• Gakuen Alice RPG •


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Les sales petits... [PV Hyouri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Shizue Nato
Lycée;
Rang Etoilé III
Lycée;Rang Etoilé III
avatar

Féminin Nombre de messages : 8
Age : 27

MessageSujet: Les sales petits... [PV Hyouri] Ven 3 Sep - 15:52

Le soleil jouait à cache-cache avec les élèves, utilisant les nuages pour se soustraire à son travail. De nombreux visages se tournaient vers le ciel, soit pour l'accueillir lorsque sa douce chaleur venait réchauffer leurs corps refroidis par la brise printanière qui soufflait, soit pour l'appeler, suppliant pour un carré de chaleur. Mais Shizue ne voyait rien de tout cela. Tout autour d'elle, des branchages, de l'herbe et des arbres. Lorsqu'elle levait les yeux, elle ne voyait qu'une lumière plus ou moins verte, des feuilles, des branches et parfois un insecte, un animal. La vie était tout autour d'elle, des écureuils la regardait avec un air curieux, les papillons vaquaient à leurs occupations et les guêpes et abeilles tournaient, à la recherche d'un peu de précieux pollen. Pourtant, la jeune femme se sentait comme coupée du monde. Les bois qui entouraient l'Académie la changeait toujours. Elle se sentait vraiment reposée ici et aimait beaucoup y faire un tour dès qu'elle avait un moment. Et comme elle avait justement eu une heure de libre dans son emploi du temps... Autrefois, elle venait souvent ici, sautant allégrement les cours. Mais désormais, elle se tenait à sa résolution d'être sérieuse et n'avait pas loupé un cours depuis deux ans (venant même quand elle aurait du être alitée!). Quoiqu'il en soit, lorsqu'elle entrait dans l'air confinée de la forêt, elle avait un peu l'impression d'entrer dans un autre monde, plus mystérieux, plus sauvage, mais aussi plus beau. Elle avait vécu toute son enfance à la campagne et avait besoin de son "carré de verdure" comme elle le disait si bien.

Ses pieds ne faisaient presque aucun bruit, l'habitude aidant à ne pas effrayer les animaux et à ne pas troubler le calme qui habitait ce lieu. Mais elle sentait la terre fraiche qui se moulait sous ses pieds, l'humus qui poussait. Il faisait frais ici, sous le couvert des arbres et elle frissonna un peu, cédant au froid. Mais un grand sourire était étalé sur son visage. Ici était son royaume secret, oui, son secret. Elle n'avait pas envie de passer son temps assise dans un coin de la classe à ne rien faire. Elle était bien mieux ici, tranquille. Elle s'enfonçait dans la forêt, marchant toujours tranquillement. Quand un bruit étrange attira son attention. Y avait-il quelqu'un d'autre ici? Ce lieu n'était pas interdit aux élèves. Mais tout de même, lors de la journée, en plein dans les horaires de cours, si jamais elle tombait sur un surveillant... Bref, elle ne souhaitait pas cela. Son esprit tournant à vive allure, elle se pencha un peu, se tassant pour être plus furtive. Elle ne connaissait pas forcément très bien ce coin de la forêt, surtout que ce bois était situé à l'opposé du lycée. Elle voulait s'approcher un peu plus près sans se faire voir. Identifier le bruit sans se faire repérer. Un peu comme une mission d'espion secret donc? Cette comparaison peut vous sembler puéril, mais Shizue était par essence quelqu'un qui aimait les risques, à qui le danger donnait des responsabilités au lieu de peurs. Se prendre pour une héroïne était peut-être un peu exagéré, mais cela ne la dérangeait pas de se donner des petites frayeurs et d'être celle que les gens pouvaient suivre, être celle sur qui on pouvait compter. Elle endossait sans peine ce costume. Surement était-ce prétentieux de sa part, mais elle était ainsi faite et ne pouvait pas se changer...

Elle était arrivée derrière un arbre et se pencha prudemment la tête hors de son abri. Ses yeux attentifs repérèrent rapidement l'auteur ou plutôt les auteurs de ce bruit incongru. Elle distingua quatre élèves de collège, réunis autour d'une petite silhouette. Une sonnette d'alarme sonna dans sa tête. Elle quitta son refuge, puisque les quatre collégiens lui tournaient le dos. C'était tous des garçons et ils semblaient, rien que de dos, assez imbus d'eux-même, ce qui leur enleva tout de suite des points. Elle s'approcha en silence, mais rapidement. Finalement, la conversation devint distincte pour ses oreilles.


"Alors, vas-y, montre-nous!

-Ouais, on veut voir ça, espèce de travesti tiens!
-T'es tout petit mais t'es déjà bizarre dans ta tête non?"

L'éclat de rire qui suivit cette remarque stupide et blessante fit sauter le bouchon qui retenait la fureur de Shizue. Elle s'approcha d'un pas rapide, jusqu'à se retrouver juste derrière les quatre caïds. Sa voix fut plus celle d'un serpent qu'autre chose. Froide et glissante, elle faisait presque frissonner.

"Je peux savoir ce que vous faites?"


La phrase n'avait pas été prononcée très fort, mais son ton était suffisant pour se faire entendre. Les quatre se retournèrent, avec un bel ensemble, elle leur avoua bien ça.
Le plus âgé (ou le chef, bref, le plus bête du groupe) lui lança un regard noir, énervé. Mais elle lut dans son regard l'incompréhension et la peur. D'ordinaire, les gens avaient plutôt peur d'eux et les lycéens ne se mêlaient pas des affaires des plus petits qu'eux.


"Qu'est-ce que tu veux toi?"


L'emploi du "Tu", si familier et si impoli fit monter sa colère d'un cran. Il était clair maintenant que leur châtiment était tout trouvé. Un de ses camarades lui donna un coup de coude, tentant de le prévenir.

"Mais t'es fou c'est..."


Il n'eut malheureusement pas le temps de terminer sa phrase. La main de Shizue vint attraper un carré de cheveux du leader. Luttant contre le pouvoir de son limitateur, elle mobilisa son Alice et... Plouf, un large rectangle de chair rosée apparut sur sa tête, la fine vapeur qui était autrefois ses cheveux disparaissant dans l'air rapidement. Ses trois comparses le regardèrent, hésitant entre l'hilarité, l'étonnement et la peur. Elle se tourna vers eux, les incendiant du regard.

"A vous!"

La milli-seconde d'après, ils avaient tout les quatre disparut. Elle ne savait pas si elle avait mit fin à leur carrière de voyou. Mais au moins se tiendraient-ils tranquille pour quelques temps. Elle soupira et se passa la main dans les cheveux, comme pour évacuer le stress qui était monté durant la scène. Elle ne comprenait pas ce qui motivait de telles personnes et quoiqu'elle fasse, elle en trouvait toujours sur son chemin. Puis, pour la première fois depuis qu'elle l'avait aperçut, elle s'intéressa vraiment à la personne qui s'était faite embêtée. Elle découvrit un petit garçon.

Attendrie, elle s'agenouilla pour être à son niveau et lui posa la main dans les cheveux, pour le consoler.


"Tu vas bien?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyouri Suzuki
Primaire
Rang Etoilé I
Primaire  Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 159
Age : 24

Feuille de personnage
Alice: passer de fille à garçon
Commentaire:

MessageSujet: Re: Les sales petits... [PV Hyouri] Ven 3 Sep - 20:32

La matinée avait plutôt bien commençait pourtant...Pourquoi est ce que ça tourner comme ça? Il faisait plutôt beau, alors je m'étais dit que je n'avais pas besoin de mon pull, et que l'uniforme d'hiver suffirait. Je suis partie à l'heure, comme d'habitude, et en compagnie de certains de mes camarades de chambre. J'étais de bonne humeur, et contente qu'on y aille tous ensemble. Après on s'est séparé, chacun dans sa classe. Le désavantage d'être le plus grand, c'est que du coup de ne suis avec aucun d'eux, mais je m'en remettait rapidement, après tous j'avais aussi des copains et copines dans ma classe.

On avait eut cour de Maths ce matin, j'adore ça moi les maths, et de français, ça j'aime moins, mais la prof est super sympa alors ses cour ne sont pas si terrible au final. Bref, ce matin, rien de bien méchant en cour, mais par contre, quand on sort à la pause, un coup de froid me prends. Le soleil s'était caché derrière les nuages, et je me rendais compte que je n'avais pas très chaud. Alors je me dit que peut être j'aurais le temps d'aller chercher mon pull pendant la pause. Après tous le dortoir n'est pas si loin. Je confie donc mon sac à un copain, et je me dépêche de sortir discrètement pour que mon absence ne soit pas remarqué.

C'est là que commence les problèmes. Finalement, j'aurais dut resté et tant pis pour mon pull... Je suis sorti en courant, et à peine sorti, je croise un groupe de collégiens que j'avais déjà croisé avant mais je sais plus où. Là ils m'arrêtent, je comprend pas pourquoi, je leur ai rien fait pourtant. Le plus grand me regarde bizarrement, je n'aime pas son regard, et j'ai un mouvement de recule, finalement il fait un sourire que j'aime encore moins et dit :


-Tu passe au collège l'année prochaine, pas vrai?
J'hésite à répondre, mais finalement je le fait par politesse, même s'ils n'ont pas été poli avec moi :
-Oui...
-C'est dommage, on seras plus là l'année prochaine, pour voir ton don, tu veux pas nous le montrer.

Pourquoi je devrait te le montrait! De toute manière je peux même pas l'utiliser sans miroir... Et puis je suis pressé là! Mais bon peut être qu'en refusant poliment ils me laisserons tranquille, alors je dis rien de ça :
-Je suis désolé, mais c'est impossible. Est ce que je peux y aller maintenant?

Il fait style de réfléchir cinq secondes, mais je sens bien à son air faux, et a ses copains derrière que ça n'a pas marcher. L'un à l'air impatient, l'autre à un sourire mesquin au bout des lèvres, et le dernier semble prêt à réagir à n'importe quel ordre. Comme on pouvait s'y attendre., il répondit :
-Non. C'est parce que c'est embarrassant de le montrer, c'est ça? Si tu veux, on peut faire ça dans un endroit plus discret.

Maman m'a prévenu qu'avec les pot-de-colle comme lui, il n'y avait qu'une solution, s'était d'être ferme. Alors, avec toute la fermeté donc je suis capable, je lui répond :
-Non, laissez moi passez maintenant!

Mais apparemment ça le fait plus rire qu'autre chose. Et moi ça m'énerve, qu'est ce qu'il y a de si drôle. Mais mon regard énervé semble le faire rire de plus belle. Alors je décide que puisque c'est comme ça, il ne me reste plus qu'à l'ignorer, et j'essaye de passer. Mais une nouvelle fois, ils m'arrêtent. Cette fois, l'un des acolytes, celui qui a l'air le plus fort, mais aussi le plus bête, m'attrape par le bras avec force. Le chef s'approche alors de moi et me dit :

-Mais si tu vas voir on va s'amuser, viens avec nous.
Comme si tu me laissais le choix! Espèce de gorille sans cervelle! Et puis c'est quoi ce sourire qui apparait sur ton visage!
-C'est vrai que tu pourrais ressemblait à une fille, même comme ça, et mignonne en plus. Tu dois en avoir du succès.

Je commence à avoir vraiment peur là. c'est quoi ses insinuations...Je suis assez grand pour comprendre ça tu sais, et ça me plait pas du tout. Après, ils me forcent à les suivre, si j'essaye de filer, le gorille n°2 me serre encore plus fort, comment ça se fait qu'il soit si fort d'ailleurs! Je crois que j'ai trop été habitué à être avec des petits, maintenant je me retrouve face à un grand trop fort pour moi... Je me serais bien battu avec lui pour me défendre, mais le problème c'est qu'il sont trois, plus âgé et plus ofrt que moi, qu'ils ont pas de bonnes intentions, et donc...que si je me bats, ça risque de très mal finir pour moi.

Mais, on commence à s'éloigner des sentier, et à aller de plus en plus profond dans la forêt... J'étais inquiet, maintenant je suis apeuré, pourquoi aller si loin? C'est comme s'il voulait qu'on ne puisse pas m'entendre... Je commence vraiment à flipper, et je m'arrête net, mais Gorille n°2 en à décider autrement, et me tire un grand coup le bras. Je fallit tomber, mais quand il sent que je vais tomber, il me tire par le haut, et maintenant je suis même plus sûr mes pied. Il m'oblige à me remettre droit ent tirant encore plus sur mon bras. J'ai l'impression qu'il va me le cassé, et je me remet debout, alors il tire un petit coup cette fois, et dit :


-Allez, continue à marcher.
-C'est bon, ça ira ici.
Réplique Gorilla, sarcastique et le rire au bout des lèvres. Gorille n°3 qui n'attendait que ça apparemment, se met à s'impatienter plus que jamais et lance :
-Alors, vas-y, montre-nous!

Le costaud, qui enfin réalise que c'est le moment surenchérit, aussi exciter que les autres :
-Ouais, on veut voir ça, espèce de travesti tiens!

Je suis pas un travesti! J'aurais voulu répliquer ça, mais en fait j'avais trop peur pour dire quoi que se soit. Je savais que je ne pouvait pas l'utiliser comme ça, mais eux ne s'en soucié même pas. Et ils vont sûrement croire que je le fais exprès, et même s'ils se rendent compte que non...Je sais pas ce qui va m'arriver s'ils n'arrivent pas à leur faim....

-T'es tout petit mais t'es déjà bizarre dans ta tête non?

C'est toi qui est bizarre dans ta tête. Cette espèce de n°4 qui semblait plus intelligent que les autres, en vrai c'est qu'un débile ! Allez! Il faut que j'arrête d'avoir peur et que je me défende, c'est la seule solution qui a peut être une chance de marcher. Ou alors m'enfuir, mais ils sont sûrement plus rapide que moi vu leur longues jambes... Dans les deux cas, je crois pas que je vais y arriver... Je sent mes jambes tremblait, c'est pas avec ça que je pourrait faire quoi que se soit...

Alors que ma situation semble désespéré, une lumière d'espoir jaillit alors de derrière les trois gorille qui puent. Je la vois s'approcher, et un immense soulagement m'envahit. Une fille ne pourrait pas être un gorille qui pue avec cette air mécontent là! Ça ne pouvait être que de l'aide. Apparemment je suis pas assez discret, parce qu'un d'eux veut me demander quelque chose, mais avant d'avoir put dire quoi que se soit, la jeune fille parla d'un ton menaçant.


-Je peux savoir ce que vous faites?
Gorilla se retourne alors énervé d'être déranger :
-Qu'est-ce que tu veux toi?

Mais à peine avait il dit cette phrase que gorille n°2 réagit, relâchant sa prise au passage, lui, avait l'air de savoir qui c'était, et ça ne lui plaisait pas, gorille n°3 avait d'ailleurs l'air d'être d'accord avec lui.Un coup de coude et le début d'une phrase de mise en garde furent lancé, mais trop tard, car déjà la lycéenne attrapa les cheveux du garçon et les fit disparaître comme par magie. Sauf que le mot magie ici, signifie alice, mais ça ne disait pas quel alice s'était...même si elle avait eut l'air de les transformer en poussière ou quelque chose du genre... Ce qui faisait assez peur, même si je n'était pas sa cible. D'ailleurs, je ne devait pas être la seul à avoir peur car je sentit mon bras, me faire plus mal que toutes les autres fois. Elle se tourne alors vers les deux gorilles et leur lance avec colère :

-A vous!

Et ils s'enfuirent tous en courant, me libérant de son étrainte. Mais je sentait encore bien la douleur. Mais maintenant j'étais concentré sur la lycéene qui m'avait sauvé. Je regarde le moindre de ses gestes : la main qu'elle se passa dans les cheveux, son visage qui se détendit, et enfin son regard qui se tourna vers moi. Elle s'agenouilla alors comme pour ce mettre à ma hauteur, même si je suis pas si petit que ça... Et je sent sa main se posait sur ma têt, ce qui me fait presque sursauté. La scène avait semblait si rapide pour moi, et les choses que je m'étais imaginer si horible, que je n'avais pas encore réalisé que c'était finit...

-Tu vas bien?

Sur cette phrase mes jambes me lâchèrent définitivement, là je réalisai! Il ne s'était rien passé, et maintenant il y avait même quelqu'un avec moi de non menaçant...Je put enfin quitter mes yeux de merlan frit et esquisser un sourire, même si ce n'était pas vraiment un sourire de joie, mais plus de soulagement :

-Oui...ça va...merci...

Après tout peut être que j'avais un peu exagérer sur ce qui aurait put arriver, des froussard comme ça aurait jamais osé...Enfin j'espère juste que mon imagination à été trop fertile à cause du feuilleton policier vu hier soir...Sûrement d'ailleurs, c'est pas le genre de chose qui pourrait arriver dans l'académie, si? Bon allez! Tout est fini, il faut que je bouge! Je vais pas rester là par terre toute la journée quand même! Et puis si je ne me dépêche pas, je vais être en retard pour le prochain cour...quoi que ça doit déjà être la cas...

-Aïe!

En essayant de m'appuyer sur mon bras, je me rend de nouveau compte de la douleur. Mon poignet est tout rouge, et maintenant que je le sais, la douleur s'amplifie. Je ne crois pas pouvoir écrire avec le poignet dans cet état, pas tout de suite en tous cas. Je crois que mon idée de reprendre les cour est compromise. Il ne me reste plus qu'à aller à l'infirmerie. Le problème étant que je ne connaissait pas du tout le chemin... Tous en tenant mon poignet dans ma main gauche, je me tourne vers celle qui m'avait aidé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shizue Nato
Lycée;
Rang Etoilé III
Lycée;Rang Etoilé III
avatar

Féminin Nombre de messages : 8
Age : 27

MessageSujet: Re: Les sales petits... [PV Hyouri] Sam 4 Sep - 21:59

Au fur et à mesure qu'elle l'observait, elle revenait sur son jugement. Bien que son interlocuteur ait un visage très mignon, il n'avait pas l'air si jeune que ça. C'était surtout ses yeux qui la firent changer d'avis. Ils ne ressemblaient pas à ceux d'un enfant. Même s'il fallait bien avouer que son faciès donnait envie de le câliner. Il y avait du courage mêlé à la peur dans son regard. Le courage de faire face et la peur de ne pouvoir rien faire. Ce qui lui plut, mine de rien. Il aurait été en droit d’être choqué et complètement paniqué, après ce qui venait de lui arriver. Elle avait déjà vu des gens perdre complètement leurs moyens après de telles choses. Enfin, ce n’était pas allé bien loin dans ce cas. Mais n’empêche que la pression psychologique qui pouvait s’exercer sur les victimes en ces moments pouvait souvent faire sauter la soupape de leur raison. Pour une courte durée bien sur. Mais cela laissait quand même des traces dans l’esprit. Mais ici, le jeune garçon n’aurait pas ce problème. Et c’était ça qui lui avait plut.

-Oui...ça va...merci...


Son sourire s’élargit. Heureuse qu’il aille bien, elle se releva. Elle vit que le jeune homme tentait de faire de même. Une petite partie en elle, plus curieuse que les autres, se demandaient quel était ce pouvoir que les autres avaient tant voulu voir. Mais bien entendu, elle se tut. Il aurait été très malpoli de le demander après tout ceci. C’est pourquoi elle se contenta de l’observer brièvement, se posant la question intérieurement. Soudainement, elle vit apparaître un flash de souffrance sur le joli visage, tandis qu’il laissait échapper un petit gémissement de douleur. Le garçon se tint alors la main. Elle revint tout de suite à ses cotés et regarda son poignet. Celui-ci était en effet bien rouge et assez gonflé, œdémateux. Pas étonnant qu’il ait mal. Jusqu’à maintenant, l’adrénaline avait oblitéré la douleur. Mais maintenant, il la ressentait pleinement.

Elle sentait sa colère remonter. Non seulement ces idiots lui avaient fait peur, mais en plus ils l’avaient blessé. Elle se jura que si elle se retrouvait sur leur route, elle leur ferait payer très cher.


-Voilà qui a l’air douloureux.

Elle lui proposa sa main pour l’aider à se relever. Il lui suffit d’un bon coup sec pour le remettre sur pied. En effet, elle le dépassait de plus d’une tête. Cela ne lui prit pas beaucoup d’effort donc. Mais ça, c’était uniquement due à son entrainement sportif. Il valait toujours mieux être en forme, et Shizue essayait toujours d’être au top. Un corps mollasson ne permettait pas de faire grand-chose. Tout du moins, pas beaucoup des choses qu’elle aimait faire.

-Je vais t’accompagner à l’infirmerie si tu veux.


Elle ne voulait pas le laisser sans surveillance pour le moment. Autant par peur que les autres ne reviennent l’embêter, que parce qu’elle souhaitait pouvoir le soutenir moralement. Cela ne lui ferait pas de mal. Et puis, comme dit précédemment, elle était un peu curieuse. Heureusement que cette curiosité était totalement réfrénée. Sinon, elle lui aurait posé des questions indiscrètes et blessantes rapidement. Elle remercia silencieusement son père pour sa bonne éducation. Peut-être n’avait-il pas tout réussi et avait fait des erreurs. Mais il avait été intransigeant sur ce point et elle maitrisait à la perfection l’étiquette. D’ailleurs, cette dernière exigeait que l’on se présente dans de tels cas.

D’une courbette parfaite au degré prêt, elle le salua.


-Je suis Shizue Nato, enchanté de te rencontrer.

Elle ne lui demanda pas de faire de même, car cela aurait été insultant. Au contraire, il fallait laisser à l’autre la possibilité de répondre ou non. Bien sur, si jamais il ne le faisait pas, elle serait en droit de se sentir offensée (et, dans l’ancien temps, de défendre son honneur en le défiant au sabre) mais elle savait que même s’il préférait ne pas se présenter, elle ne lui en tiendrait pas rigueur. Elle avait déjà une bonne opinion de lui et il faudrait plus que ça pour qu’elle change d’avis.

Sa ballade en forêt prenait une drôle de tournure, mais cela ne gênait pas Shizue. Au contraire, aider ce garçon lui faisait vraiment plaisir. Elle sentait qu'elle faisait ce pourquoi elle était née. Elle ne savait guère où cela la mènerait, mais elle se plaisait dans cette voie, assurément. Son sourire resta sur son visage. Elle était bien dans sa peau quand elle faisait cela. Elle se tourna instinctivement vers la sortie de la forêt.


-Viens, je vais te montrer le chemin.

[HJ : Désolée c'est court ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyouri Suzuki
Primaire
Rang Etoilé I
Primaire  Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 159
Age : 24

Feuille de personnage
Alice: passer de fille à garçon
Commentaire:

MessageSujet: Re: Les sales petits... [PV Hyouri] Dim 5 Sep - 16:05

-Voilà qui a l’air douloureux.

Je sens comme une colère retenu dans cette phrase. Elle ne devait pas supporté ce genre d'imbécile, ou alors le fait que quelqu'un blesse les autres. En tous cas, c'est une bonne personne, c'est sûre.

-Non, pas tant que ça!

Je réponds pour ne pas l'inquiéter, après tout, la douleur finirait sûrement par partir, et puis on ne pouvait pas faire de blessure trop grave de cette manière, non? Enfin, je m'y connait pas trop, mais bon... Et puis il suffisait de ne pas le bouger pour que la douleur ne soit pas trop présente.

Puis elle me présente sa main. J'hésite un peu à la prendre, mes je me sens encore un peu faible pour me relever sans avoir l'air de quelqu'un qui passe sa journée assis. Et puis si je refuse sa main, elle risque de mal le prendre, c'est un peu un rejet après tout. Je l'attrape donc et me retrouve en un rien de temps debout. Je devais être plutôt léger pour qu'elle le fasse aussi vite, ou avoir l'habitude...


-Je vais t’accompagner à l’infirmerie si tu veux.
- Merci beaucoup.

Je fis une courbette comme le veut la politesse en même temps. Heureusement je n'avais pas eut besoin de lui demander d'y aller, ça aurait été gênant, et elle se serait peut être énervé un peu plus. Et puis ça m'éviter de lui dire que j'étais complètement perdu... En plus, je n'aime pas demander de l'aide aux autres, certains se sente obligé de m'aider à cause de ça, et puis ce n'est pas très mature comme attitude d'avoir toujours besoin des autres.

C'est avec une politesse parfaite que la lycéenne se penche pour se présenter avec la même politesse. Je lui rend alors sa courbette et à mon tour me présente :


-Moi de même, je suis Hyouri Suzuki.

Ma prestation n'était peut être pas aussi parfaite que la sienne, mais j'espère qu'elle ne m'en tiendras pas rigueur. En tous cas, ça faisait longtemps que je n'avait pas rencontrait quelqu'un qui suivait les coutumes à ce point. Il faut dire que les primaires ne sont pas souvent très à cheval sur ça, et qu'on ne l'avait même pas apprit à certains. Et puis pour les autres, c'était un peu une mode ou une habitude de se présenter et de se dire bonjour à l'occidental. La jeune femme se tourna alors et me dit :


-Viens, je vais te montrer le chemin.
-Merci encore.

Je réponds avec le sourire tout en me penchant. Le fait qu'elle est fait cette courbette me fait penser que je devais me montrer très poli avec elle. Alors j'essaye de me tenir un peu mieux que quand elle m'a vu la première fois, tout en faisant attention à ne pas bouger mon bras. Et je la suivait , remettant enfin mes jambes en route et quittant définitivement cette impression qu'elles ne me répondaient pas comme je le voulais. Mais en fait, le fait de faire attention à ce que mon bras ne bouge pas me fait plus mal que se que je pensais. Mais bouger fait encore plus mal, alors autant resté comme ça. et puis ce n'était pas non plus une douleur insupportable.


-Vous connaissez bien la forêt! Vous y passer beaucoup de temps? Moi, je n'y vais presque jamais...

Je sais que beaucoup de lycéen préféré qu'on les tutoie, mais c'était impoli de tutoyait quelqu'un de plus âgé sans sa permission, et je l'oubliais parfois... Mais comme la politesse avait été rappelé, je me devais de la faire.

[T'excuses pas, je crois que je suis pas mieux et en plus je te donne pas grand chose pour avancer...désolé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shizue Nato
Lycée;
Rang Etoilé III
Lycée;Rang Etoilé III
avatar

Féminin Nombre de messages : 8
Age : 27

MessageSujet: Re: Les sales petits... [PV Hyouri] Lun 6 Sep - 18:07

Shizue était ravie. Son jeune compagnon était vraiment très poli. Elle avait remarqué que beaucoup de ses compagnons et autres avaient tendance à oublier les usages, pour se conformer aux coutumes de l'ouest. Elle n'avait strictement rien contre les occidentaux, et admirait beaucoup de choses chez eux. Mais elle était fière de la politesse japonaise. N'étaient-ils pas célèbres dans le monde pour cela? Rien ne remplaçait une courbette soigneusement préparée pour qu'un salut soit parfait. Et dire que les français s'embrassaient tous pour se dire bonjour! L'idéal pour propager les microbes. La politesse permettait de ne pas offenser les gens, d'agir toujours avec respect. L'on disait souvent que les japonais était très morbides, prompts à s'énerver, et que faire couler le sang ne les dérangeait pas, d'où leurs films souvent violents. Et pourtant, la base même de leur vie était basé sur le respect du à l'autre. Bref, Shizue était fière d'être japonaise.

Elle se lança vers l'orée, le jeune homme sur ses pieds. Elle marchait toujours silencieusement et avec calme. Elle ne voulait pas aller trop vite, de peur d'embêter le jeune Hyouri. Et puis, elle avait encore du temps avant que ses cours ne recommencent alors pourquoi se presser? Bien sur, lui en avait peut-être. Mais de toute manière, il lui fallait faire un détour par l'infirmerie. Donc il n'arriverait jamais à l'heure. Et donc, nul besoin de se presser pour lui non plus. Elle prenait donc le temps de profiter de ce petit tour. Elle respirait à pleins poumons, l'air pur traité par la forêt lui clarifiant les alvéoles, le sang. Une véritable bouffé d'oxygène. Mais pendant ce temps, son cerveau tournait à toute allure, comme d'habitude d'ailleurs. Elle cherchait presque désespérément à trouver son Alice. Bien sur, deviner l'Alice de quelqu'un sans le lui demander relevait souvent de l'impossible. Mais quelque fois, on pouvait le deviner. Tout du moins, pour les plus communs. Les télépathes avaient tendance à ne pas trop parler et à anticiper les actions de chacun. Ceux qui avaient le pouvoir de voler semblait toujours plus ou moins flotter en l'air, même lorsqu'ils marchaient. Mais là, elle n'avait aucun indice. Elle finit par se résigner. Elle voulait tout, le beurre et l'argent du beurre. Or chacun savait qu'on n'avait que très rarement les deux.


-Vous connaissez bien la forêt! Vous y passez beaucoup de temps? Moi, je n'y vais presque jamais...


Elle fut heureuse qu'il engage la conversation. Elle-même n'avait pas réfléchi à ce qu'elle aurait pu lui dire, son esprit ayant été ailleurs pour quelques secondes. Mais voilà qu'elle pouvait embrayer sur sa phrase, sans même avoir besoin de penser. C'était une question banale. Enfin, elle n'allait pas vraiment lui mentir. Mais pas lui dire la vérité non plus.

-J'aime me promener ici.


Elle se tourna vers lui et lui fit un petit clin d'œil complice.


-Mais jamais quand je devrais.

Puis, elle décida de mettre les choses au point avec lui. Elle appréciait qu'il la vouvoie, toujours la fameuse politesse japonaise, qui voulait qu'on respecte ses ainés. Mais elle n'aimait pas trop qu'on la vouvoie, elle avait l'impression de prendre dix ans d'un seul coup.


-Et tu peux me tutoyer, ça ne me dérange pas.

C'était maintenant à son tour de lui poser une question. Mais elle souhaitait lui demander quelque chose qui n'était pas général. Sa classe, son âge, ses gouts, tous étaient des choses qui n'avaient pas beaucoup d'intérêt pour elle, et ce serait peu original de lui demander. Elle l'aurait bien taquiné un peu (gentiment bien sur) si elle l'avait rencontré en d'autres circonstances. Mais là, elle se sentait obligée d'être gentille et douce. Non pas qu'elle se force. Mais elle avait un langage plutôt piquant d'ordinaire.


-Pourquoi est-ce que tu ne viens pas souvent par ici? Tu n'aimes pas la forêt?


Bon, d'accord, c'était une question comme une autre. Mais au moins ne reprenait-elle pas les classiques demandes de présentation. Et elle restait dans la lignée de ce qu'il avait dit. Puis, cherchant à combler le vide du silence qui les entourait, elle parla de nouveau.

-J'espère que je ne t'ai pas fait peur avec mon Alice tout à l'heure.

Elle savait en effet que son Alice était effrayant. Puissant de par son type limité et effroyable de par sa nature, elle-même en avait longtemps eut peur. Maintenant qu'elle le contrôlait mieux, elle se sentait un peu plus à l'aise avec. Mais n'empêche qu'elle espérait ne jamais blesser quelqu'un avec. D'ailleurs, sa boucle d'oreille qui limitait son pouvoir ne la quittait jamais. Elle était comme une présence rassurante, lui disant qu'elle pouvait jouer avec le feu, car elle avait toujours sa combinaison pour la protéger. Peut-être avait-elle posé la question pour savoir ce que les autres en pensaient? Elle se demandait des fois si les autres essayaient de ne pas trop l'approcher parce qu'ils avaient peur d'elle et non pas parce qu'elle les maternaient. Elle espérait de tout cœur que ce n'était pas le cas. D'un geste instinctif, elle porta sa main à sa boucle limitatrice, un geste rassurant pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyouri Suzuki
Primaire
Rang Etoilé I
Primaire  Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 159
Age : 24

Feuille de personnage
Alice: passer de fille à garçon
Commentaire:

MessageSujet: Re: Les sales petits... [PV Hyouri] Lun 6 Sep - 23:24

-J'aime me promener ici.

C'est vrai qu'il y a pas mal de monde qui aime se promener dans la forêt... Même si ce n'est pas mon cas. Elle se tourne vers moi pour me parler, mais...pourquoi ce clin d'œil?


-Mais jamais quand je devrais.


Jamais quand elle le devrait ça veut dire...pendant les cours et la nuit! Mais comment une personne aussi poli pourrait elle faire faux on à son professeur qu'elle devrait respecté! Je me suis fais une fausse impression sur elle? Pourtant même comme ça elle avait l'air gentille... Le pire c'est quand même la nuit, j'espère qu'elle ne fait allusion qu'au cour, même si c'est méchant pour les professeur, parce que la nuit... Là je vois défilé des scénario de quelqu'un se promenant dans la forêt qui commence à entendre des bruits suspects, puis qui se retourne toute les cinq minute pour sans jamais rien voir, et finalement sa lampe torche s'éteint. La personne essaye de la rallumer et de garder son calme, quand soudain il entend un grondement d'ours affamé! Ou alors un fantôme qui lui dit de venir le rejoindre, ou alors comme il voit rien il a pas vu le fossé et est tombé dedans pour finir manger par les vautour! Ou encore a agoniser des jours sans que personne ne le rencontre! Non! Pitié faite qu'elle ne sort pas dans la forêt la nuit! Ça me ferait trop peur de penser à elle le soir en train de se faire dévorer par une bête sauvage! Je deviens livide rien que d'y penser...

-Et tu peux me tutoyer, ça ne me dérange pas.
-Hein? AH, euh... oui d'accord.

Dis je en baissant la tête, honteux de n'avoir pas écouté pour des évènements, qui finalement ne sont pas si réaliste. C'est vrai ça n'arriverais jamais se genre de choses... Enfin, j'espère...

-Pourquoi est-ce que tu ne viens pas souvent par ici? Tu n'aimes pas la forêt?
-Ah! Non c'est pas ça, c'est juste que... ce n'est pas dans mes habitudes...

Je répond pas vraiment à la question là... Mais je sais pas comment l'expliquer autrement. Je suis plus familière avec la cour de l'école, le parc, ou encore la bibliothèque... C'est comme aller à central town, ce n'est pas quelque chose que je fais souvent, même si j'aime bien y aller.

-Et puis je crois que je risquerais de me perdre...Ce serais embêtant d'arriver en retard à un cour à cause de ça, ou de ne pas pouvoir y sortir avant la nuit...

Oups! J'ai un peu trop parler, maintenant elle va se douter que ça me fait peur la nuit! C'est la honte à mon âge d'avoir peur de se genre de trucs... Faut que j'arrête de paniquer à cause de ça, sinon elle va vraiment le remarqué si c'est pas déjà fait... Maman et Tsubasa-nii-chan me disait tout le temps que je jouait très mal la comédie, mais ils me connaissent bien aussi, peut être avec quelqu'un qui me connait pas beaucoup ça passeras mieux... Pourtant je sens mes joues rougir mal grès mes efforts pour contenir mon embarras... Bon peu importe! Après tout ça arrive à tout le monde d'avoir des phobies...Même a certains adultes... Maintenant que j'y pense, un silence s'est installé sans que je m'en rende compte, ça va pas aider mes joues ça...



-J'espère que je ne t'ai pas fait peur avec mon Alice tout à l'heure.

Peur? Euh...oui un peu, mais si je lui dit elle va se vexer, c'est sûre, est ce que je dois le dire mal grès tout? La politesse dit que non, la morale dit que oui...Que dois je faire? Éviter la question semble être la meilleurs solution, en plus je mens très mal, mais comment? En plus si je met trop de temps à répondre elle va comprendre mes intentions, et je suis sûre qu'elle ne va pas apprécié! Vite réfléchis! Réfléchis! Non! Maman dit toujours qu'il y a un temps limite à ne pas dépasser si tu veux être crédible en temps que menteur! Et le temps est dépassé! Bon, ben il me reste plus qu'à dire la vérité... C'est sûrement ce qu'elle veut en plus, non? J'hésite encore un peu, et finalement en baissant la tête et d'une petite voix je réponds :

-Si, un peu...Mais... Mais ça veut pas dire que j'ai peur de toi! Je veux dire, je pense que juger les gens à leur Alice est mal! En plus on est entouré de gens qui ont des Alices, c'est normal qu'il y en ai qui ai des Alice plus ou moins puissant, plus ou moins effrayant, mais chacun à son utilité! Et puis tu m'a aidé alors tu peux pas être méchante! Et en plus je connais quelqu'un qui a un Alice encore plus effrayant que le tiens, et lui c'est encore pire parce qu'il fait peur aux gens rien qu'avec son visage, et pourtant j'ai pas peur de lui!

Je m'embrouille et je me sert même de Shiki-nii comme argument! Mais il faut toujours que je m'emporte quand il s'agit de ça... J'ai fait exactement la même chose avec Shiki-nii maintenant que j'y pense et j'ai tellement insisté que je l'ai embêté, même s'il m'a dit que c'était pas grave... Pourquoi je peux pas m'empêcher d'en faire trop? Ah oui mais il manque le plus important!

-Et puis, en m'y habituant un peu, j'aurais plus peur du tout!

Oui c'est e qui c'est passé avec lui, même si ça peut me faire sursauter quand je suis pas prévenu à l'avance, il faut sire que ça fait comme un ballon qui éclate... En tous cas...Comme ça arrive souvent...


-Je parle trop, désolé...

Une fois dans une lettre Maman m'a dit que je ferais un bon avocat si j'apprenais à ne pas m'emporter et à organiser ma pensée de façon claire et posé... Mais, elle me trouve peut être hypocrite en plus, je veux dire c'est pas avec mon don que je peux vraiment comprendre ce que ressente ce qui en ont un comme le siens, c'est vraiment pas le même genre d'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shizue Nato
Lycée;
Rang Etoilé III
Lycée;Rang Etoilé III
avatar

Féminin Nombre de messages : 8
Age : 27

MessageSujet: Re: Les sales petits... [PV Hyouri] Mer 8 Sep - 15:05

-Hein? AH, euh... oui d'accord.

Sa réponse un peu hésitante la fit sourire. Il était décidément bien trognon!

-Ah! Non c'est pas ça, c'est juste que... ce n'est pas dans mes habitudes...

Elle sentit qu'il voulait encore parler et le laissa continuer.

-Et puis je crois que je risquerais de me perdre...Ce serais embêtant d'arriver en retard à un cour à cause de ça, ou de ne pas pouvoir y sortir avant la nuit...

Elle lui sourit. C'était surement un élève sérieux qui ne voulait pas se faire disputer. Et il avait raison! Shizue avait des années d'école buissonnière et si elle ne loupait plus les cours, cette expérience lui servait à ne pas se faire repérer et à s'orienter. Elle-même s'était perdue au début. Elle avait pas mal arpenté la forêt, s'était même fait battre plusieurs fois par Mr.Bear. Elle était tombée dans à peu près tous les trous imaginables, trébuché sur toutes les racines qui dépassaient du sol. Elle connaissait les chemins par cœur. Et ce n'était pas seulement le cas des forets de l'Académie, mais de tous les coins possibles et imaginables. Elle aurait même pu dessiner un plan des bureaux de l'administration (elle s'était beaucoup promené là-bas, qu'elle y aille seul ou parce qu'elle était convoquée ou punie).

-Si, un peu...Mais... Mais ça veut pas dire que j'ai peur de toi! Je veux dire, je pense que juger les gens à leur Alice est mal! En plus on est entouré de gens qui ont des Alices, c'est normal qu'il y en ai qui ai des Alice plus ou moins puissant, plus ou moins effrayant, mais chacun à son utilité! Et puis tu m'a aidé alors tu peux pas être méchante! Et en plus je connais quelqu'un qui a un Alice encore plus effrayant que le tiens, et lui c'est encore pire parce qu'il fait peur aux gens rien qu'avec son visage, et pourtant j'ai pas peur de lui!

Elle ne connaissait pas cet élève, et se demanda fugacement quel était son Alice à lui? Elle fut en tout cas heureuse de sa sincérité. Elle pouvait comprendre qu'il en soit effrayé, ne l'avait-elle pas été un jour? Et même aujourd'hui, elle n'était pas sure de s'être débarrassée de cette peur, puisqu'elle n'avait pas encore enlevé son limitateur. Le jour où elle le ferait, elle serait vraiment sure d'avoir dépassé ses anciennes frayeurs. Elle serait vraiment sure d'elle à ce moment-là. Mais ce jour n'était pas encore arrivé.

-Et puis, en m'y habituant un peu, j'aurais plus peur du tout!

Elle l'aurait pris dans ses bras si elle l'avait connu depuis plus longtemps. Il semblait si pur et si adorable. Il parlait avec vérité, mais aussi avec gentillesse, et ça, ce n'était pas quelque chose donné à tous.

-Je parle trop, désolé...

Elle ne tint plus et rit. Pas un rire méchant, ironique ou moqueur. Un simple rire de joie. Ce n'était pas qu'elle le trouvait drôle ou stupide. Elle était simplement touchée par sa douceur et ses hésitations, sa timidité. Il était à lui tout seul une véritable bouffée d'air frais.

-Pas de soucis, tu peux parler librement, et autant que tu le souhaites en ce qui me concerne!


Elle reprit sa marche, car elle s'était arrêtée lorsqu'elle avait rit. Elle ne voulait pas non plus le mettre tellement en retard qu'il louperait l'heure de cours suivante. Et elle-même ne voulait certainement pas arriver en retard! Ils n'étaient pas pressés par le temps, mais ce n'était pas une raison pour en perdre plus que nécessaire.

-D'ailleurs, tu ne devrais jamais laisser les autres t'empêcher de parler. Si tu as envie de t'exprimer, fais-le!


Elle pensait qu'il valait mieux extérioriser que de toute garder à l'intérieur de soi, les sentiments mauvais s'accumulant, provoquant des situations telle que les suicides, les meurtres... Peut-être était-ce pour cela qu'elle s'énervait facilement et rapidement? Pour évacuer tout le plus vite possible?

-Enfin, sinon, n’hésite pas à te balader quand tu le peux, tu verras, tu découvriras plein de choses intéressantes! Mais bien sur, n’essaie pas de sortir de nuit ou d’aller trop loin.


Elle voulait qu’il prenne gout aux aventures et sorties, mais pas qu’il commence à faire des choses qui étaient interdites par l’Académie. Si elle fabriquait un élève comme elle l’avait été, elle ne se le pardonnerait pas. Cette période avait été la pire de tout sa (courte, il est vrai) vie. Elle ne voulait pas que quelqu’un devienne comme elle. Peut-être aurait-elle du ressentir plus de compassion pour les gens qu’elle punissait, mais pour l’instant, elle n’avait pas été confronté à des élèves blessés, comme elle l’avait été. Simplement des imbéciles imbus d’eux.


-Ne commence pas à faire des bêtises parce que je t’ai dit ça hein !

Elle lui fit de nouveau un clin d’œil. Elle se sentait s’attacher à ce jeune homme, mignon et gentil comme tout. Elle était sure qu’il avait plein de fans dans son niveau et nul doute que les filles devaient s’arracher ses faveurs. Elle se souvenait parfaitement de son enfance à elle. L’amour de toutes les filles du village était le fils du pêcheur du coin. Il était sympa avec les filles, plutôt mignon et surtout, déjà bien musclé pour son âge. Elle se rappela avec nostalgie les récréations qu’elle passait avec ses amies à discuter de ce garçon, leur sujet de conversation favori.


*C’était la belle époque*

Non pas que maintenant soit une mauvaise époque. C’était simplement différent.


-Tu es encore en primaire, tu as quel âge ?


Il lui semblait en effet un poil trop grand pour être encore en primaire. Pourtant, il en portait l’uniforme. Ce qui la laissait un peu perplexe. Elle avait donc posé cette question, pour éclaircir la situation, même si elle n’aimait pas interroger les gens aussi directement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyouri Suzuki
Primaire
Rang Etoilé I
Primaire  Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 159
Age : 24

Feuille de personnage
Alice: passer de fille à garçon
Commentaire:

MessageSujet: Re: Les sales petits... [PV Hyouri] Dim 12 Sep - 19:22

[...désolé du retard...]

Un éclat de rire s'entend alors à côté de moi. Je m'étais excusé, et elle riait...Je la regarde en rougissant...qu'est ce que j'avais dit de drôle?!

-Pas de soucis, tu peux parler librement, et autant que tu le souhaites en ce qui me concerne!
-Merci...

Bon, je comprends toujours pas, mais au moins, je ne la dérangeais pas. Et puis si je me remettait à déballer tout et n'importe quoi, j'aurais pas à m'excuser...sauf si je vois qu'elle devient de mauvaise humeur...Je la rattrape parce qu'elle a continué à avancer.


-D'ailleurs, tu ne devrais jamais laisser les autres t'empêcher de parler. Si tu as envie de t'exprimer, fais-le!

Je souris en réponse à sa remarque. Shizue-san était plus âgé que mon frère, elle avait donc plus d'expérience que lui, et donc si les conseils de Tsubasa-nii ont de la valeur, j'imagine que les siens en ont encore plus. Mais en même temps, celle de Maman ont encore plus de valeur, et elle, elle dit que selon la personne, on ne peut pas dire tous ce que l'on veut... Qu'est ce que je dois penser alors? Qu'il faut s'exprimer librement que devant les personnes qui veulent bien?


-Enfin, sinon, n’hésite pas à te balader quand tu le peux, tu verras, tu découvriras plein de choses intéressantes! Mais bien sur, n’essaie pas de sortir de nuit ou d’aller trop loin.

-D'accord, j'essayerais de temps en temps.

En tous cas, me balader de nuit ou de m'enfoncer vraiment dans la forêt, ça ne risque pas d'arriver...

-Ne commence pas à faire des bêtises parce que je t’ai dit ça hein !
Dit elle avec un clin d'œil.

-Ne vous, t'inquiètes pas pour ça.
Répondis-je avec un sourire complice. Après tout, ce n'étais pas mon genre de faire des bêtises.

Shizue-san sembla nostalgique quelques secondes, puis me demanda :
-Tu es encore en primaire, tu as quel âge ?

-Oui...je suis encore en primaire...C'est ma dernière année. J'ai douze ans, alors normalement, je devrais être au collège, mais j'y suis pas...Je crois que c'est parce que je suis arrivé assez tard à l'académie, et c'est pour ça que je suis allé dans la classe la plus petite possible à mon âge. Il faut dire que mon Alice peut facilement se cacher. Enfin, de moins en moins quand même... Maman m'a dit que c'était à cause de la puberté...

Et encore une fois, je parle beaucoup, et je réfléchis en parlant...Mais bon, quand j'explique, j'aime le faire dans la précision, et puis, elle m'a dit que ça ne la déranger pas.


-Et, toi tu as quel âge?


A peine elle me réponds, que l'on entends le cri d'une bête sauvage et enragé sûrement vu l'ampleur, non loin de là. Je m'arrête d'un coup en me redressant! Qu'est ce que ça pouvait bien être, Maintenant que j'y pense, on m'a dit qu'il y avait des bêtes sauvages et dangereuse qui traînait dans les forêts... Comme des ours ou des trucs comme ça... Mon sang commence à refroidir, le grognement ne venait pas de si loin, et si la bête sortait de nul part et nous sauté dessus? Est ce que l'intimidation suffirait comme avec les trois autres?

Alors que je pensais à ça, on entends de nouveaux cris, mais d'humains cette fois, et qui se rapprochent... Alors de derrière les buissons, sortent les trois de tout à l'heure auquel je pensais justement. mais cette fois, il avait plus l'air dans le rôle inverse au miens... En nous voyant ils se dirigent en courant vers nous, et en criant tous en même temps sans que l'on ne puisse comprendre grand chose. Mais vu leur tête, ce qui m'angoisse le plus ce n'est pas eux, mais se qu'il fuit... Et en parlant du loup, il surgit à son tour! Une immense bête qui poussa un cri que je reconnu comme celui que l'on avait entendu il y a cinq minutes! Mais qu'est ce qu'avait fait encore ses imbéciles!

Sans m'en rendre compte, je tenait déjà le bras de Shizue. je ne savais pas si elle pouvait faire grand chose, mais elle avait un pouvoir plus puissant que le miens, elle était plus âgé, et elle avait l'habitude de la forêt, c'était bien suffisant pour que je m'accroche à elle dans un telle moment... Mais en même temps, je suis assez grand pour ne pas m'en remettre aux plus âgés ... tans pis, dans un moment pareil, j'ai trop peur pour la lâcher si elle me le demande pas!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les sales petits... [PV Hyouri]

Revenir en haut Aller en bas

Les sales petits... [PV Hyouri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Gakuen Alice RPG • :: Autres Lieux :: 
Les forêts
 :: Western Woods
-