutiles, j'aimais les prendre.

Oups, il y avait déjà deux personnes. Deux filles: une lycéenne aux magnifiques cheveux ébènes, bien qu'elle ait un air assez froid, et une primaire d'environ 10, 11 ans, qui avait elle des cheveux verts et une tête plutôt mignonne. Elle s'était présentée mais la lycéenne n'avait toujours pas répondu à la phrase de la petite:

"Bonjour je m'appelle Pinku Mizuchima et toi ? Tu viens de l'Académie je suppose toi aussi il t'on emmenait de force ?"

Sympa de sa part à cette... Oda Alice, son nom étant écrit sur une carte placée au niveau de son sein. En les voyant, je fis tomber ce que j'avais dans les mains: une sorte de seringue usée.

-Euuuh... Salut! Désolée, je croyais que j'étais toute seule...

J'essayai de me faire toute petite en attendant leur réponse...


Dernière édition par Tsukino K. Haruna le Mer 7 Juil - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oda Alice
Lycée; Rang Etoilé II
♣ Le Temps des Cerises
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Invocation d'entité démoniaque
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Mer 7 Juil - 14:56

Spoiler:
 

« Oh non par pitié, tout mais pas ça. Je viens de sortir du plus horribles des cauchemars pour les claustrophobes et voilà maintenant que je me retrouve seule, enfermé dans une pièce avec deux filles.
Maintenant, je suis dans le pire cauchemar des misanthropes. Pourquoi diable fallait-il que cela me tombe dessus ? N’est-je suffisamment pas expier le peu de fautes que j’ai commis ?
Quoique… Tuer une dizaine d’hommes ne s’expie pas ? Pff, je m’en fous, je veux juste qu’elle dégage. J’aimerais vraiment leur dire de dégager. Oui, vraiment, même si je ne peux pas. Ah, tiens, si j’utilisais… »

« Moi par exemple ? »


Quel sourire charmeur, dommage que se ne soit qu’un chat. Le revoilà enfin, après temps de temps passé sans lui. Il était là, perché sur l’épaule de cette Tsukino. Mais comment ne pouvait-elle pas le sentir ?
Ha non, c’est parce que lui aussi est une hallucination. Juste le fruit de son imagination, rien de plus. Même si il à l’air si réel… Il fouettait doucement l’air de sa queue et était confortablement installé, petit tas de chair dodue qu’il était. Ses fins poils noirs luisait sous le soleil.
Alice l’avait carrément oublié. N’avait-il pas dit qu’il reviendrait, que ce spectacle d’une petite humaine maudite était très divertissant ? Si, biens sûr, mais ce qui inquiétait le plus Alice, ce qui lui redonnait la chair de poule, c’était sa voix. Ce n’était pas la voix de se de chat.

Cette saloperie avait tout simplement revêtue celle de Jun. Blasphème suprême. Son visage se crispa sous la haine qu’elle éprouvait pour lui. Qu’il apparaisse, cela ne la dérangeait pas vraiment, car il n’apparaissait que pour elle. Mais adopter la voix de Jun, c’était un crime.
Elle est morte dans le noir, de désespoir, alors oui, c’est un pur blasphème pour elle que de l’imiter. A moins que… Impossible.
Jun avait juré que jamais elle n’utiliserait son alice sur Alice. Mais lorsqu’elle se sentit mourir, qu’elle fut la première chose qu’elle fit ? S’introduire dans l’esprit d’Alice, dans un petit coin de sa tête, en attendant l’occasion de réapparaitre. Le mystère était résolu.
Jun avait simplement pris possession du dernier démon qu’Alice avait invoqué. Tout en était connecté à l’esprit d’Alice. Mon dieu, était-ce possible ? Donc Jun pouvait également lire ses pensées.
Oui, se raisonnement étai tout à fait plausible, si bien qu’elle entama la conversation comme si de rien n’était :

« Alors dis-moi comment comptes-tu t’y prendre ? »

Ah, le chat du Cheshire… Qui n’a pas était invoqué par hasard. A ce moment, il lui fallait un être d’invisibilité, et comme ce démon n’a aucune forme particulière, il s’est contenté de prendre l’image qu’avait Alice de lui. Ce n’est pas vraiment un pays de merveilles.
Toujours visible uniquement pour elle, Il ramassa avec délicatesse la seringue qu’avait fait tombée Tsukino, pour venir la déposer délicatement sur la table de chevet. C’est la que la jeune fille se souvint que celle-là était entré.
Elle la dévisagea mais uniquement en portant son regard sur son visage. Elle aussi, elle était mignonne. Mais pourquoi diable elle aussi semblait naïve et innocente ? Tout le monde est-il devenu comme ça ? Non, même si Alice en avait la conviction.

Les deux filles concluraient sûrement à un alice de lévitation, et tant mieux si elles le croyaient. Pourtant, même si le démon était apparu de son plein gré et qu’elle ne l’avait pas appelé, elle ne put se retenir de toussa violement, et un filet de sang coula le long de ses lèvres, comme si elle eût était un vampire.
Elle devint livide, un si petit mouvement du démon montrait son état de faiblesse extrême. Ses jambes flageolèrent, elle n’arrivait même plus à se contrôler. Elle était limité, et cela était vraiment flagrant. Pourtant, elle ne baissa jamais le regard depuis qu’elle fixait Tsukino. Trop de fierté, tue la fierté, elle était devenue ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinku Mizuchima
Primaire; Rang Etoilé I
✖Servante d'Enora✖

avatar

Féminin Nombre de messages : 167
Age : 21

Feuille de personnage
Alice: Transformation des matières
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Mer 7 Juil - 15:11

Spoiler:
 

La jeune fille se leva de son lit et s'approcha de Pinku, la démarche chancelante puis elle s'arreta devant cette dernière , la regardant droit dans les yeux, de toute sa hauteur de lycéenne.
Pinku aperçut une étiquette sur la robe blanche où était marqué "Oda Alice", la fillette souria gentiment à son interlocutrice attendant tous de même une quelconque réponse de sa part mais celle ci ne cilla pas la regardant toujours aussi severement.
Pinku n'aimait pas que la prenne de haut juste parce qu'elle était "petite"


Oh je t'ai parler tu peux me répondre O d a A l i c e !

En lui disant cela elle lui tira sa petite langue rose et lui décocha un coup de pied magistrale dans le tibia.
Pour qui elle se prenait cette migaurée pour oser la regarder comme ça, on ne lui avait pas apprit les bonne manières.
La fillette la regarda intensément et se retourna pour chercher une autre personne plus gentille à qui demander son chemin lorsqu'elle entendit un objet tombé et une voix dire:


-Euuuh... Salut! Désolée, je croyais que j'étais toute seule...


Pinku se dirigea vers cette dernière et lui décocha un énorme sourire dont elle avait le secret.

Bonjours moi c'est Pinku, et toi ?

Puis elle s'approcha plus près de la jeune fille et lui chuchota à l'oreille

Eh ! La fille derrière moi c'est rien qu'une méchante pas belle faut faire gaffe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukino K. Haruna
Collège; Rang étoilé II
Kick Girl !
avatar

Féminin Nombre de messages : 33
Age : 25

Feuille de personnage
Alice:
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Mer 7 Juil - 15:38

"Bonjour moi c'est Pinku, et toi ? Eh ! La fille derrière moi c'est rien qu'une méchante pas belle faut faire gaffe !"

Une vraie petite gamine. Bref, comme elle l'était à son âge. Souvenirs, souvenirs!! Après avoir crié après cette Oda Alice et lui avoir donné un coup de pied assez violent, cette petite chercha sûrement à sympathiser avec moi. Bon, j'aurais certainement fait pareil, plus petite. J'aimais pas qu'on m'ignore et j'étais prête à faire pas mal de choses pour me faire entendre. Malheureusement, dans la majeure partie des cas, ça partait en cacahuète. Soit je devais fuir après qu'on m'ait gueulé dessus, soit comme la gamine nommée Pinku, j'aurais donné un coup. Une vraie boule électrique.

Avant de lui répondre, je regardais encore autour de moi. Je regardais aussi au niveau du lit où était allongée la lycéenne. Encore une fois, rien de spécial. Une infirmerie typique. Je devais avouer que c'était la première fois que j'y allais. Pour sécher, je demandais au professeur de retourner au dortoir pour me reposer. Il était vraiment dupe donc presque toutes les excuses marchaient... Mais avec tout le respect que je devais aux profs, j'assistais quand même assez souvent aux cours. Bref, fallait que je lui répondre à cette petite nana.

-Je m'appelle Tsukino. Tsukino Haruna.

Présentation typique quoi... Prénom plus nom. J'avais pas envie d'en dire plus genre "Je suis au lycée" (en fait, même pas j'étais au collège), "j'ai 15 ans"... Inutile, le prénom plus nom suffisaient. Oh, la seringue usée était revenue à sa place. L'une des deux aurait-elle l'alice de lévitation? Si c'était le cas, je pencherai plutôt vers le fait que ce soit Alice qui le possèdait. Bref... Décidément, cette petite était assez marrante et aimait se faire entendre. Je décidai de lui répondre car j'avais vraiment pas envie de me prendre un kick. Je pouvais lui en donner un aussi en guise de réponse mais autant ne pas jouer à ce jeu là avec les gamins. Irrécupérables, ce serait certainement moi qui serait fatiguée avant.

-Oh, et pourquoi serait-elle méchante?

Je disais ça pour jouer le jeu. Je pris alors un air plutôt amusé. Je voulus renchérir en disant "C'est une sempai, tu dois la respecter voyons" mais c'était plus le moment aux plaisanteries. Oda Alice fit une sorte de crise et commença à cracher du sang un peu partout! Iiiiiih! En plus, son visage était devenu livide. Aurait-elle un alice limité? A croire... Je contournai la petite Pinku et me mit à genoux pour voir ce qu'elle avait.

-Hé!! Qu'est-que t'as?

Je pris un mouchoir posé sur une table de chevet et lui donnai. Aaah, j'aimais pas trop le sang moi. Je fouillai dans mes poches si je n'avais pas un anti-douleur. Avec mes maux de ventres réguliers, valait mieux en avoir un si un prof ne voulait pas m'envoyer au dortoir ou à l'infirmerie.

-Tiens, prends!

Pourvu qu'elle n'était pas le genre de personne à refuser par fierté sinon bonjour hein...


Dernière édition par Tsukino K. Haruna le Mer 7 Juil - 20:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oda Alice
Lycée; Rang Etoilé II
♣ Le Temps des Cerises
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Invocation d'entité démoniaque
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Mer 7 Juil - 16:27

Les piaillements d’un enfant… C’était assez drôle, vu sous un autre angle. Quand ça n’est pas content, ca piaille. Quand c’est heureux, ça re-piaille de plus bel. Ah la la. On dit que l’ignorance est la meilleur forme de mépris, mais lorsque la petite fille aux cheveux verts lui donna un violant coup de pied, cela ne lui plu absolument pas.
Elle était faible, mais pas encore morte, et comme elle disait, « tant que je ne suis pas morte, je continue ». Pauvre enfant, elle va se faire détestait avec ce caractère de chien.
Comme vous pouvez aisément le devinez, elle eu mal, un coup de pied d’un gamine de dix ans n’est pas mortel non plus, et aurait volontairement frotté énergiquement son tibia pour que la douleur disparaisse. Mais fierté oblige, elle ne fit même pas une grimace.

C’est alors que la gamine se contenta elle aussi de l’ignorance. Alice bouillit de l’intérieur. Elle adorait snobée les autres mais quand c’était une gamine de dix, là, cela ne va plus du tout. Elle s’intéressa donc a la nouvelle venue, Tsukino Haruna de son nom.
Vu qu’elle semblait dans la quinzaine, Alice en déduit qu’elle ferait partis de sa classe, ou du moins dans le style lycée. Vu que la fillette lui avait murmuré à l’oreille, elle n’entendit pas la conversation, mais elle pu voir que seul Tsukino avait remarqué que la seringue était revenue à sa place.
Toutefois, seul Pinku parlait à voix basse, et elle put deviner la conversation, en le regardant avec rage, enfin surtout vis-à-vis de la petite fille. Elle jura de se venger dans les minutes qui suivront.

-Tiens, prends!

Lorsqu’elle ne pu retenir ce moment de faiblesse, Tsukino lui proposa gentiment un mouchoir, puis une petite gélule bicolore rouge blanche. Des médicaments ? Le sang d’Alice ne fit qu’un tour. Dans le centre de recherche où elle était, on lui en avait donné, des gélules !
Le mouchoir, elle n’y voyait pas vraiment d’inconvénients, mais elle voyait maintenant tous les médicaments et les seringues comme une forme de tortures physique et mentale.
Pour toute réponse, et par ce qu’elle aime se faire détestée, elle lui cracha une petite boulette de sang sur son uniforme et lui donna un léger coup sur la main, pour envoyer valser le médicament.
Mais quelle sauvageonne. Elle ne n’avait qu’à se forcer un peu pour se rendre malade, comédienne qu’elle était. Elle n’avait besoin que d’explorer un souvenir pénible et son corps de mettait à défaillir. Maintenant que Tsukino c’était éloigné de Pinku, elle envoya son gentil petit chat jouait avec elle en le faisant apparaitre pour de bon cette fois-ci.
Elle ne fit rien de plus, aucun ordre. Elle espérait simplement un mouvement « gamin » de la petite fille pour que Cheshire décide lui-même de la sanction à lui administrer.

Il opta pour la forme d’un chat noir, assis tranquillement par terre, juste derrière Pinku. Quel joli petit chat ! Tire lui la queue, prend le dans tes bras, il adore les câlins (ou pas), je ne sais pas moi, montre lui que tu es une petite fille qui adore les animaux.
Par contre, pendant ce temps, Alice accepta volontiers le petit mouchoir blanc et s’essuya la bouche. Le bout de tissu était devenu rouge et elle le jeta dans la petite poubelle près de la table de chevet. Même si elle ne put parler, son regard transmettait un certain merci pour le mouchoir, mais pour le médoc’, c’était une autre histoire.
Maintenant, elle n’attendait qu’un geste déplaisant pour le chat pour faire regretter à Pinku son comportement. Elle allait comprendre pourquoi on doit respecter ses supérieurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinku Mizuchima
Primaire; Rang Etoilé I
✖Servante d'Enora✖

avatar

Féminin Nombre de messages : 167
Age : 21

Feuille de personnage
Alice: Transformation des matières
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Mer 7 Juil - 16:43

-Elle est méchante parce que ....

Pinku ne put finir sa phrase car Alice cracha une gerbe de sang et Tsukino lui vint au secours lui demandant d'accepter un mouchoir et quelques médicament.
Pff franchement cette fille n'en valait pas la peine et le fillette attendit sagement que l'on daigne lui reparler, elle s'asseilla sur une chaise bleu en fer forgée pas du tout à son goût mais qui pouvait au moins servir à se reposer un moment.

Oda avait acceptait le mouchoir mais pas les gelules qu'elle avait fait valser au pied de la fillette celle ci n'y prit pas garde car elle venait d'apercevoir un magnifique chat au couleurs chatoyante.

La fillette ADOREE les animaux et surtout les chats.
Que leurs pelages étaient soyeux et doux elle prenait plaisir à les entendre ronronner et à les caresser pendant des heures durant.
Pinku s'avanca d'un pas lent vers l'animal et d'un geste naîf le serra fort contre lui.
Ne s'attendant certainement pas à ça le chat dans un geste de peur griffa la joue de la jeune fille, quelques gouttes de sangs perlèrent sur le carellage trop propre.
Sous l'effet de la surprise Pinku lacha le felin qui alla sauter quelques mètre plus loins.
Les larmes lui vinrent au yeux mais cette foit-ci elle ne les ravala pas.
Elle arracha un bout de tissu d'un drap vide et le serra en boule dans ses mains mointe.
Quelques minutes plus tard le bout de tissus se transforma en un chat blanc bien que plus petit que l'autre il avait une préscense intimidente.
Pinku le lacha par terre.


-Viens te frotter à mon chat vilain garnement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukino K. Haruna
Collège; Rang étoilé II
Kick Girl !
avatar

Féminin Nombre de messages : 33
Age : 25

Feuille de personnage
Alice:
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Mer 7 Juil - 17:19

Ok sympas. Je lui tendis un anti-douleur et un mouchoir et voilà qu'elle me rendit la pareille en crachant du sang sur mon uniforme, que je venais juste de laver la veille, ceci dit en passant, et en tapant ma main. Super en guise de remerciement. Bon, je partis ramasser mes médicaments qui avaient atterri au pieds de Pinku. Eh oui, les médocs ce n'était plus donné de nos jours... Et c'était toujours utile pour les maux de ventres, de tête ou autre part d'autre. Revenant vers Alice, je la fusilliai du regard. Vraiment sympa ça. Bon, au moins elle a accepté le mouchoir. Je poussai ensuite un soupir. Ca m'énervait un peu les nanas comme ça.

-Tu sais, ce ne sont que des médicaments... Pas de la drogue ou quoique ce soit d'autre hein... Mais bon comme tu veux.

Heureusement, pas loin du lit, il y avait un lavabo. Il était vraiment simple, comme le reste de la pièce. Je lavai la tache de sang de mon uniforme, qui était sur ma manche droite. Pas facile à enlever. Je retirai donc mon pull et commençai à frotter pour retirer la tache. Je n'avais que ça à faire donc... Cela de fait, je mis mon pull sur une chaise située à côté du bureau de l'infirmière pour qu'il sèche. Ca allait prendre un peu de temps quand même. J'appuyai sur mon t-shirt blanc, au niveau du ventre à gauche, pour verifier si j'avais toujours mal au ventre. Le mal n'était toujours pas passé. Puisque j'avais mon anti-douleur refusé, je décidai de le prendre. Vu que l'infirmière ne pointait toujours pas le bout de son nez, autant se soigner de suite.

Je retournai ensuite vers la gamine, qui était en train de serrer un chat contre elle, sorti de je-ne-sais-où. Arrivé avant par la fenêtre? Etait-il déjà là avant mon arrivée? Le chat était plutôt beau et possédait un pelage aux couleurs chatoyantes. Il me fit penser au chat Cheshire. Ayant lu Alice in wonderland étant plus jeune... Le chat griffa Pinku et elle commença à saigner. Celui-ci bondit ensuite. Super, après la grande qui faisait une crise, voilà que la petite se fit griffer. Mais le plus étonnant fut que la petite transforma un petit bout de drap déchiré en un chat blanc, de la même taille que le "chat de Cheshire". J'en restai bouche bée. C'était certainement l'alice de la gamine. Aaah... Qu'est-ce qu'elle était irrécupérable.

-Hey Pinku! Viens là que je mette un petit pensement sur ta joue. Ta blessure peut s'infecter si on ne fait rien.

Bon, je n'espérai pas qu'elle soit comme Alice, c'est-à-dire trop fière pour ne pas accepter l'aide de quelqu'un. Tout de même, je partis vers l'un des nombreux meubles blancs de la pièce pour chercher un pensement et du désinfectant. Je pris au hasard celui à côté de la porte. Bonne pioche: tout ce que j'avais besoin étaient dedans. Je pris la bouteille blanche, verte et un paquet de 12 pansements. Je partis ensuite m'asseoir sur le lit pour attendre la petite. Je voyais toujours Alice, en train de souffrir et à cracher du sang sur le carrelage qui allait bientôt virer du blanc au rouge. Je ne supportai pas voir les gens souffrir devant moi... Je ne pouvais donc pas m'empêcher de lui dire ceci:

-T'es sûre de ne pas vouloir d'anti-douleur? Ton cas peut s'aggraver si on ne fait rien tu sais.

Savait-on jamais... Peut être qu'elle allait faire volte-face?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oda Alice
Lycée; Rang Etoilé II
♣ Le Temps des Cerises
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Invocation d'entité démoniaque
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Mer 7 Juil - 17:47

Intérieurement, Alice souriant. Ce n’était pas vraiment un sourire normal, mais plutôt du style malsain. Elle aurait voulu éclater de rire, tant la scène eut était comique.
C’était si bon de la voir pleurer, la joue en sang, si booooon ! Elle ne put s’empêcher de lâcher un discret soupir de contentement. Elle ne sût pas si Tsukino l’aperçu, mais elle s’en fichait pas mal.
Elle savait que le fait que Tsukino s’intéresse à elle allait la contrarier. Alors quand elle jeta un coup d’œil discret pour observer la situation, elle fut ravie de voir qu’elle prit Cheshire dans ses bras.

Ce n’était de toute façon pas vraiment un chat, mais un démon reste un démon, chat ou pas chat.
Alors quand elle le prit dans ses bras, l’entité de l’invisibilité se retourna pour lui assenait un violant coup de griffes, qui, comble du miracle, atterrit en plein sur sa joue, elle fut comblé intérieurement.
Elle n’avait même pas eu besoin d’utiliser son alice pour le contrôler, il avait fait le travail tout seul. Et même si elle était remplie de bonheur, elle ne laissa rien paraître, sauf un petit éclat de malice aux fins fonds de ses yeux.

Tsukino se leva, foudroya Alice du regard et partit laver son uniforme. Alice ne s’attendait pas vraiment à cela, mais tant pis, cela ne la dérangea pas vraiment.
C’est alors qu’Alice vit une chose incroyable, car jamais elle n’avait vraiment bien vue un alice en action. L’empiècement de tissu que Pinku avait ramassé c’était lui aussi transformé en chat !
Elle avait à présent deux matous face à face, le ying et le yang, le bien et le mal. Le chat noir se mit soudain à courir en direction du blanc, fit un grand saut pour lui sautait dessus et blop !

Il éclata comme une bulle de savon et disparu. Etrange, vraiment, car cette fois-ci il ne laissa aucun sourire derrière lui.
Alice se sentit mieux d’un coup, car le chat ne puisait plus son énergie d’elle pour rester ici. Sa présence ayant complètement disparu, Tsukino aborda Pinku pour lui proposait un pansement, puis se retourna vers Alice pour lui proposait de nouveau un médicament.

N’ayant maintenant plus aucune raisons pour se montrer désagréables, et de plus, elle était lessivé, elle tourna la tête en signe de refus, mais cette fois-ci plus parce qu’elle ne ressentait plus rien que par fierté.
Pour ce qui était du sang sur le sol, quelqu’un viendrait sûrement le ramassait.
De nouveau, elle s’assit sur son lit en fixa intensément les deux filles devant elle. Alice ne comprenait pas vraiment pourquoi Tsukino voulait tant lui venir en aide, alors elle lui lança un regard interrogateur tout en la regardant sortir les pansements pour Pinku.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinku Mizuchima
Primaire; Rang Etoilé I
✖Servante d'Enora✖

avatar

Féminin Nombre de messages : 167
Age : 21

Feuille de personnage
Alice: Transformation des matières
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Jeu 8 Juil - 15:02

Spoiler:
 

Le chat Noir disparut comme il était apparut très vite en somme.
Tsukino proposa à la fillette de se désinfecter, Pinku accepta contente que l'on puissent enfin faire attention à elle.
La fillette s'asseya sur le rebord d'un des lits de l'infirmerie et laissa faire Tsukino bien que le desinfectant piqué, Pinku ne laissa rien transparaitre trop fière pour se montrer faible.
Le pansement fait, elle s'approcha de nouveau vers Alice qui était allongé sur le lit.
Pinku prit son chat en tissus et le serra contre elle.

Pinku regarda furieusement Oda , oui elle avait compris que ce chat venait de Alice, bien qu'elle ne savait pas exactement qu'elle était son pouvoir, mais en voyant son comportement avant et après la disparition de l'animal, la fillette pu en conclure qu'il y avait un lien.


Au fait t'a toujours pas répondue à ma question ! Jt'écoute !

Elle s'asseya sur une chaise et attendit bien décidée de ne pas se faire marcher sur les pied une fois de plus, oui elle detestait cet air de supérieurité q'utilisé ceux qui là regarder de haut non mais franchement elle se prenais pour qui ?! Déjà qu'elle l'avait ignorée grâce à son Alice le chat lui avait sauté dessus et lui avait entaillé la joue.
Elle toucha prudament le pansement que lui avait fait Tsukino, sa ne lui faisait déjà plus mal, plus elle y penser et plus le chat noir lui avait fait penser à un personnage de Conte mais lequelle ?
Haaa elle detestait ne pas savoir ... bourf temps pis se n'était pas le plus important en attendant cette Oda Alice la regardait encore avec mépris.Pinku se leva et couru vers la malade la regarda de toutes sa grandeur de ses 10 ans, non ca n'aller pas se passer comme ça !


-Sa commence à bien faire franchement déjà tu ne me répond même pas et ensuite tu oblige ce chat par je ne sais quels moyens à me faire mal, mais tu te prend pour qui ? T'es peut être une lycéenne mais t'es q'une gamine comme moi pour avoir de telles idée pareilles à mon âge on n'est pas aussi bête et puis et puis...

Les larmes lui venait sous l'effet de la colère la jeunette ne se contrôler plus, elle tourna le dos une fois de plus à Alice et partis s'assoir de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukino K. Haruna
Collège; Rang étoilé II
Kick Girl !
avatar

Féminin Nombre de messages : 33
Age : 25

Feuille de personnage
Alice:
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Jeu 8 Juil - 15:51

Spoiler:
 

Alice aimait vraiment foutre des vents. N'aimant pas être ignorée, je commençai à en avoir ras-le-bol. Pinku vint s'asseoir à côté de moi et je lui mis un pansement, après avoir appliqué du désinfectant. Hmm... Vraiment efficace ce désinfectant, rien à voir avec ceux qu'on trouvaient dans les supermarchés de la ville ou de la campagne. Un alice aurait-il modifié le produit pour qu'il soit plus efficace? Bref, après avoir appliqué le produit, je fis un sourire à la petite et regardai à nouveau Alice quand tout à coup, le "chat de Cheshire" courut vers le blanc, "invoqué" par Pinku à partir d'un bout de tissu. Son Alice devait sûrement être celui de la transformation. Je devais avouer que cela me fascinait. Ne pouvant pas détourner mon regard de la scène, je regardai les deux minous. Soudain, le chat de Cheshire disparut... Comment était-ce possible? Serait-ce l'oeuvre d'Alice? Mais n'avait-elle pas l'Alice de lévitation? Ou bien, en aurait-elle deux, voire même plusieurs?... Les questions se bousculaient dans ma tête tout à coup.

Pinku lança un regard furieux à Alice. Y avait de quoi... Non seulement elle lui avait foutu un vent et ensuite, joué avec elle grâce à ce chat... De plus, les gamins n'aimaient pas trop qu'on les ignore et s'énervaient pour un rien... Alalala, j'avais l'impression de me voir étant plus jeune... Cela me fit faire un petit sourire en coin. Tout à coup, la petite commença à s'énerver très sérieusement... Elle se mit à hurler de tout son soûl et fondit ensuite en larmes... Lui tournant ensuite le dos, elle partit s'asseoir sur une chaise. Bon, en tant que aînée, je décidai de faire quelque chose. Je n'aimais pas trop voir les gamins pleurer et l'envie de les consoler venait automatiquement. Je partis la voir, pris une chaise et m'assis à côté d'elle.

-Allez Pinku, ne fais pas un drame pour ça. Alice n'est certainement pas très bavarde..., dis-je en regardant ensuite la lycéenne.

Elle ne donnait vraiment pas le bon exemple... Bon, je ne pensai pas qu'elle soit du genre à se casser la tête pour des petits... Je sortis un autre mouchoir de ma poche et le donnai à Pinku. Héhé, j'avais tout un stock dans mes poches. Le chat blanc étant toujours là, je le pris sur mes genoux et commençai à le caresser. La vache, c'était vraiment un vrai de vrai... Quel alice intéressant... Tiens d'ailleurs, en parlant d'alices, je n'avais toujours pas montré le mien. Il n'y avait aucune situation prospice à montrer mon alice mais je pensai qu'un moment ou un autre, l'une des deux allaient se demander quel était mon alice (je penchai plutôt vers le fait que ce soit Alice qui se poserait la question). Ou pas.

L'atmosphère était devenue lourde dis donc... Alice était toujours en train d'avoir une crise et Pinku pleurait encore. Bon, je n'étais pas très douée pour remonter le moral des gens. Je regardai comme ça par la fenêtre et vis que le temps était devenu nuageux... Je me souvins que ce matin, le temps était plus lumineux qu'actuellement. Pourvu qu'il ne pleuvait pas, je détestais la pluie... L'eau rentrait dans vos chaussures, ensuite vous étiez trempés comme je-ne-sais-quoi... Brr!!

Vivement que l'infirmière débarquait franchement... Ca devenait assez lourd là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oda Alice
Lycée; Rang Etoilé II
♣ Le Temps des Cerises
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Invocation d'entité démoniaque
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Jeu 8 Juil - 17:21

« J’en peux sérieusement plus là…Si je dit quelques choses, n’importe quoi, va-t-elle me lâcher oui ou non ? Seulement, si je dis quelque chose, je ne suis pas certaine du résultat… Un grognement incompréhensible sortirait de ma bouche, et ce sera le fou rire général.
Que dois-je faire ? Si tu étais à ma place, Jun, que ferais-tu ? Ah, voila que cette gamine me sermonne encore. Que me dit-elle ? Ah, ma petite, si j’avais obligé Cheshire, ta pauvre petite joue aurait plus de cicatrices que cela…
Si tu étais encore là, Jun, tu me dirais encore que je suis cruel. Mais qui m’as rendu comme ça ? Peut être. Oui, je devrais peut être essayé, même si c’est pour lui faire fermer son bec. Après tout, qui ne tente rien n’a rien, n’est ce pas ? »

Ah, quelle indécision. Il y a quelques minutes, Alice se refusait à ouvrir sa bouche. A présent, les piaillements de Pinku se faisaient de plus en plus stridents, et la patience d’Alice était à bout. Enfin, elle n’en avait pas vraiment, à peu près la même que Pinku, pour ne pas dire très peu. Pendant que la fillette se laissait docilement soigné par Tsukino, elle continua ses sermons :

Au fait t'a toujours pas répondue à ma question ! Jt'écoute !

La pauvre Tsukino devait être désespéré. Que de gaminerie, entre une qui ignore et l’autre qui beugle.
Si en plus elle était venue à l’infirmerie dans l’espoir de se soigner, ce fut tout le contraire, car elle repartirait sans doute avec un puissant mal de crâne. Pendant ce temps, Pinku se ne calmait pas, bien au contraire.
Si ses yeux étaient des pistolets, Alice serait déjà morte depuis longtemps, fusillée par des centaines de balles.
Toutefois, la jeune Alice trouva fort étrange que Tsukino garde son calme dans ce brouhaha, puis elle se posa la question que tous ce pose un jour ceux qui ont côtoyés des alices : Tsukino en était peut être une ? Si c’était le cas, quel serait le sien ? L’avait elle déjà utiliser sans qu’elle sans aperçoive ?

-Sa commence à bien faire franchement déjà tu ne me répond même pas et ensuite tu oblige ce chat par je ne sais quels moyens à me faire mal, mais tu te prend pour qui ?
T'es peut être une lycéenne mais t'es qu’une gamine comme moi pour avoir de telles idée pareilles à mon âge on n'est pas aussi bête et puis et puis..
.

-Allez Pinku, ne fais pas un drame pour ça. Alice n'est certainement pas très bavarde...

-Thhhh… ahhh Gu.. ehhhule.

Premiers mots d'Alice depuis son arrivé à l'académie. Ce qui, en langage français, pour ressemblait à un magnifique et élégant « ta gueule », pour ceux qui n’aurait pas compris. Mais Alice fit un bruit si immonde quelle douta un instant que la petite avait compris.
Cette élégance, cette façon d’aborder les gens… Elle n’avait jamais, jamais, jamais prononcé ce mot. Peut être était-ce pour ça qu’un bruit glauque au lieu d’une phrase claire en était sortie ? Enfin, bref, cette soudaine apparition allait certainement crée un gros blanc.
Les deux jeunes filles ne devaient sûrement pas s’attendre à une réponse de sa part, mais d’un coup, elle se sentit si déterminer qu’elle n’aurait pas sans peine le répéter. Enfin, j’entends par sans peine de redire ce qu’elle à, en quelques sortes, « essayer » de dire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinku Mizuchima
Primaire; Rang Etoilé I
✖Servante d'Enora✖

avatar

Féminin Nombre de messages : 167
Age : 21

Feuille de personnage
Alice: Transformation des matières
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Jeu 8 Juil - 17:47

Tsukino rassura la petite fille en lui offrant gentiment un mouchoir dit dont elle en n'avait en reserve ...

-Allez Pinku, ne fais pas un drame pour ça. Alice n'est certainement pas très bavarde...

Elle n'en faisait pas un drame, elle n'était pas du genre à prendre tous au 1er degrès mais là ce n'était pas parreille et de plus c'était l'autre qui avait commencé non ?!
Pinku accepta le mouchoir qu'on lui tendait et ravala ses larmes, elle voulut expliquer à la jeune fille que se n'était pas de sa faute mais Alice une fois de plus la gêna en poussant un beuglement incomprhéenshible, la fillette se retourna ne sachant s'y il fallait prendre cette dernière "phrase" pour une exuse ou pour une insulte.


-Tu sais pas parlé ? Miss je me prend pour la meilleur ?!

Sur ce elle reprit le chat blanc des mains de Tsukino et le balanca sur son ennemies, le dit animal poussa un miaulement de frayeur et atteris sur le visage d'Alice ses griffes bien quand tissus était assez réelle car Oda les sentis lui lacéré le visage.
Pinku afficha un sourire triomphale puis s'élanca à son tour sur Alice mais ne la toucha point où plutôt caressa le chat qui redevint un vieux drap d'infirmerie.


-Ca c'est pour m'avoir envoyé ton fichu animal !

Maintenant elle ne se laissai plus faire, bien que cet fille avait dû surement enduré un choc à en voir les profonde traces rouge dans le cou, elle n'en restée pas moin une fille normales qui devait respecté petits et grands, sa servait à quoi la politesse pas pour les canard en tout cas !

-Franchement j'ai pitié de toi tu dois pas avoir beaucoup d'amis avec un caractère pareille !

Oui elle avait vraiment pitié de cette fille, Pinku avait toujours était bien entouré autant de sa familles que de ses amis, elle ne pourrait pas endurée l'idée d'être seul, rien que dit pensais sa lui donnais la chair de poule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukino K. Haruna
Collège; Rang étoilé II
Kick Girl !
avatar

Féminin Nombre de messages : 33
Age : 25

Feuille de personnage
Alice:
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Jeu 8 Juil - 22:17

Spoiler:
 

Pinku accepta mon mouchoir et arrêta de pleurer. Ca faisait plaisir à voir mais sincèrement, je commençais à être S.A.O.U.L.E.E! Une grande qui mettait des vents et l'autre qui hurlait à tout bout de champ, y avait de quoi défaillir. Je continuai à carresser le chat blanc avant que la petite le reprit et le jeta carrément sur Alice. Celui-ci lui lacéra le visage de ses griffes... J'avouai que je ne voulais vraiment pas être à sa place... Ca devait faire vraiment mal. Je restai sans rien faire sur ma chaise tellement j'étais surprise par cet acte de rancune... Certes, ça ne devait pas être étonnant venant d'une gamine mais là... Ca allait un peu trop loin.

La petite repartit vers Alice. J'eus peur que celle-ci lui redonna un kick magistral ou une violente baffe. J'aurais compris ce geste, moi-même détestant qu'on me mette des vents. Mais étant plus "mature" qu'une gamine de 10 ans (ou pas), je n'aurais pas agi ainsi. A part si là, la personne m'aurait vraiment cherché. Ce n'était rien ça franchement. En fait que nenni, Pinku retoucha le chat et celui-ci redevint un bout de tissu. Je le redis: quel alice intéressant...

Cette situation lourde devenait insupportable. Fallait arrêter la petite et la faire taire un petit peu. Quant à la grande ben... Aucune idée. Autant la laisser dans son coin, la laisser gémir et faire sa crise. Vallait mieux ne pas la calculer plutôt. Je me levai de ma chaise pour la replacer exactement là où je l'avais prise et ça, grâce à mon alice. Il était temps de le montrer. Et puis... J'avais la flemme de la remettre en bougeant. Je pris donc la chaise et la manipulai grâce à des fils métalliques sortis du bout de mes doigts. Je fis ensuite demi-tour vers le lit mais voilà que je vis Alice pousser une sorte de beuglement, que je compris qu'au bout d'une ou deux minutes...

"-Thhhh… ahhh Gu.. ehhhule."

Euh ok. Je pensai que ça voulait dire "ta gueule". Très élégant. Je décidai de l'ignorer et d'abord m'adresser à la petite. Je rendais tout moi, même les vents.

-Pinku, ça suffit vaut mieux ne pas la calculer...

Peut-être que c'était inutile...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oda Alice
Lycée; Rang Etoilé II
♣ Le Temps des Cerises
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Invocation d'entité démoniaque
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Jeu 8 Juil - 23:43

Spoiler:
 

Lorsque Pinku se ressaisit en laissant Tsukino lui pansait le visage, Alice était prête à jeter l’éponge, à oublier ces petits incidents. Pinku semblait avoir ravalé ses larmes et sa fierté, alors elle se sentit le pouvoir de faire de même.
Alors quand Pinku se retourna brusquement pour lui dire qu’elle ne savait pas parler et qu’elle se prenait pour la meilleur, elle crut recevoir un coup de poing ou quelques choses du même style.

Si elle avait pu… Ne serait ce qu’articuler, elle lui aurait hurler à la figure pour bien faire rentrer dans sa petite tête de gamine de dix ans d’essayer de ne pas parler pendant plusieurs années, pire même, de n’avoir que très rarement adressé la parole à quelqu’un et surtout qu’en fait, elle avait très peu d’estime d’elle sous ses grands aires, mais ça, elle ne lui aurait finalement pas dit.

Si Pinku en serait resté là, Alice l’aurait simplement foudroyé du regard, très méchamment, mais sans lever le ton. Mais lorsque, à son grand étonnement, elle arracha le petit chat blanc des mains de Tsukino pour lui envoyer en pleine figure, alors là, la coupe était pleine.
Premièrement, le geste en lui-même était déplacé. Elle avait osé lancer un chat à une fille de 6 ans son ainé. Deuxièmement, le chat lui lacéré le visage, et pas la gentille griffure que le sien avait fait, non, le sien lui avait carrément entaillé le visage.

Enfin, elle eu mal mais ce n’était rien comparé à son cou, car le chat se maintenait sur Alice en enfonçant les griffes de ses pattes arrières profondément dans son cou meurtri. Pourtant, pas un bruit ne sorti de sa bouche, juste peut être un gémissement étouffé imperceptible.
Mais elle eu vraiment mal, les plaies ne s’étant pas complètement refermé. Quand enfin Pinku toucha délicatement le chat pour qu’il redevienne tissu, Alice eu un réflexe le plus normal qui soit.
Toujours, toujours, elle avait appris à réagir à la violence par la violence. Alors pour elle, sa réaction fut absolument normale. Son visage baignant dans le sang, elle se rua vers le bout de tissu retombé sur le lit, et avec une violence inouïe et une haine si pure, elle le déchira en mille morceaux, le visage plus crispé sous la haine que la douleur. Le sang coulait à flot cette fois-ci, et le lit fut bientôt affublé d’une grosse tache rouge.

« Tu vas payer, sale, ignorante et putride gamine !!! Il va t’arracher le cœur, comme il l’a fait avec tous les autres !!! Tu sentiras brusquement un trou dans ta poitrine, et il me le donnera encore tout chaud, tout palpitant !!! Comment, comment peux tu oser touchait à mon cou ?
Comment as-tu osé ?? Personne, absolument personne n’a la drooooooooit !!! Je vais en pâtir, mais jamais plus, jamais, tu n’oseras faire quelques choses comme ça sur moi !!! »


Et doucement, tout doucement, elle crût entendre, dans un souvenir très lointain, la douce voie de sa chère Jun murmurer au creux de son oreille « Tu sais, Alice, il vaut mieux être craint plutôt que d’être aimé. » Si cette petite l’avait vraiment craint, aurait-elle balançait ce chat sur son petit cou tout fébrile ? Alice n’avait jamais utilisé son pouvoir pour « torturer », en quelques sortes, quelqu’un.
Elle avait déjà tué, sur le cou de la colère et de la détresse, mais jamais blesser psychologiquement. Ce serait donc une première pour elle, car jamais employer de démon d’illusion. Juste l’invisibilité, car celui-ci passait à travers les murs et pouvait aisément prendre la vie aux personnes à distance.

Bref, elle employa une formidable quantité d’énergie pour appeler ce démon. Pour elle, l’illusion apparaissait sous la forme d’un serpent blanc aux yeux rouges, que l’on pourrait qualifier d’albinos. Mais Pinku ne le verrait certainement pas de la même manière. Bref ? Seule Alice, grâce à son pouvoir, put donc voir une brèche apparaître en plein milieu du tiroir de la petite table de chevet.
Les deux filles verraient juste un tiroir s’ouvrir mystérieusement, mais la jeune fille, elle, vit quelques choses de terrifiants. Oh mon dieu, toutes ces vils créatures qui attendait patiemment d’être choisie, bien rangé, bien aligné, et là, un serpent blanc qui sortait de ce petit trou pour venir gracieusement par terre.

Il eu toute fois besoin d’une confirmation pour savoir laquelle des deux devait recevoir le châtiment. Elle n’eu besoin que de fixer intensément Pinku. Leurs deux esprits étaient comme connecté, et le démon avait une idée précise de ce qu’il allait faire, rapidement, car Alice ne pouvait pas garder son pouvoir très longtemps, surtout à un niveau comme celui-là qu’elle n’avait, en plus, jamais utilisé, mais il faut bien un début à tout.
Il créa instantanément un vide autour de Pinku. Il n’y avait plus rien, simplement le noir. Pinku fut confiné dans un espace étroit et clos, comme si vous étiez enfermé dans un cube. Il devrait faire chaud, mais un froid intense, crée par l’illusion, se faisait sentir. Et enfin, dernier détail, et était attaché au niveau du cou par d’horribles ronces épineuses, qui empêcher tous mouvements pour trouver une position plus confortable, de peine d’être atrocement mutilé.

Cette mascarade ne dura pas plus de trente secondes exactement, tant Alice avait puisé le fond de ses réserves rien que pour lui faire peur. Pendant le temps qu’elle voyait tout ça, elle s’effondra sur son lit, raide morte, hum, pardon, évanouie, un mince filet de sang s’échappa de son nez et de ses oreilles. Heureusement pour elle, cet état de faiblesse extrême ne dura que quelques instant, mais elle était toujours affreusement livide, car maintenant, elle ne pourrait pas utiliser son alice avant quelques jours.
Elle prit un bout du drap pour essuyer le sang qui était sur son visage, car n’oublions pas, on ne pouvait distinguer que ses yeux et sa bouche tant elle était affreusement mutilé. Un alice de soin serait sûrement nécessaire pour remettre son beau visage comme il l’était, tant elle était laide et défigurer à présent.

Elle se rendit finalement compte que la petit chaise était revenue à sa place, par on ne sait quel moyens et que, finalement, Tsukino ne méritait peut être pas d'être mêlée à de telles gamineries. Ouf, elle s'en rendait enfin compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinku Mizuchima
Primaire; Rang Etoilé I
✖Servante d'Enora✖

avatar

Féminin Nombre de messages : 167
Age : 21

Feuille de personnage
Alice: Transformation des matières
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Lun 12 Juil - 15:13

Spoiler:
 
Un brouillard impénétrant, sombre et froid entoura la pauvre Pinku, l'infirmerie avait disparue ainsi que Alice et Tsukino, La fillette sentis un frisson lui parcourir l'échine c'était une sensation très désagréable mais pas autant que se qui s'ensuivit.
Tous d'abord elle sentis quelque chose lui piquer le cou comme mille petite aiguille s'enfonçant dans sa peau blanche, elle voulu voir qu'elle était la source de son mal et s'aperçut avec horreur qu'une branche de ronce lui lacerer le cou elle voulut poussait un cri d'horreur mais rien ne sortis de sa bouche elle ne comprenait pas se qui se passait elle ne voyait rien à travers se brouillard épais et ténébreux.
Un sifflement sonore transpersa le silence, une ombre noir surgit devant la fillette et elle cru apercevoir deux yeux vitreux la regarder intensément, une sensation de tristesse l'envahie l'air était devenue lourd.
La dite ombre s'arreta devant Pinku, celle ci comprit à qui elle avait à faire...la MORT elle avait devant elle le fruit de ses cauchemard devant elle.
On venait la chercher et elle ne pouvait s'échapper, prête à accepter se destin cruelle la fillette ferma les yeux attendant la faucheuse.
Mais rien ne se passa et à travers les paupière close Pinku aperçut un mince filet de lumière,cet dernière risqua à ouvrir un oeil puis deux et voyant qu'elle était revenut dans son monde saine et sauve elle toucha prudament son cou meurtri, enfin pas si meurtri que ça car rien ne laissit croire que des ronce lacerer son cou quelques minutes plus tôt, seul la sensation horrible de la plante autour de son cou pouvait témoigné de se qu'elle venait de vivre.
Tous d'abord elle vit Alice exténuer pour je ne sait qu'elle raison, Pinku ne comprit que s'était elle mais cet dernière avait l'immense conviction que cet fille n'était pas normal.
Mais pour l'instant la petite ne trouva pas important de s'enerver à nouveaux sur cette Oda qui de toutes façon n'avait pas assez de force pour riposter, elle lui lança simplement un regard noir et jurant de toutes ces force que cette pimbêche payera pour se qu'elle avait fait.
Pour l'instant il fallait que personne n'ai d'affection pour Alice car la fillette pensait que rien ne serait pire que d'être éclus de tous le monde, c'est pour ça que feignant d'être horiffiés âr se qu'elle venait de voir Pinku s'élanca vers Tsukino et l'encercla de ses petit bras malingres sanglotant de plus belle.


"Tu as vue ce qu'elle ma fait ? C'est horrible !"




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oda Alice
Lycée; Rang Etoilé II
♣ Le Temps des Cerises
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Invocation d'entité démoniaque
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Mar 31 Aoû - 20:52

Exténuée. Oui, le mot était bien choisis pour qualifier son état actuel. Elle sentait simplement ses oreilles sifflaient intensément, ses yeux se refermer de force et la désagréable sensation de faiblesse qui s'ensuit. A cet instant, elle regretta de ne pas pouvoir lutter, encore une fois, contre la fatalité du destin. Elle essaya de toute ses forces de rester, de ne pas sombrer dans le sommeil, mais ce fut inutile. Quelques secondes, rien de plus, et elle rouvrit de nouveaux les yeux.

Elle se sentait un peu mieux, mais avait toujours les oreilles qui sifflaient et cette impression de faiblesse. Elle sentait que si elle utiliser son alice de nouveau, c'était la mort qui viendrait la chercher, elle était à présent trop faible pour tenter quoi que ce soit. Et, à son grand malheur, elle ne connaissait pas de démon de guérison. De poison oui, mais l'inverse était donné à un autre alice, que la jeune fille n'avait malheureusement pas. Finalement, elle aurait aimé que le sien fusse celui de l'invocation d'ange, mais ce n'était pas le cas. Le ciel ne lui avait donné que l'occasion de faire le mal, ce qu'elle ne manquait parfois pas de faire.

Ayant un peu récupérer, elle se redressa doucement du lit. Elle prit de ses mains tremblante un bout du drap qui dépassait et essuya son visage ensanglanté. Quand elle passa le tissu sur sa figure, cela la brûla affreusement. A cet instant, elle aurait aimé avoir sous la main quelques pansements magiques ou autres sorcelleries pour soigner ses plaies. Mais elle ne connaissait pas les lieux, et à vrai dire ne savait même pas que cela exister. De ses yeux rouges, elle dévisagea Tsukino. Celle-ci ne bougeait plus et ne disait plus rien. Pinku était pourtant allé la voir, mais celle-ci ne broncha pas. Était-elle choquée ? Peut être, mais en tout cas Alice n'y fit nullement attention. Tout ce qui la préoccuper pour le moment était sa petite personne.

Elle tâta la table de chevet du bout des doigts et finit par ouvrir le petit tiroir. Par chance, il y avait à l'intérieur un étrange flacon. A l'intérieur, une sorte de crème blanche. Alice la prit et commença à lire l'étiquette. Il était inscrit divers informations, qu'Alice ne lu pas car cela lui semblait futile, et écrit, en grand "pour coup et blessure". Naïve qu'elle était, elle ouvrit le flacon, et s'étala sur la main non pas une noisette, mais une quantité phénoménale de crème, dont elle se badigeonna le visage. La crème avait certainement du être crée grâce à un alice, et toutes les lacérations sur son visages disparurent.

"Tu as vue ce qu'elle ma fait ? C'est horrible !"

Alice rigola intérieurement. Non, elle ne lui avait strictement rien fait. A vrai dire, elle ne l'avait même pas toucher. Certes, sa vie avait était raccourcie d'un coup suite à cette utilisation excessive, mais pour elle, le résultat en valait la peine. Cette fillette l'avait bien énervé comme il faut, et il lui en fallait désormais payer le prix. Ouais, satisfaction à présent. La voir courir vers Tsukino qui ne lui répondait pas, c'était vraiment génial. A présent, elle espérait juste qu'une infirmière ou autre personne du personnel passerait et dégagerai les deux filles.

Comme ça, elle pourrait à présent se reposer un peu, où même simplement fuguer. Oui, elle aimerait bien partir d'ici, mais il lui fallait à présent se reposer. Elle lança simplement un regard pervers à Pinku, mais toutefois sans sourire. Car, nous l'oublions pas, elle n'avais strictement rien fait à cette petite fille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinku Mizuchima
Primaire; Rang Etoilé I
✖Servante d'Enora✖

avatar

Féminin Nombre de messages : 167
Age : 21

Feuille de personnage
Alice: Transformation des matières
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Mer 1 Sep - 10:48

Pinku s'élanca vers Tsukino feignant d'être complètement terrorisée, elle avait un don pour jouer sur ses émotions, se don lui venait des quelques cours d'art dramatique que lui avait donné sa grand-mère quand elle était petite, ainsi elle pensa que la jeune fille aller comme tous à l'heure tomber dans le panneau et la prendre dans ses bras en lui disant que Oda n'était qu'une perverse se que Pinku pensait elle aussi.

Mais Tsukino ne la prit pas dans les bras ne lui offrit pas le moindre sourire et encore moins un mot de réconfort, la fillette resta tétanisée par l'attitude de sa nouvelle "amie", avait t'elle comprit qu'elle jouer la comédie ? Non ! Elle n'avait rien laisser transparaitre, c'etait donc la faute de cet Alice de malheur.

Pinku se tourna vers la lycéenne qui allongée dans son lit la regarder elle aussi d'un oeil noir.
Elle était toujours indulgente avec les personne qu'elle ne connaissait pas et leurs donner toujours une deuxième chance, il n'était pas difficile pour elle d'aimer les gens et acceptait leurs personnalité telle-qu'elle mais cette Oda Alice l'avait mise en rogne, jamais on ne lui avait parlé comme ca du haut de ses dix ans même pas ses parents qui eux était bon généreux et clément.
Pinku s'approcha du lit ayant jusqu'à faire valdinguer le pot de creme que Alice tenait encore en main.

-"Je ne sais pas qui tu es vraiment, je ne connais pas ton stupide Alice mais je sais que tu es une horrible personne, avec un pouvoir tous aussi inutile que toi, je ne comprend pas non plus pourquoi dès le début tu m'a complétement ignoré mais je commence à en avoir vraiment mais vraiment marre , alors tu va t'exuser sur le champ à Tsukino et moi et vite je deteste les gens de ton espèce qui se croivent tous permit je te deteste tous cours toi et tes crétures monstrueuse."

Sous l'effet de la colère Pinku avait énoncer tous cela d'une traite et en criant ou plutôt en beuglant les dernière parole, elle n'avait jamais était si en colère, mais tous cela était la cause d'une personne cette maudite Oda Alice à qui elle ne pardonnerait jamais de lui avoir causé autant de soucis.

Rasenner et calmer elle regarda plus attentivement la jeune fille comme pour scruter le moindre de ses mouvements qui pourrait la trahir, elle fut prit d'une terrible pitiée en voyant cette lycéenne meurtris malgrés que la crème est éffacée les plus grosse, mais une enfant de dix ans ne pouvait pas contenir tous ses sentiment de colère et de piètée en même temps et laissa place de nouveaux à la colère regardant nonn pas avec des yeux indulgent mais avec un regard de braise.

-"J'attend ta réponse ! Alors tu le donne ton pardon on va pas non plus resté la jusqu'à demain faudrait que tu te bouge un peut !!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oda Alice
Lycée; Rang Etoilé II
♣ Le Temps des Cerises
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 23

Feuille de personnage
Alice: Invocation d'entité démoniaque
Commentaire:

MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité Ven 3 Sep - 20:59

Blasée. Oui, à cet instant, elle cru que sa mâchoire allait se décrocher du haut de son crâne. Pour deux choses principalement : Le fait que Tsukino ne réagissait plus du tout, mais alors du tout. Tant pis, les deux filles n’y faisait de toute façon plus attention. Bref, la deuxième chose était que, même si elle avait puisée ses dernières forces pour la terrorisé, la petite fille revenait à la charge ! C’était incroyable. Alice avait vraiment cru que cette soudaine immersion en enfer allait la choquer, la faire évanouir au mieux, mais non.

Pire même, cette fillette revenait pour qu’Alice lui demande pardon. Non mais attends trente secondes la, je rêve ou quoi ? Voila tout simplement ce que son visage signifiait. Ses yeux était devenue globuleux, elle n’en revenait pas. Pinku c’était approché de son lit avec une détermination terrifiante, l’avait froidement regardé du haut de ses dix ans puis lui avait tout simplement hurlé à la figure :

-"Je ne sais pas qui tu es vraiment, je ne connais pas ton stupide Alice mais je sais que tu es une horrible personne, avec un pouvoir tous aussi inutile que toi. Je ne comprends pas non plus pourquoi dès le début tu m'as complètement ignoré mais je commence à en avoir vraiment, mais vraiment marre. Alors tu va t'excuser sur le champ à Tsukino et moi et vite. Je déteste les gens de ton espèce qui se croient tous permit. Je te déteste tous cours toi et tes créatures monstrueuse."

(ps ; le verbe « croivent » n’existe pas xD) Ok. C’était le pompon. Une colère indescriptible montait en elle. Elle n’était même pas au courant comment elle faisait pour rester aussi calme. Son sang froid était vraiment exemplaire, tant elle ne rougissait ni ne rigolait pas. Car oui, elle aurait pu éclater de rire tout en lui collant une baffe, mais elle n’était pas comme ça.

-"J'attend ta réponse ! Alors tu le donne ton pardon on ne va pas non plus rester là jusqu'à demain faudrait que tu te bouge un peut !!"

Elle se releva très brutalement et soudainement, la poussa méchamment et la regarda avec un mépris inimaginable. Puis, tout un coup, son expression changea radicalement. Son visage fut saisi d’un profond désespoir, et enfin, elle baissa les yeux. Elle avait tellement une tête de chien battu qu’on aurait cru qu’elle allait éclater en sanglots. Elle se mit brutalement à genoux, la tête vers le bas. Enfin, elle allait s’excuser. Au moment même où elle allait ouvrir la bouche pour dire un simple pardon.

Elle se releva avec une incroyable agilité, si vite que la fillette n’aurait jamais pu l’éviter et attrapa de sa main droite Pinku par le cou et la plaqua contre le mur. Ses yeux n’étaient soudain plus rouges, mais noir. Oui, tout à fait noir. Il n’y avait plus de pupille ni d’iris. L’œil entier était teinté d’un noir morbide… Lentement, elle fit glissa sa main gauche sur le cou tout fébrile de Pinku et resserra son étreinte pour ne pas laisser la gamine s’enfuir. Elle la regarda le plus froidement possible mais elle se sentait défaillir. Une douce sensation envelopper son corps, comme une force contre laquelle elle ne pouvait lutter.

Rien, à l’extérieur d’elle-même ne laissait présageait ce terrible disfonctionnement qui se faisait en elle. Son mental était vraiment formidable, car tout son corps lui hurlait de s’évanouir, mais elle tenait bon. Donc, je disais qu’elle se sentait envahir par une douce sensation. Cette ombre mystérieuse était en train de s’approprier tout son corps, et elle ne pouvait à présent plus du tout résister. Son esprit s’évanouit et un autre en pris la place. Ce n’était pas tout à fait une véritable double personnalité, mais l’esprit de son amie d’enfance dont le corps était morte avait pris possession du corps d’Alice.

Elle avait sentit que celle-ci était au bon du rouleau et avait une folle envie de sentir à nouveau ses membres bouger. Ses yeux noirs fixait intensément la pauvre Pinku. Quant à elle, la parole n’était vraiment pas un problème, mais n’ayant pas le même esprit, Jun (car c’était son nom) n’avais pas d’Alice d’invocation. De sa voix la plus mystérieuse, elle déclara :

- Hey, t’as vraiment cru qu’on allait se mettre à genoux et te demander pardon ? Tu déteste les gens comme nous, c’est ça hein ? Mais tu sais quoi, ça tombe bien parce que nous non plus les gamines hystériques comme toi on peut pas les saquer. Pour ma part, je préfère même les étrangler. Alice à vraiment était magnanime avec toi. Et, tu t’pose pas de question sur les gens, parfois ? T’avais pas l’impression qu’elle pouvait simplement pas te répondre ? T’es vraiment conne, j’me demande de quelle trou tu sors toi. Ça devait certainement être une putain, ouais. Mais moi, je ne serais pas aussi clémente.

Sur ces mots, elle ressera de nouveau son étreinte, mais le corps qu’elle partageait avait vraiment atteint toute la limite qu’il était capable de supporter. Jun/Alice tomba à genoux, les yeux clos et le corps tout tremblants. Sa tête heurta lourdement le carrelage et sa conscience disparue. Son corps n’était plus qu’une coquille vide. Plus personne n’avais à trouver son affaire là-dedans, et c’est ainsi que Jun disparu temporairement. Alice était à présent dans un profond sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité

Revenir en haut Aller en bas

Lycée ; infirmerie ; Retour à la réalité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Gakuen Alice RPG • :: Autres Lieux :: 
/ Autres
-