• Gakuen Alice RPG •


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Maître du Jeu
Nouvel(le) Alice ^_^
avatar

Masculin Nombre de messages : 81
Age : 68

MessageSujet: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Dim 19 Sep - 11:43

[ Ne sont invités à répondre que les participants de l'event, à savoir : Hyouri Suzuki, Marika C. Cotter, Milovan Armyanski, Enora Myujiku. Ceci étant un event officiel, nous vous convions à répondre le plus rapidement possible et à le privilégier par rapport à vos RPs afin de faire avancer l'histoire du forum. Bref, enjoy ~ ♥ ]

L'administration était un lieu pratiquement toujours très calme, silencieux. Peut-être même désolé. C'était un endroit que les élèves avaient très peu l'habitude de visiter, en fait même jamais sauf si les professeurs les envoyaient chercher quelque chose, ou s'ils avaient besoin de faire remplir quelques papiers. Des autorisations. Et autres. Ou bien, certains venaient dans un état déplorable suite à des jeux "aliciens", et autres accidents, pour se recueillir à l'infirmerie qui se cachait dans un recoin de ce bâtiment oublié.
En ce jour, quatre élèves étaient venus pour diverses raisons. Ils attendaient calmement dans l'immense salle de réception, dans une ambiance quelque peu lugubre, la lumière du lustre était relativement tamisée, et le silence qui y régnait se faisait presque angoissant. C'était que le personnel se faisait lent à venir. En fait, il ne viendra jamais.

-BOUUUUM-

La porte vola en éclat.

Trois individus se tenaient à l'entrée, l'allure imposante (regardez qui voilà). Sourire en lèvres, ils entrèrent sans hésitation, marchant sur les débris qui tapissaient le sol. L'instant d'après, avant même que les élèves aient pu réagir, un champs de force s'était créé autour du bâtiment administratif. Ils étaient à huis-clos.

Homme n°1 : Bon et bien, ce fut chose facile. Suffit qu'on leur retire leur directeur et ils nous regardent pénétrer dans leur chère académie avec des yeux de merlan frits.
Femme : Sans l'aide de Lispira ç'aurait été beaucoup plus délicat pourtant...
Homme n°2 : Mon dieu, fais attention à ce que tu dis, t'as pas vu que y'avait des mioches là ?
Femme : De toute façon on les achèvera non ? Et si on découpait leurs membres un par un...
Homme n°1 : Chiyo !
Homme n°2 : Tu connais bien les consignes..
Chiyo : Oh ça va ça va. On peut quand même jouer avec eux un moment non ?

Silence. Incompréhension. Doutes. Pourquoi le nom du professeur Lispira était-il cité ? Quel était le but de ces individus ? Qu'allait-il arriver à nos 4 victimes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milovan Armyanski
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 213
Age : 24

Feuille de personnage
Alice: Persuasion. {discours en italique}
Commentaire:

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Dim 19 Sep - 16:04

    Retirer le directeur.... Pénétrer l'académie... Découper leurs membres... Chiyo... Des consignes... Jouer avec eux un moment...

    Comment était-il arriver dans une telle galère ? Remontons un moment, une demi-heure plus tôt, peut-être un peu plus...

    Milovan avait voulu demander s'il pouvait s'entrainer via téléphone. Un truc comple, mais qui, d'après son professeur d'alice, demander une autorisation. Le jeune homme n'avait pas hésité, et embarquant de force la petite Hyouri, avait couru aussi vite que possible au batiment administratif. Il n'y était jamais allé avant, mais il y avait là une occasion idéale, non ?

    … Si seulement cela n'avait pas tourné ainsi.

    Il y avait cette salle, dans laquelle il attendait, la petite choute à côté de lui. Sa cadette dans la hierachie, elle était ce que les japonais nommaient « Kohai ». Il était le comte, et elle son valet. Il prenait cela très à coeur, peut-être même trop ! Mais cela lui faisait plaisir d'avoir quelqu'un de plus jeune à ses côtés, une sorte de petite soeur devenant quand celle-ci le souhaitait, un petit frère. N'étais-ce pas amusant ?
    Il serra dans ses mains le bas de sa chemise,la secouant un peu, provoquant un petit air frais. Il faisait un peu plus chaud, en ce moment. Une petite pluie serait la benvenue, songea-t-il...

    Mais ce fut un typhon qui s'abattit...

    Deux autres vinrent, dans un même temps ou non, Milly ne le sut pas vraiment, il révassait. Toujours, et encore, il n'aurait pas dû. Que ce serait-il passé s'il avait été plus sérieux, et que … Et que... Non, cela n'aurait rien changé. Et un Milovan sérieux ne peut exister. Il tient ça de son père, le pauvre.
    Il salua Enora, qu'il connaissait déjà et qu'il appréciait beaucoup – elle est jolie, très – et une enfant dont il fit la connaissance à ce moment-là. Il attrapit la petite – ou le petit, là encore, sa mémoire lui faisait défaut sur le sexe de la ou le plus jeune -et lui chatouilla les côtes. Il riait. Oui, il riait quand d'un coup …

    ~~ BAOUUUUM ~~

    Il sursauta, garda Hyouri dans les bras. Trois personnes entra, trois, deux hommes et une femme. Il ne bougeait pas. Il n'osait pas. Il fixa simplement, et eut une drôle de sensation, qu'il n'aurait su décrire. Une personne plus expérimentée aurait répondu : un champ de force mon enfant.
    Il écouta simplement, ne souriant plus, mais gardant un air neutre. Il ouvrit grand les yeux quand ils mentionnèrent la Grande Dame – Lispira pour ceux qui ne savent point encore. La suite ne lui plaisait pas, et il eut la sensation qu'il ne fut pas le seul.
    Il serra davantage Hyouri, mais de manière bien plus protectrice. Que l'on ne touche pas à sa kohai...

    Il réfléchit. Que pouvait-il bien faire? Il n'était qu'un pauvre jeune homme, les poches vides et possédant l'alice le plus inutile dans ce genre de situation ! Hyouri ne serait pas de grande aide, Enora, ilne sut et quant à l'autre petite... Non, il ne connaissait pas ses capacités. Maman avait raison quand elle lui murmurait à l'oreille le soir :

    « Milo, mon petit Milo, le danger est partout... Alors, quand tu seras grand, promets-le moi ! Tu auras une lame de rasoir dans ta cravate, un poignard dans ton pantalon, un cutter dans tes chaussures, un fil à couper le beurre enroulé dans tes manches et puis... »

    La suite, il ne se souvenait plus. En mauvais fils qu'il était, il ne possédait rien de tout cela. Pas même le cran de se défendre. Juste une grande gueule.
    Prenons-le peu de courage qu'il possédait entre ses deux mains pourtant pleines de Hyouri écrasée, il fixa les trois arrivants, les toisant sans problème. Laissant tomber toute sa concentration, celle qui réservait à la retenue de son accent purement russe, lui donnant une voix plus grave, dure, roulant chaque 'r'... Oui, laissant cette concentration de côté, il dit :

    « Qu'est-ce que vous comptez leur faire ? »

    Il donna un coup de tête en direction des trois, un par un. Sur le moment, l'académie importait peu. Oui, pour l'instant, seules les vies de ses camarades dans la pièce avaient, ne serait-ce qu'un peu, d'importance. Il grinça des dents. Il savait qu'il n'avait de convaincant. Il savait qu'il allait morfler. Il savait que cela se révélerait très certainement douloureux. Mais il priait pour que cela ne touche pas les autres.

    Pour l'une des premières fois de sa vie, le voilà un minimum lucide.

    Il serrait toujours l'enfant dans ses bras, s'empêchant lui-même de trembler de peur.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marika C. Cotter
Primaire; Rang étoilé III
Chaton perdu
Primaire; Rang étoilé IIIChaton perdu
avatar

Féminin Nombre de messages : 353
Age : 27

Feuille de personnage
Alice: Contrôle de la douleur
Commentaire:

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Dim 19 Sep - 17:58

Assise sur sa chaise, les pieds battant dans le vide, Marika contemplait avec de grands yeux les trois méchants qui étaient entrés suite à l’explosion. Paralysée par la peur, elle n’esquissa aucun geste, écoutant sans comprendre leurs paroles menaçantes.

Les… Les … Les hommes en noir… murmura-t-elle d’une voix minuscule.

Aussitôt, elle se recroquevilla sur son siège, les jambes remontées contre sa poitrine, les bras serrés autour d’elle. Si elle avait pu se faire plus petite et se glisser dans un trou de souris, elle l’aurait fait volontiers.

Dire que, il y avait quelques minutes à peine, tout allait encore bien ! Les autres étaient assis chacun sur leurs chaises, à attendre. La grande fille, celle qu’était très très jolie, elle souriait en regardant l’autre grand jouer avec une petite fille (ou un petit garçon, elle n’avait pas bien vu). Et elle, Marika, rêvait en les regardant. Elle se disait que peut-être, l’académie, ce ne serait pas si dur… Quand elle aurait eu son uniforme, et qu’on aurait réglé son problème de dortoir – raison pour laquelle l’enfant était assise ici, serrant trois étoiles dans sa menotte fragile – tout irait peut-être bien. Elle verrait ses camarades de classe et…


BAOUUUUUM !

Le mur avait semblé exploser, et des gens méchants étaient venus. Ils les avaient enfermés, comment, elle ne le savait pas, mais elle le sentait. A deux doigts de se mettre à pleurer, Marika attrapa la manche de l’uniforme de la grande fille assise à côté d’elle, et serra très fort. Demandant qu’on la rassure, qu’on lui dise que tout irait bien.
Et puis, le grand garçon, qui avait toujours la petite dans ses bras, se leva et défia les envahisseurs. Son accent surprit la petite fille. Elle avait l’habitude de celui de ses parents, qui avaient beaucoup de mal avec certains mots de japonais – normal pour des anglais – mais cette façon de rouler les r la surprit complètement. Et puis elle finit par comprendre ce qu’il avait dit. Il demandait ce qu’on allait leur faire, à eux, les enfants et la grande fille.

La langue de ses parents reprit alors le dessus, et ce fut en anglais qu’elle cria aux envahisseurs un
« Go away ! » retentissant malgré sa petite voix fluette. La panique, sans doute, la rendait plus forte, et il lui sembla qu’elle portait très loin. Pas assez pour franchir le champ de force, cependant…

Aux regards des méchantes personnes, elle se rendit tout de même compte qu’elle n’aurait sans doute pas dû parler… Qui sait ce qu’ils allaient leur faire ? On allait la forcer à utiliser son alice, et elle ne voulait pas, surtout pas ! Avec un gémissement, elle se recroquevilla contre la lycéenne à côté d’elle, tremblante, priant pour qu'ils ne s'approchent pas d'eux, pour qu'on ne leur fasse pas de mal...

Priant pour qu'ils ne frappent pas le grand garçon qui les défendait, et que quelqu'un vienne à leur secours. Les larmes aux yeux et les lèvres tremblantes, elle agrippa encore plus fort la grande, fixant avec intensité les ennemis et le courageux lycéen qui tentait de leur éviter le pire. Elle se concentra, rassemblant son énergie, au cas où. Il faudrait qu'elle fasse quelque chose... Si seulement elle n'y était pas obligée ! Si seulement quelqu'un, une grande personne, venait les chercher, leur dire que tout cela n'était qu'un cauchemar et que tout irait bien !


"Au secours..."

Ce qui était à la base un hurlement finit comme un souffle, un soupir s'échappant de ses lèvres, tandis qu'elle contemplait avec terreur les mouvements des hommes en noir...
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Myujiku
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 841
Age : 21

Feuille de personnage
Alice: Annulation des sons
Commentaire:

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Dim 19 Sep - 19:46

    Avant ce jour, Enora n’avait jamais été à l’administration. Déjà parce qu’elle n’avait jamais eu de raison valable d’y entrer, ensuite parce que les endroits où se trouvait un nombre considérable de profs ne faisaient pas partis de ses préférés. Cependant aujourd’hui, elle avait été obligé de s’y rendre. Elle s’était endormie en cours et son professeur de mathématiques lui avait demandé de venir le voir ici pour en parler. Si seulement elle était restée éveillée… elle ne se serait pas retrouver dans cette galère. Tout avait été plutôt paisible au début pourtant, Milovan jouait avec Hyouri, la petite fille riant aux éclats, et une autre fillette assise à ses côtés les regardait l’air rêveuse. Le professeur tardait à arriver, elle était d’ailleurs en train de se demander ce qu’il se passait lorsque…

    BOUUUUUUUM !

    La porte avait cédé bruyamment, laissant entrer trois personnes vêtues de noir. Deux hommes et une femme, à en juger par le ton de leur voix. Le sentiment d’être enfermé l’avait envahie puis Enora s’était figée sur sa chaise. D’ailleurs, tous s’étaient immobilisés à l’arrivé des inconnus. Qui étaient-ils ? Ils parlaient de leur faire du mal, et du professeur Lispira aussi. Elle sentit une petite main broyer son bras droit et elle serra la fillette inconnue dans ses bras, l’enveloppant de ses cheveux comme un paquet très précieux.

    - Qu'est-ce que vous comptez leur faire ?

    La voix de jeune homme avait résonné dans la salle, et Enora se dit qu’il avait bien du courage de rompre le silence le premier. En même temps, elle se posait également la question. Qu’allaient-ils devenir ? Malgré les dires des hommes, la femme semblait décidée à ne pas les laisser partir indemne. Un frisson lui parcouru le dos.

    - Go away !

    Heu… ? Ouais, d’accord. Enora n’écoutait jamais en cours, elle ne compris donc pas un traître mot de ce qu’avait lancé la petite. Ce qu’elle savait en revanche, c’est qu’il aurait mieux valut pour la petite fille qu’elle se taise. La femme les regardait d’un air mauvais, signe que ce qu’avait dis l’enfant ne lui plaisait pas.

    - Au secours...

    Cette fois, la fillette avait murmuré ses mots, comprenant que sa précédente phrase n’avait pas été bien reçu. La jeune fille soupira, sa musique lui manquait. Il lui fallait évacuer ce trop plein d’émotions, le faire sortir de sa tête, le chasser comme elle le ferait avec un insecte gênant. Si elle sortait son mp3, ça ferait étrange, non ? Peut-être que les envahisseurs penseraient qu’elle se moquait d’eux et la frapperait… Elle n’avait pas envie d’avoir mal. Ce fut pourquoi elle se décida à prendre à son tour la parole. Sa voix était basse, légère, et un peu chantante.

    - Qu’êtes vous venus faire ici ? Je… j’aimerais que vous nous laissiez tranquille. Nous ne vous avons rien fait… *en tout cas pour le moment*

    Lentement, elle sortit son appareil et installa son casque sur ses oreilles. La musique l’emporta et la calma, puis elle se mit à bercer la petite fille, espérant la rassurer. Il fallait qu’elle trouve une solution, sinon ils risquaient de tous être blessés. Mais quoi… quoi… quoi ? Les instruments jouaient à un rythme endiablés, résonnant dans sa tête comme de multiples idées plus ou moins bonnes. Quand enfin la mélodie s’arrêta, elle savait exactement ce qu’elle allait dire. Elle rangea son mp3 à sa place puis reprit la parole d’une voix assurée.

    - Messieurs dame, je ne peux pas vous laissez faire.

    Elle installa la fillette sur une autre chaise, se leva et alla se poster, les mains sur les hanches, à côté de Milovan et de Hyouri. Elle tremblait un peu mais elle était décidée. Elle ferait tout son possible pour protéger les deux enfants. Pour le jeune homme, elle espérait plutôt que ce serait lui qui essayerait de la protéger… néanmoins, s’il avait un problème, elle n’hésiterait pas.

_________________
I'm a little princess of song ♫

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyouri Suzuki
Primaire
Rang Etoilé I
Primaire  Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 159
Age : 25

Feuille de personnage
Alice: passer de fille à garçon
Commentaire:

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Dim 19 Sep - 20:56

Par où commencer? Par le début ou par la fin? Par la joie, ou par le peur? Commençons par le tout début... Tous avait commencé ce matin, avec une explosion...Mais avant ça?

Je m'étais levé comme tous les matins, et je m'étais regarder dans le mirroir. je voulais observé mon reflet de fille comme souvent ces temps ci, à cause des changements... Mais le plus important n'est pas là... Alors que j'allais en cour, Milovan m'intercepta. Milovan, c'est un de mes sempai en classe d'Alice. il est vraiment gentil, et c'est celui qui prend le plus soin de moi là bas. Mais il a une fâcheuse tendance à emporter avec lui les personnes qui passent sur son chemin... Enfin c'est comme ça que je le vois, mais peut être qu'il ne le fait pas avec tout le monde.

En tous cas, il me dit qu'il avait un papier à remplir à l'administration, et m'emène avec lui sans que j'ai le temps de répliquer. Et comme on a dut courrir, je n'ai pas eut d'autre occasion pendant le chemin. il faisait chaud pour la saison, mais parfois ça arrive, et comme nous avions courru, nous avions tout les deux eut chaud. Milly-sempai secouer sa chemise pour se faire du frais, pendant que je reprenait mon souffle. En voyant Enora-sempai, la colocataire de Shiki-nii, je la saluer, c'était la première fois depuis ma petite visite que je la revoyait. Je saluait aussi l'autre, qui avait l'air d'avoir à peu près le même âge que moi... Pourtant je ne la connaissait pas des dernières années, alors qu'on aurait dût être en primaire ensemble. Peut être était elle nouvelle?

Après les avoir salué comme il se devait, je me tournait vers Milly-sempai pour protester contre mon pseudo enlèvement. Mais je n'eut pas le temps de parler qu'il s'attaqua à moi...à coup de chatouille. Ma forme garçon craignait peut être moins les châtouilles, que celle fille, mais je ne put m'empêcher d'exploser de rire! Il étéait trop fort pour ça, et moi trop châtouilleux pour lui resister. Je me tordit de rire tentant en vain de me défendre, de lui faire enlever ses mains de mon ventre... Et là...

BOUMMM!!!!!!!


Tous se redressèrent d'un coup, arrêtant tous ce qu'il pouvait faire. Les mains de Milly-sempai, le souffle, les mouvements de tous le monde, mes rires... Tous s'arrêta l'espace d'un instant... Et, de la porte, rentrèrent trois inconnus. Trois inconnus qui tenait des propos qui me glaçèrent le sang... Je ne suis peut être pas très âgé, mais ça, je pouvais comprendre que c'était tous sauf bon pour nous... Cellequi me fit le plus peur était la dénommé Chiyo, qui avait l'air d'une vrai sadique...Heureusement qu'elle était sous contrôle...Mais serais ce suffisant?

Je ne suis pas un génie, mais je pense que tous ceci avait un rapport avec la disparition du directeur, qui jusqu'à présent était une rumeur dans mon esprit... Enfin, peut être plus un fait que j'ai voulu ignorer en le transformant ainsi... Et, il semblait qu'un professeur était belle et bien impliqué, et un peu plus que ça peut être... Mais pour le moment, la seule chose qui m'importer, ce n'est pas ce qui s'était passé, mais ce qui allait se passé...

Le temps sembla reprendre son cour quand je sentis ses bras me serrait contre lui...J'avais peur, j'étais même terrifié, mais rien que se geste me permit de ne pas craquer. Pour le moment en tous cas. J'attrapit de mes petites mains ses grands bras protecteurs.

Je sentis, le regard de la femme se posait sur moi quelques instant, et serrai mes doigts plus fort, peut être aussi fort que lui me serrait... Puis son regard continua pour aller dévisager un autre des élèves...


-Qu'est-ce que vous comptez leur faire ?

C'était bien une question que je me posais, mais je n'arait certainement pas eut le courage de le faire. C'était comme si on m'avait enlevé ma voix... Et pourquoi il ne s'intégrer pas dans la question... J'aurais dit "nous faire", pas "leur faire" comme il l'avait fait... Est ce que ça voulait dire qu'il ne comptait pas s'en tirer si ses inconnus décidaient de... Non!! Je ne doit pas y penser! Ca neferas qu'augmenter, ma peur, je ne dois pas! Je ne dois pas! Je plante mes ongles dans sa peau sans m'en rendre compte. J'ai peur de ce qui allait lui arriver si je décider de le lâchait, ou s'il me faisait lâcher pour nous protéger... Heureusement que j'ai des ongles cours et pas très coupants... Je ferme les yeux pour essayer de chasser tous ça, pour me ressaisir...

-Go away !

Ses mots me font sursauter. Je n'y arrive pas, j'ai trp peur... Mais elle, elle avait eut le courage de crier, moi je n'arrivait même pas à ouvrir la bouche. Je la regarde, puis j'essaye de tourner mes yeux vers les assaillant, j'essaye d'affronter ma peur... Ils regardent la fille qui venait de crier...Ils me font peur et à elle aussi, car ele crie à nouveau :

-Au secours...

Mais au fur et à mesure, sa voix s'éteint dans les bras d'Enora-sempai, qui la tenait dans ses bras et la berçait. Si les grands n'avait pas été là, qu'est ce qui se passerais en ce moment? C'est eux qui nous protégent, sans eux, ont aurait été livrer à nous même... Je suis vraiment content qu'ils soient là... Mais pourquoi elle mets son casque sur ses oreilles? Ca va pas les énervé? Elle essaye de fuir elle aussi? Maintenant, je le réalise, que les bras qui me protège aussi tremble, heureusement qu'ils était là, mais eux aussi ont peur...

- Qu’êtes vous venus faire ici ? Je… j’aimerais que vous nous laissiez tranquille. Nous ne vous avons rien fait…

A chaque fois que quelqu'un parlait, ils regardait la personne avec tout sauf de bonnes intentions dans leurs regards, mais il ne répondait toujours pas... Pourquoi ce silence? Pourquoi cette attente? Dîtes le nous au moins! Qu'on puisse se préparer, ou se rassurer...Si selement les professeurs étaient là! Il pourrait nous défendre! Je connais mon Alice, je ne sert vraiment à rien dans cette situation... Et de toute manière, j'ai trop peur pour faire quoi que se soit. Celui de Milly-sempai pourra au moins nous faire gagner du temps, et pous les autres j'en sait rien, mais c'est sûrement plus utile que le miens...

Ca y est, je me remettait à paniquer... Et si aucun de nous n'avait un Alice qui nous permettait de nous défendre? Et si.. Et si... Je sens mes jambes qui me lâchent, si Milly ne me soutenait pas je tomberais sûrement...Faîtes que quelqu'un vienne à notre secour! Faîtes que ses hommes s'en aillent! Je vous en supplis! Je ferme les yeux une fois de plus, les larmes pas loin de couler. Si tous ceci n'est qu'un très mauvais rêve, quand je les ouvrirait il n'y aura plus rien de tout ça...Même si se qui arrive devient pire, au moins, je n'aurais pas à le voir...


- Messieurs dame, je ne peux pas vous laissez faire.

Je rouvre les yeux... je suis vraiment une honte de me montrer si faible alors qu'Enora-sempai et Milly-sempai font de leur mieux avec le courage qu'ils ont... Elle était à côté d moi, si proche, et pourtant si loin de mon courage...Qu'allait il se passait maintenant? Dans tous les cas, même si mes jambes ne voulait pas bouger, même si ma voix ne voualit pas sortir, je devait au moins forcé mes yeux à regarder... je devais au moins faire ça pour honnorer leur courage, pour prouver que je pouvais le supportait, pour ne pas être le maillons faible du groupe...


[désolé pour les fautes d'orthographe, j'ai pas relu...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Nouvel(le) Alice ^_^
avatar

Masculin Nombre de messages : 81
Age : 68

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Mar 21 Sep - 18:41

« Qu'est-ce que vous comptez leur faire ? »

La nommée Chiyo regarda l'élève avec surprise. Etait-il au moins conscient de ce qu'il faisait ? C'était du pur suicide. Ou peut-être une réaction naturelle. Mais cela plaisait beaucoup à la jeune femme. Elle se contenta de lui adresser un sourire charmeur, et de s'installer sur un fauteuil rouge velours, enlevant par ailleurs sa combinaison noire pour révéler une tenue tee-shirt/short/collants effilés. Puis toujours très souriante, voire même d'un oeil accueillant, elle se concentra sur le lycéen, et usa de son Alice. Torture physique. La victime se retrouvait couverte de marques rouges qui le rongeaient et s'intensifiaient tandis que les secondes passaient. Enlaçant ses bras, ses jambes, son corps même. Lorsque la torture se faisait longue, les plaies pouvaient finalement s'ouvrir. Tel était son Alice.

"Mon chou, telle n'est pas la question... tu devrais plutôt penser qu'est-ce que TOI tu comptes faire", dit-elle d'un air très amusé. Lorsqu'enfin elle le sentait souffrir à l'agonie, elle lâcha enfin l'emprise de son Alice. "Que toi et tes petits camarades le sachent, il n'est pas bon de m'énerver. J'aime très peu les enfants. Très peu .." poursuivit-elle en tâchant de regarder intensément les deux élèves primaires. "Mais toi je t'aime bien, alors je me demande si tu accepterais de devenir mon cobaye lors de la cérémonie officielle, pour montrer à toute l'académie mon caractère ? ou peut-être.. ta petite copine ?"

"C'est bon, arrête donc."

"Méchant Hiroshi.. j'ai bien le droit de m'amuser un peu!"
se plaignait-elle alors, telle une enfant capricieuse.

Bon maintenant les élèves pouvaient déjà savoir deux des Alices sur les trois personnes ennemis... et le troisième ? Ce troisième qui ne parlait pas beaucoup et se faisait discret. Et pourtant, malgré la démonstration, les élèves semblaient beaucoup aimer parler. Cette petite qui souhaitait le départ de nos nobles invités. Cette plus grande qui jouait aux super héroïnes.

"Vous ne semblez pas très bien comprendre la situation..." reprit Hiroshi. "Calmez-vous, nous ne vous voulons aucun mal, même si j'ose pouvoir vous demander de pardonner ma collègue quelque peu... émotive. Nous sommes ici pour reprendre en main l'académie. Cette académie corrompue, nous la connaissons bien mieux que vous. Nous savons ses dessous. Son caractère perfide. Il est temps que tout cela change. Vous ne vous rendez pas compte qu'ils essayent de faire disparaitre les Alices, les élèves d'aujourd'hui ne savent plus maîtriser leurs pouvoirs correctement. Chacun de vous a un potentiel important. Oui, il est temps de tout reprendre en main... Nous allons changer cette académie. Nous allons en faire une vraie école d'élite."

La femme applaudit alors, cette femme dont les intentions ne semblaient pas réellement bonnes. Malgré ce discours qui semblait pouvoir être véridique, une très mauvaise période s'annonçait. Très mauvaise.

"Avez-vous des objections ? Puisque vous êtes là, autant faire connaissance avec vous et sur ce dont vous pensez de l'académie. Quels sont vos Alices ? Combien d'heures vous entrainez-vous à le perfectionner tous les jours ? Sorties autorisées ?"
demanda l'homme, comme si de rien n'était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milovan Armyanski
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 213
Age : 24

Feuille de personnage
Alice: Persuasion. {discours en italique}
Commentaire:

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Mar 21 Sep - 22:41

    Il avait raison d'y avoir songé. Cela ferait mal.

    La dame qu'il fixait avec bien plus d'attention que les autres retira sa tenue première, portant dessous des vêtements bien plus audacieux qui, en d'autres circonstances, auraient valu des sourires amusés et quelques belles paroles du russophone. Mais peut-être que dans ces autres circonstances, il aurait souffert bien plus.
    Il la fixa, plus sérieux qu'à l'ordinaire, prêt à mordre s'il le fallait. Une préparation mentale inutile, vu que le regard de la dame provoqua en lui une douleur monstre. Des marques rouges se firent présentes sur sa peau, et il ne sut des deux lesquelles furent les causes de l'autre. Il souffrait, et cela devait bien atténuer ses neurones. Pauvres d'eux. À peine rassemblés, les voilà en train de griller.
    Un mal de chien. Et bien non. Comparable aux enfers.
    Il lâcha l'enfant qui avait planté, de peur, ses griffes dans son bras, il avança de deux pas pour se serrer la taille, grincer des dents au possible, fronçant les sourcils et renonçant à toute envie de crier. Sa mère ne l'avait pas élevé pour qu'il pleure. Non. Elle lui avait dit. Un homme doit être viril, un homme se doit d'être fort... Un homme, on le préfère macho, là-bas, en Russie.
    Alors, il ne cria pas, ne pleura pas, cachant sa souffrance. Mais au final, cela du se voir...
    La douleur cessa, et il fixa la dame.
    Il retint un commentaire...
    Mais il ne put bien longtemps, avant que l'homme n'arrête la prénommée « Chiyo », lâchait pour lui-même un :

    « Quand tu veux, ma belle... »

    Tout bas. Puis il écouta. C'est tout ce qui comptait. Il recula, reprit Hyouri dans ses bras. L'homme semblait plus calme et ses propos semblaient plus sensés déjà. Milovan le fixa lui, désormais. Il jeta un coup d'œil aux autres, et décida lui-même de répondre. De peur que les enfants ne paniquent. Il espérait tout de même de ton son cœur qu'Enora poursuive ensuite.

    « Des objections, pas la moindre, votre honneur... »


    Non, pas provoquant pour un sou. Finalement, même les enfants feraient mieux que lui. Et comme il craignait la colère ennemie, il toussota, et se concentra pour utiliser son Alice du mieux qu'il pouvait... Du mieux qu'il pouvait, oui.

    « Je crains que nos Alices ne puissent vous être révéler, et j'ose dire 'pour le moment'. Les sorties, je n'en sais rien, c'est dans ma chambre que je vis cloitrer, si je ne cours pas vers la Cental Town...
    (Mi-mensonge, mi-vérité, mais passons) Le temps... Le temps (il eut un petit rire et fit un grand sourire). Je suis tenté de dire 'Mais toujours'. Toujours. Pas une seconde sans, voyons... »

    Il serra davantage Hyouri. Sa petite kohai, quoique « son petit kohai » pour le moment.

    « Toujours... »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marika C. Cotter
Primaire; Rang étoilé III
Chaton perdu
Primaire; Rang étoilé IIIChaton perdu
avatar

Féminin Nombre de messages : 353
Age : 27

Feuille de personnage
Alice: Contrôle de la douleur
Commentaire:

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Mar 21 Sep - 23:32

Bercée par la grande fille, Marika avait eu le temps de se calmer un peu. Du moins, la peur ne la paralysait plus, et elle ne risquait plus de se mettre à pleurer à tout moment. C'est pourquoi, quand Enora l'avait reposée avec délicatesse sur sa chaise, la fillette s'était levée et était allée se planter à côté de sa protectrice, imitant sa posture impérieuse. Le tableau aurait pu être comique dans d'autres circonstances, la fillette blonde, minuscule, aux côtés de la demoiselle brune au corps élancé. L'une avait l'air assuré - extérieurement - l'autre tremblait comme une feuille.

Et quand la méchante femme commença à utiliser son alice, que la petite irlandaise vit la souffrance du lycéen, ses grimaces, les marques rouges sur son corps comme des coups de fouet, elle se concentra de toutes ses forces, son petit visage plissé par l'effort, pour diminuer cette douleur énorme qu'elle sentait chez le jeune homme. Peut-être y réussit-elle, car il ne cria pas, mais quand la femme cessa son jeu cruel, l'enfant était complètement essoufflée, et avait du mal à respirer.

*Méchante, méchante, méchante femme...*

Ses mots la terrifiaient, de nouveau, comme elle semblait en avoir l'intention. Tremblante, la menotte de l'enfant remonta, tâtonna contre la jambe de son aînée à côté d'elle. Cherchant une main réconfortante, qui la serrerait, la rassurerait. Lui dirait que tout allait s'arranger. Elle venait de la trouver, cette main chaude et forte, quand l'homme qui parlait beaucoup interrompit la sadique. Ils venaient prendre le contrôle de l'académie, il dénonçait la corruption de l'école... Toutes sortes de choses auxquelles Marika, du haut de ses sept ans, ne comprenait pas grand-chose. De toute façon, elle serait toujours enfermée ici, sans voir Hiro, ni papa, ni maman, non ? Alors si en plus il devait y avoir des gens méchants, ça serait encore plus pire qu'elle le croyait !

Les sourcils froncés, la bouche formant une moue dubitative, elle écouta avec attention le discours du monsieur, se concentrant pour comprendre. Et une fois qu'il eut fini, que le grand lycéen eut répondu, Marika avança d'un pas, le visage tourné vers l'homme - le chef ? Et du haut de sa petite taille, la tête renversée en arrière pour bien voir à qui elle parlait, elle interrogea, questionna, remit en question le fondement même du speech :


"Vous dites que vous êtes nice (gentils), mais alors pourquoi que vous lancez des bombes sur les murs ? Pourquoi que elle, elle fait très très mal à lui, là ?" fit-elle en désignant du doigt le grand. "Si vous venez rendre l'académie plus mieux, pourquoi vous nous faites du mal ? Au moins, avant, on faisait pas ça..."

Et puis, réalisant après coup qu'on n'allait certainement pas apprécier son intervention, l'enfant se recula, nicha sa menotte dans la main de sa voisine, et attendit. Concentrée. Parce que si la méchante lui faisait mal, il faudrait pas crier, pas pleurer, pas demander d'arrêter. Et pis même si elle ne faisait rien, elle devait être forte comme les grands !

Crispant et décrispant le poing, dans sa nervosité, la fillette fit tomber ses trois étoiles à terre. Elles tintèrent sur le sol, le son aigu se détachant sur le profond silence qui régnait dans la salle à cet instant là. Marika attendait, que quelqu'un dise quelque chose, que l'on vienne les chercher de l'extérieur. Ou même que le troisième homme, celui qui n'avait pas beaucoup parlé, éclate soudainement de rire, et leur révèle que toute l'affaire était une vaste blague.
On pouvait toujours rêver, non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Myujiku
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 841
Age : 21

Feuille de personnage
Alice: Annulation des sons
Commentaire:

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Mer 22 Sep - 19:16

    Attentive, la jeune fille écouta la dénommée Chiyo parler, puis sentit un courant froid la frôler juste avant de voir Milovan serrer sa taille entre ses bras, et se crisper avec un air douloureux au visage. Qu’est-ce que cette horrible bonne femme pouvait bien être en train de lui faire ? Ses poings se serrèrent et ses phalanges devinrent bientôt aussi blanches que de la neige. Elle avait l’impression d’être parfaitement inutile… elle qui avait décidé d’aider ses amis quoi qu’il arrive ! Mais que pouvait-elle faire contre une force qu’elle était incapable de voir ?

    Crescendo. Désharmonie. Peur.

    Un des deux hommes calma la femme et le jeune homme sembla se détendre un peu. L’inconnu du nom de Hiroshi, le seul qui semblait à peu près savoir arrêter Chiyo, commença à leur demander toute sorte d’informations. Enora n’aimait pas ça et en silence elle espéra pour que personne ne se décide à révéler les secrets de son alice.

    - Je crains que nos Alices ne puissent vous être révéler, et j'ose dire 'pour le moment'. Les sorties, je n'en sais rien, c'est dans ma chambre que je vis cloitrer, si je ne cours pas vers la Cental Town... Le temps... Le temps il eut un petit rire et fit un grand sourire. Je suis tenté de dire 'Mais toujours'. Toujours. Pas une seconde sans, voyons...

    Voilà, cette réponse était certainement idéale. Pas provocante, mais pas révélatrice non plus. D’un seul coup, Enora sentit un frisson d’angoisse lui parcourir le dos. Elle ne pouvait pas laisser Milovan converser seul avec ces personnes, mais en même temps elle n’avait pas la moindre idée de ce qu’elle pourrait bien dire !

    Prestissimo. Saccade. Angoisse.

    Dans une réaction désespérée, elle se mit à se creuser la tête à toute vitesse. Le bruit d’un petit pas la fit revenir à la réalité.

    - Vous dites que vous êtes nice, mais alors pourquoi que vous lancez des bombes sur les murs ? Pourquoi que elle, elle fait très très mal à lui, là ? fit-elle en désignant du doigt le grand. Si vous venez rendre l'académie plus mieux, pourquoi vous nous faites du mal ? Au moins, avant, on faisait pas ça...

    Tout le long de la tirade de la fillette, l’adolescente n’avait cessé de secouer la tête en signe d’approbation. Elle était tout à fait d’accord avec elle, ces gens étaient plus que louche. La petite main froide et tremblotante de l’enfant vint se blottir dans la sienne, puis un tintement lui fit réaliser qu’un grand silence était tombé dans la salle.

    Silence. Souffle. Honte.

    Cette fois, ce fut la honte qui l’envahit. Même une petite fille de primaire avait trouvé les mots justes plus vite qu’elle. Elle aurait dû parler, briser ce silence, dire quelque chose permettant de faire fuir les ravisseurs et rassurant tout le monde. Pourtant elle en était incapable. D’un geste nerveux, elle se mit à tapoter de ses doigts un comptoir proche d’elle.

    Rythme. Musique. Idée.

    - Qu’est-ce que vous entendez dire par « école d’élite » ? L’Académie a déjà un niveau de cours assez élevé et, même si je ne contrôle pas encore totalement mon alice, on m’a bien aidé ici pour le régulariser ou pour qu’il soit moins gênant.

    Elle voulait en dire plus mais de peur de lâcher quelque chose d’important, elle s’arrêta. Elle voulait prouver que l’Académie, telle qu’elle était en ce moment, était déjà très bien, et qu’elle n’avait pas besoin d’un nouveau règlement.

    Mélodie. Partition. Espoir.

_________________
I'm a little princess of song ♫

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyouri Suzuki
Primaire
Rang Etoilé I
Primaire  Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 159
Age : 25

Feuille de personnage
Alice: passer de fille à garçon
Commentaire:

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Mer 22 Sep - 20:10

Alors que je tremblait de peur, je vis la cruauté en personne se tournait vers mon sempai. Et je sentit immédiatement un changement chez lui... Qu'est ce qu'elle lui avait fait? Je ne pouvait pas le voir, et je n'entendait aucun son s'échapper de sa bouche. Très vite, il me lâcha, et je regrettait aussitôt mes ongles que j'aurais préfére ne pas avoir à cette instant. Malgrès tout, je me retournait vers lui pour comprendre. Et je comprit...

-Milly!

Ma voix sortait enfin... Mais on aurait dit que s'était à lui qu'on avait enlevé la voix en échange. Malgrès les traces rouges qui commençaient à apparaitre et la douleur qui apparaissait sur son visage. J'oubliais le "sempai" habituel, mais quelle importance cela avait il? Je m'approchais, le regardant se sachant quoi faire! Bientôt, du sang coula, de même que mes larmes...

Puis, d'un mot de l'homme, tout s'arrêta pour mon aîné. Son visage reprit ses traits d'origines, mais pas le miens, qui continuait de s'épouvanter... La femme lâcha ce qu'un enfant aurait répliquer à son grand frère qui l'arrête dans un jeu très amusant. Alors, Milly-sempai s'adressa à elle en réponse à une première question. Il répondit comme un imbécile qui en redemande, ne faisant que redoubler mon inquiètude. Le regard que lui lança cette femme en réponse la tripla. Cela ne s'améliora pas contrairement à la première fois, quand le lycéen me reprit dans ses bras. J'avais maintenant peur qu'il me protège. Peur qu'à cause de ça, il ne lui arrive quelque chose de pire encore c'était tout sauf ce que je souhaitais.

Je ne sais pas si je dois vraiment m'estimer heureux, mais le dénommer Hiroshi ne les laissa pas continuer, et s'adressa à tous les élèves présent. Je l'entendit, mais ne m'en préoccupa pas vraiment, préférant enfouir ma tête dans les bras de Milly-sempai, pour sécher mes larmes, et me préparer à être fort pour la suite. Après tout, qu'est ce que j'en avais à faire qu'il veuille nous mettre en garde, ils l'avaient déjà fait, et assez clairement, non? Ecole d'élite aussi! Je m'en moquais, qu'est ce que ça apporterais à ses blessure? Faire connaissance? Et puis quoi encore? Je n'avais aucune envie de devenir les amis de tel sadiques!

Mais encore une fois, comme s'il le faisait exprès pour attirer l'attention de cette diablesse, ou pour me faire mourrir d'angoisse, mon protecteur répondit comme un arrogant. Mais cette fois, il sembla réaliser et toussota. Puis, continua à parler. Ne pouvait il pas se taire?!


-Je crains que nos Alices ne puissent vous être révéler, et j'ose dire 'pour le moment'. Les sorties, je n'en sais rien, c'est dans ma chambre que je vis cloitrer, si je ne cours pas vers la Cental Town... Le temps... Le temps. Je suis tenté de dire 'Mais toujours'. Toujours. Pas une seconde sans, voyons...

Il me serrait plus fort encore. Peut être avait il sentit mes larmes redoublés...Alors, la courageuse, mais impuissante, se leva et protesta, avec une bravoure qui n'était pas donné à tout le monde :

-Vous dites que vous êtes nice , mais alors pourquoi que vous lancez des bombes sur les murs ? Pourquoi que elle, elle fait très très mal à lui, là ? Si vous venez rendre l'académie plus mieux, pourquoi vous nous faites du mal ? Au moins, avant, on faisait pas ça...

Une fois la dose de courage épuissé, elle se réfugia derrière son aînée. Et moi, qui n'arrivait même pas à arrêter mes larmes, alors que j'aurais dût comme mes sempais être forte et protéger plus petit que moi. C'était pourtant elle qui nous défendait... Comme motivé par cela à son tour, Enora-sempai parla elle aussi et posa une question qui nous permettrait de voir ce qu'il comptait vraiment faire de l'académie, et qui nous permettrait aussi sûrement de gagner du temps s'ils avaient des intentions qui nous seraient nuisible personnellement.

Alors, germa dans mon esprit une autre alternative. Aucun de nous à ma connaissance ne pouvait vraiment se défendre contre eux, surtout s'ils avaient tous des Alices aussi dangereux que celui de la diablesse. Le seul moyen pour nous de résister serait donc la parole. Si je ne voulais pas d'autre touché, ou un sempai blessé plus qu'il ne l'était, la meilleurs façon ne serait elle pas de coopérer? Non! Je rejetais cette idée! Coopérer? Avec elle? Pas question! Je la deteste!

Et sans que je m'en rende compte, l'angoisse disparu sous la colère, faisant partir l'eau de mes yeux. Mais je restait dans ses bras, pour ne plus avoir à la regarder...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Nouvel(le) Alice ^_^
avatar

Masculin Nombre de messages : 81
Age : 68

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Sam 25 Sep - 21:11

Les voix semblaient résonner fort dans la salle. Les instants semblaient s'immortaliser à chaque mot prononcé : c'était une menace, une angoisse de plus à chaque phrase d'énoncée. Bien que la voix du jeune homme se voulait rassurante, il était évident que son discours était trompeur. Trop évident. Mais et pourtant.... qui ne disait pas qu'il y avait une part de vérité dans ses paroles ? Un mal pour un mal. Les malfaiteurs apparents ne voyaient pas en quoi ils l'étaient vraiment. Après tout, on dit que tout dépend des points de vue de chacun.

« Ma petite », reprit Hiroshi, « comment pouvons nous vous aider si les portes nous sont fermées ? L'académie ignore les aides extérieures, elle cache ce qui est mauvais, et vous montre tout ce qui est bon. C'est pour ça que tu as l'impression que tout se passe bien. Mais, sais-tu tout ce qui se passe en coulisse ? Sais-tu tous ceux qui souffrent en silence ? Les élèves qui sortent de l'école ne sont peuvent pas vivre normalement en dehors... Les parents sont traités comme des ordures même si tu as l'impression qu'ils vont bien. Il y a d'autres dessous qu'on ne peut pas vous dire. Nous étions obligés d'employer les bombes pour pénétrer, mais nous avons fait en sorte qu'il n'y ait aucune victime. Tu pourras le vérifier toi-même ensuite, tous tes camarades vont bien. Et la dame là-bas est devenue un peu folle, elle n'arrive pas à se contrôler et à ne pas faire du mal aux autres, c'est justement à cause de tout ce que l'académie lui a fait lorsqu'elle était encore élève... »

La "dame un peu folle" grinça des dents en entendant cela, mais elle était obligée de se taire et de jouer ce jeu sournois. Elle n'était pas d'accord avec les méthodes de ses collègues, était-ce vraiment nécessaire de se montrer bons ? Tant qu'ils étaient supérieurs, le reste importait peu.

« Et quand à vous mademoiselle, vous n'en êtes pas conscience, mais vos Alices sont beaucoup plus puissants qu'ils ne le paraissent. Bien sûr, chacun doit progresser à son rythme. Mais aujourd'hui, l'école tente d'éteindre vos pouvoirs plutôt que vous aider. L'administration est paranoïaque et souhaite garder jalousement ses élèves pour elle. Les élèves dit faibles sont mis de côté. Pourquoi penses-tu qu'il y ait ce système de rang étoilé ? Il vous faut prendre conscience de votre pouvoir. Vous êtes tous des êtres merveilleux. Vous êtes supérieurs. Si vous maîtrisez parfaitement votre pouvoir, imaginez toute l'aide que vous pourrez apporter aux gens qui vivent à l'extérieur ! La vie ne serait-elle pas plus facile ? Cela ne vous apporterait-il pas une raison de vivre, une motivation de progresser dans votre maîtrise de votre donc ? TOUS les Alices sont importants. Ceux qui n'ont pas d'étoile sont aussi importants que les plus hauts gradés. »

Léger silence.

« Bien je suis désolé d'être un tel moulin à paroles... Nous allons bientôt devoir rencontrer votre professeur Lispira qui nous attend en haut. Avez-vous d'autres questions ? »

Voilà les règles du jeu établies. Tout allait bientôt pouvoir commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milovan Armyanski
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 213
Age : 24

Feuille de personnage
Alice: Persuasion. {discours en italique}
Commentaire:

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Dim 26 Sep - 21:42

    Une véritable propagande.

    C'est ce qu'il songea. Inconsciemment, certes, mais il y songea. Il sourit. C'était beau.
    Beau, car de simples mots bien placés suffises, quand lui misait tout sur son alice. Beau, parce que l'homme faisait ce que lui-même effectuait avec un pouvoir, un bonus. Beau, parce qu'au final, ce n'était pas si faux, tout en n'étant point juste. Beau, car Milovan tomba sous le charme d'un tel parlé.
    Il fallait l'avouer. Lui-même, en poussant à bout son alice, ne pourrait pas accéder à un tel stade… Du moins…

    Il sourit davantage.
    Pour le moment.

    Il pouvait émettre quelques objections tout de même, mais se retint de cela. Comme par exemple, pour les parents. Il n'avait jamais eu cette sensation en étant près de son père. Peut-être bien parce que celui-ci avait fini par ne plus pouvoir utiliser son alice … Peut-être ?
    Puis finalement, son esprit se laissa emporter, et il ne pensa plus. Il n'essaya plus de démêler les dires de cet homme, se contentant de subir ses innombrables arguments. Comme une feuille qui, détachée de son arbre au combien haut, se laissa emporter par la petite rivière dans laquelle elle tomba. Une chose fort simple, mais une chose grave tout de même. La mention de son professeur ne fit qu'accentuer le phénomène.
    Il fit sa voix la plus autoritaire possible, espérant ainsi couper définitivement la parole à ses camarades. L'accent russe ne se fit jamais aussi fort chez lui. Comme un slave découvrant pour la première fois le japonais.

    "Pas la moindre. Pas la moindre… Vous avez bien été clair, et visiblement, vous avez des arguments…"


    Non, c'était une certitude.
    Oui. Milovan est quelqu'un d'extravagant, menteur et hypocrite, mais ayant ses propres faiblesses… Le voilà bien naïf. Une forme de syndrome de Stockholm, pour sa survie, l'être humain se range de l'avis de l'agresseur. Dans le cas du blond, se ranger de l'avis de l'attaquant était la meilleure solution. Et une fois ce choix fait, même inconsciemment… Cela marche bien plus qu'un lavage cerveau.

    "Tout ce que je suis en capacité de faire… C'est de vous prier de ne toucher à personne, et de faire votre job comme il se doit."


    La santé des autres restait une priorité à ses yeux. Le reste…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marika C. Cotter
Primaire; Rang étoilé III
Chaton perdu
Primaire; Rang étoilé IIIChaton perdu
avatar

Féminin Nombre de messages : 353
Age : 27

Feuille de personnage
Alice: Contrôle de la douleur
Commentaire:

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Dim 26 Sep - 23:39

~ Ces mots, ces cris, corbeaux qui virevoltent dans ma tête !
Chut, tais-toi ! On pourrait t'entendre... ~


Oh, comme tout lui semblait calme, désormais ! Elle n'avait rien décidé, rien cherché. On ne lui avait rien fait. Mais maintenant qu'elle tenait et serrait fort la main d'Enora, Marika n'avait plus peur. Non. Elle n'entendait plus rien, sans savoir d'où cela venait. Elle était juste, une fois ses yeux fermés, emmitouflée dans un blanc réconfortant, comme si elle était roulée dans la neige gelée. Sauf qu'elle n'avait pas froid. Plutôt les jambes en coton, et c'était curieusement agréable, mais en même temps... Quelle sensation d'impuissance elle avait ! Voir bouger les lèvres de son aînée, près d'elle, sans rien entendre, ni comprendre, par la même occasion, c'était assez dérangeant.

Et voilà que ça continuait, avec la bouche de l'adulte qui formait des mots évanescents, intangibles et inaudibles ! Avec difficulté, l'enfant se mit à lire sur les lèvres de l'homme, captant avec peine quelques fragments du discours. Qui curieusement, semblaient plutôt... vrais ? Pendant les négociations pour la récupérer, on avait tellement ignoré les sentiments de ses parents et les siens, focalisés qu'étaient les hauts responsables sur le formidable pouvoir qu'ils récupéraient avec elle. Mais... Un doute subsistait.

Pourquoi leur faisaient-ils du mal ? Le monsieur avait bien dit, que la dame là-bas, elle était folle. Et ça, oui, elle l'était certainement. Mais on dirait que ça ne gênait pas particulièrement les auteurs de l'attentat. Comme si... Elle était une sorte de garantie de leur sécurité et de leur autorité... Instinctivement, la petite primaire fut sûre que s'ils en avaient besoin, ils n'hésiteraient pas à lancer la femme sur eux, et à leur faire tout le mal possible. A les tuer peut-être. Et ça... Ça la tira de sa tranquillité intemporelle. Elle n'entendait toujours rien - il devait se passer quelque chose quand même, ce n'était pas possible autrement - mais l'étreinte glacée de la peur l'entourait de nouveau. Oh, comme ses bras étaient mouillés ! Et quels frissons atroces ils déclenchaient chez elle !

Elle ne sut comment elle trouva la force de ne pas tomber, secouée de sanglots silencieux, nourris par la terreur que déclenchait en elle le regard noir de la femme, et la perspective étrange qui dessinait dans sa tête ce que serait une académie dirigée par des terroristes. Oh, comme si elle avait connu l'institution avant ! Ce qui n'était pas le cas, bien entendu, elle venait d'arriver. Mais le personnel qui s'était occupé d'elle avait été gentil, tolérant pour la fillette déracinée qu'elle était ! Ils n'avaient pas derrière eux l'aura sombre que traînaient les membres du groupe d'intrus. Oh non. Ces gens-là semblaient prêts à tout pour arriver à leurs buts, et par une prémonition d'enfant innocente, la petite fille sut qu'ils se serviraient des élèves pour mener à bien leurs projets.

Hésitante, balançant entre la terreur, l'indignation et la raison, la fillette essaya de faire au mieux. Parler ? Se taire ? Si elle parlait, la dame lui ferait du mal ! Et puis parler... Certes, mais que dirait-elle ? Demanderait-elle, innocemment, à revoir ses parents ? Dénoncerait-elle des intentions qu'elle ne faisait que sentir ? Ou bien se tairait-elle, subirait-elle, esclave des chaînes de son effroi, un joug effroyable ? Cruel dilemme. Mais voilà qu'elle entendait de nouveau. Comme étourdie par l'avalanche de sons qui dégringolaient, la petite demoiselle réussit seulement à entendre les paroles du grand, qui demandaient qu'on les laisse en bonne santé. Ainsi, c'était là la voix de la sagesse ? Il faudrait se taire, se taire à jamais. Et subir des gens qui semblaient si mauvais, si étranges... Qui disaient qu'ils étaient supérieurs... Mais à qui ? Et quelle drôle d'idée ! Mais en même temps... Il disait tout plein de choses bien ! Si seulement il n'avait pas eu avec lui une sorte de forme sombre, menaçante, Marika aurait été toute disposée à le croire...

"Moi, j'veux bien aider les gens avec mon alice. J'veux même bien apprendre à le développer. Sauf que souvent, il me gêne, il fait du mal aux autres. Alors pourquoi que mon don il serait merveilleux ? Pourquoi qu'il vaudrait pas mieux que j'arrive à le faire tout petit-petit-petit, pour pas qu'il fasse mal aux autres ?"

Une grande question, que celle qu'elle posait là. Elle révélait ainsi toute sa gêne devant son pouvoir, et donnait en même temps, sans vraiment s'en rendre compte, de précieuses informations sur elle et ses capacités. Les envahisseurs ne manqueraient pas de s'en souvenir, certainement, si jamais il leur prenait l'envie de jouer avec les élèves. Mais de toute façon, ne sauraient-ils pas très bientôt qui avait quelle alice ? De tous ces enjeux, l'enfant n'était aucunement consciente. Elle, tout ce qui la préoccupait, c'était cette frayeur vague qui l'emplissait devant ces grandes personnes. Mais il n'était plus tellement temps de résister, de se battre. Ca aussi, c'était quelque chose que la fillette sentait confusément. Sa question n'avait été posée que pour le principe.

Ainsi, elle avait fini par se taire, par arrêter de trembler. Plutôt que d'avoir peur, elle préféra observer les intrus sous toutes les coutures. Tentant de se convaincre qu'ils n'étaient pas méchants. Mais cela, elle n'y arrivait pas. Alors, elle commença à collecter des indices, de ses grands yeux enfantins. Elle enregistra tout ce qu'elle put - c'est-à-dire pas grand-chose, à part la nature des alices de deux des méchants. Et puis, quand elle eut fini, sa petite voix aiguë s'éleva presque tranquillement, naturellement, dans l'air.

"Si vous allez voir la madame Lispira, qu'est-ce que vous allez nous faire, à nous ? On peut partir d'ici ?

Très certainement, elle venait de mettre des mots sur l'interrogation de tous. Et maintenant que cela avait été posé, une frontière avait été franchie. Le temps de la discussion semblait passé, maintenant, bienvenue dans la nouvelle ère.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Myujiku
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 841
Age : 21

Feuille de personnage
Alice: Annulation des sons
Commentaire:

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Mar 28 Sep - 17:47

    Des questions, des questions, avait-elle des questions ? Elle avait beau chercher au fin fond de sa tête elle ne trouvait rien à demander. L’homme avait été plutôt clair, et même si elle n’était pas d’accord avec tout ce qu’il disait, que pouvait-elle faire ? L’attaquer, l’ensevelir sous une tonne de remarques vénéneuses ? Elle n’était pas folle à ce point. En vérité, tout ce qu’elle désirait pour le moment c’était se réveiller. Elle voulait tomber de son lit et se rendre compte avec soulagement que tout cela n’était qu’un cauchemar, elle voulait pouvoir retourner sous la couette et se rendormir vers des rêves plus doux. Malheureusement, les yeux de la femme était bien trop glaciale pour que son esprit les ait inventé tout seul. Comme pour se raccrocher à quelque chose, Enora serra plus fort la main de la fillette dans la sienne tout en écoutant le jeune homme parler.

    1,2,3 nous irons au bois…


    Milovan… il était du même avis qu’elle apparemment. Il voulait que toutes les personnes présentes dans la pièce sortent vivantes d’ici, il voulait que tout rentre dans l’ordre calmement, sans problèmes. Il avait l’air de se ficher de ce qui pourrait arriver par la suite. Ce garçon était tellement naïf par moment, Enora en était presque jalouse. Elle aurait bien aimé n’avoir à se soucier de rien elle aussi. Là, tout de suite, elle aurait volontiers échangé son meilleur CD contre une heure d’insouciance.

    4,5,6 cueillir des cerises…


    D’ailleurs, ce sentiment de tranquillité qu’elle recherchait plus que tout, la petite fille à ses côtés semblait le ressentir parfaitement. Ses traits étaient calmes, sereins, comme Enora lorsqu’elle usait de son alice. En l’observant, la jeune fille se dit qu’elle aurait bien aimé apprendre à la connaître un peu mieux, dans un autre endroit, dans une autre situation. Elle ne connaissait même pas son nom, alors qu’elle la protégeait depuis un long moment déjà. Elle lui faisait un peu penser à ces petites filles ravissantes dont on parle dans les contes de fées. C’était un petit chaperon rouge mangeur de loup.

    7,8,9 dans un panier neuf…


    Toutes les paroles déversées semblaient glisser sur elle comme de l’eau sur une surface lisse, elle les entendait mais ne les enregistrait pas. Tout était flou, ça ressemblait presque à l’insouciance qu’elle avait si ardemment désiré. Si elle arrivait à enlever de sa tête l’endroit où elle était, tout serait parfait…

    - Si vous allez voir la madame Lispira, qu'est-ce que vous allez nous faire, à nous ? On peut partir d'ici ?

    Au moins, ces phrases avaient eu le mérite de secouer un peu Enora. Elle voulait savoir la réponse elle aussi.

    10,11,12, elles seront toutes rouges !


    Elle aurait dû rire tant qu’elle le pouvait, car à partir de maintenant, elle pressentait qu’elle n’en aurait plus beaucoup l’occasion. Enora ne savait pas ce que les ravisseurs comptaient faire exactement mais une chose était sûre, l’académie entrait dans une ère sombre, très sombre. Il leur faudrait certainement s’armer de courage, mais surtout, de patience. Quelqu’un viendrait forcément les aider un jour ou l’autre, que ce soit demain, dans un mois ou dans un an.

    Notre heure viendra… ~

    Spoiler:
     

_________________
I'm a little princess of song ♫

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyouri Suzuki
Primaire
Rang Etoilé I
Primaire  Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 159
Age : 25

Feuille de personnage
Alice: passer de fille à garçon
Commentaire:

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Ven 1 Oct - 21:16

Que du blabla tout ça! De l'embrigadement! De la propagande! Comment peut on croire les mots de quelqu'un qui utilise des gens comme cette folle! Des bombes! Qui s'attaque à un directeur qui a rien fait de mal! Espèce de sale... Rah!! J'ai envie de hurler! Ca doit bien être la première fois depuis ma séparation avec Maman et Tsubasa-nii... Mais là c'est de la rage, et j'en tremble! De là où je suis, sûrement que personne ne le remarque, ils doivent tous voir un gamin apeuré, et c'est tant mieux. Je deteste me mettre hors de moi, je n'en ai presque jamais eut besoin aussi...

De quoi il nous parle? De parents traité comme des ordures? Mais les miens vont très bien! Je n'est pas vu d'élève si mal traité, sinon je serais aller vers eux! Enfin je crois... Un PEU folle!? Mais elle est carément folle! Et tous ceux qui sont aller à l'académie ne sont pas devenu complètement barjot comme elle! C'est bien que le problème vient d'elle! Comment on peut défendre une telle sadique incapable de se contrôler!

Mon alice est puissant? J'aimerais bien voir ça! Il sert à rien mon alice, comme je sert à rien! Non! Il faut que je me retienne! C'est pas le moment de pleurer parce que je me sens impuissant face à cette diablesse.... Et puis après tous, je m'en fou de ce qu'il dit! J'ai pas besoin d'écouter ses sornettes qui servent qu'à couvrir une action terroriste et une dégénérée!

Mais quand il s'agit de Milo, je ne peux qu'entendre. Et je l'entend qui confirme l'espèce d'oranoutant qui se trouve en face de nous... Comme s'il était pour... Est ce pour nous protéger? Pour les faire partir le plus vite possible? J'espère de tout coeur, et sa dernière phrase me rassure... Mais en même temps, j'entends son coeur, mon oreille étant toute prêt... Je l'entends, et j'entend un coeur serein, et pas celui affolé de quelqu'un qui a peur...

Ma rage s'estompe... Retombe dans cette inquiètude... Je me dis que ce n'est pas possible, il ne peut pas défendre celle qui lui a fait du mal. Si son coeur est comme ça, c'est que contrairement à moi, il a reprit son sang froid, ou que peut être à travers les paroles de l'homme il a compris qu'il ne nous arriverait rien dans l'imédiat...

Puis, à son tour, la petite parla. Mais elle , elle en avait des questions. Des questions sur son alice. Ses inquiètudes sur celui ci se manifestent à ce moment. Moi je n'en avait jamais eut jusqu'à présent, après tous j'ai pas un pouvoir puissant ou incontrôlable, c'est même pas un pouvoir qui fait quelque chose sur l'extérieur. Mais maintenant que je me trouver en face d'une situation où j'ai besoin d'un plus puissant, j'envie la petite, qui malgrès son âge et ses difficultés, elle pourra aider...Ca m'est déjà arivé d'envier les autres comme ça, mais jamais aussi fort...

Mais quelle importance de toute façon pour le moment... Je veux sortir maintenant, sortir et m'éloigner de tout ça. Mettre mon esprit au clair et au calme... Me dire que tous ça c'est peut être juste une blague de mauvais goût. Me coucher sur la pelouse et me laisser aller aux pays des rêves. Puis me réveiller serein, sans inquiètudes, sans doute... Mais plus je rêve de ça, plus je réfléchis...Il parle toujours d'Alice, comme si c'était une obsession, il dit qu'il ont tous leur importance... Mais eux aussi il doivent bien le savoir, que ce n'est pas vrai. Il vont se rendre compte que quoi qu'on fasse, je ne sert à rien, et que quoi qu'on face, il y a des gens comme Shiki-nii, la petite et d'autres encore qui ont un pouvoir important, un pouvoir qui leur servira surement à eux, puisque se sont des terroristes... Qu'est ce qui va arriver aux inutile comme moi? Et aux trop puissants comme eux? Non! arrête de penser mon esprit! Je ne veux plus réfléchir sur tous ça! Je veux oublier ce qui vient de se passer! Dormir et que tous s'arrange pendant mon sommeil!

Alors ma kohai m'arrache les mots de la bouche :


-Si vous allez voir la madame Lispira, qu'est-ce que vous allez nous faire, à nous ? On peut partir d'ici ?

Oui! Allez vous en! Laissez nous seuls! Foutez nous la paix! On vous a rien fait! Allez voir cette prof puisque c'est si important, mais laissez nous!



[désolé pour la longueur et l'orthographe, j'ai fait le plus rapidement possible...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Nouvel(le) Alice ^_^
avatar

Masculin Nombre de messages : 81
Age : 68

MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I] Dim 17 Oct - 2:33

- Ding -

La cloche sonnait 15h. C'était l'heure de la mission. La réelle mission. Car s'ils étaient tous trois là en train de bavarder avec des élèves qui n'avaient rien demandé, c'était loin d'être leur but premier. A présent, ils devaient non seulement rencontrer celle qu'ils aimaient surnommer "la perverse Lispira", mais également aller à la rencontre des professeurs qui devaient sûrement être très peu accueillants à leur égard. Une fois les professeurs sous maîtrise, plus rien n'allait les empêcher d'exécuter leurs plans. Alors, chaque seconde étaient comptés.

" Très bien, finie la rigolade. Il est grand temps de faire nos adieux. (...), si tu veux bien créer une brèche dans ton bouclier... "

L'instant d'après, le champs de force se fit moindre, et les élèves sortirent dans une course folle pour aller s'écraser un peu plus loin, et ce contre leur gré. Car voilà le troisième Alice qui jusque là était inconnu : il était très probablement le plus puissant des marionnettistes... Tout pouvait commencer à présent.


[ Réponse ultra speed désolée, c'est juste pour clore ce topic x_x
On peut donc désormais officiellement passer à la phase école envahie \o/ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I]

Revenir en haut Aller en bas

Event o2 ; Gakuen Alice — la nouvelle ère [Part I]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Gakuen Alice RPG • :: Autres Lieux :: 
• Administration de l'académie Alice
-