• Gakuen Alice RPG •


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

3, 2, 1, 0 étoile [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Shiki Shiranui
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 74
Age : 22

Feuille de personnage
Alice:
Commentaire:

MessageSujet: 3, 2, 1, 0 étoile [libre] Mar 2 Nov - 0:13

    « -Je ne veux pas... »

    Mauvaise réponse ! Shiki ne prenait pas garde aux menaces que ces gens lui avaient fait. Avait-il raison d'agir si froidement ? Sûrement pas.

    « -On réessaie. Veux tu faire partis de...
    -Je ne veux pas ! »

    Quelque chose entoura le bras du lycéen, et il subit une douleur insupportable. Que faire ? Que dire ? Si son visage resta d'abord inexpressif, il ne tarda pas à grimacer. Il résista. Peine perdue.

    « -J'accepte...
    -Tu vois quand tu veux. »

    Ce sourire, il dégoutait Shiki. L'alice qui avait été utilisé sur son bras n'était plus là mais la douleur n'était pas partie, qui sait, en dessous de sa manche l'état de son bras.


    Les souvenirs d'il y a peu remontait comme un raz-de-marée et inondait son esprit. Shiki tenait son bras encore douloureux. Il ne voulait pas faire partit de cette milice mais à l'idée de subir la même douleur l'effrayait. Il se ressaisit. Il devait agir comme il se devait.

    Il venait de sortir de sa salle de cours lorsqu'il entendit deux filles discuter entre elles, mauvaise chose pour elles...

    « -Si on séchait les cours ?
    -Oui, tu as raison !
    -Hey ! »

    Les deux filles furent surprises et commencèrent à paniquer, tout avait changer en peu de temps après tout. Elles voulurent s'enfuir mais stoppées par la peur elles s'arrêtèrent rapidement et regardèrent toutes deux Shiki.

    « -A partir de maintenant vous êtes des No Star, vous n'avez pas voulu respecter les règles payez-en les conséquences, si vous n'êtes pas d'accord, vous irez en salle de retenue. »

    Aucune réponse.

    La journée de cours passa, lentement, Shiki écoutait, observait le moindre mouvement des élèves. Il faisait beau et la grand parc était ensoleillé, il y avait peu de monde dehors et tous semblait être préoccupé par quelque chose. La peur se lisait dans le regard de certains, après tout les événement il était normal d'être si méfiant. Tout en l'espace de quelques jours avait changé, pour le pire. Shiki s'habituait plus ou moins à son rôle. Mauvaise chose quand on sait qu'il est du coté des « méchants ». Il ne fallait pas, mais valait mieux s'y habituer plutôt que de se morfondre à chaque fois qu'il arrive quelque chose.

    Le lycéen alla s'asseoir sur un banc, toujours en écoutant, le regard froid, aucun sentiment ne semblait le traverser et pourtant qui sait ce qu'il ressentait. Il entendit un bruit venant de derrière, il se retourna surprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marika C. Cotter
Primaire; Rang étoilé III
Chaton perdu
Primaire; Rang étoilé IIIChaton perdu
avatar

Féminin Nombre de messages : 353
Age : 26

Feuille de personnage
Alice: Contrôle de la douleur
Commentaire:

MessageSujet: Re: 3, 2, 1, 0 étoile [libre] Mar 2 Nov - 18:18

C'était une autre longue journée, qui, comme toutes les autres, traînait, s'étirait, comme incapable de se terminer. Une fois de plus, il faisait gris, froid et humide, ce qui, en plus des événements qui se tramaient à l'académie, tendait à déprimer Marika. Or, il ne fallait pas qu'elle ait l'air trop malheureuse : sinon elle serait convoquée, envoyée à l'infirmerie... Elle devait aussi cacher la colère rentrée et la terreur qu'elle éprouvait depuis le jour de la bombe : sinon, elle serait punie, voire pire : remarquée par les nouveaux dirigeants de l'académie !

Cela réduirait à néant tous ses efforts pour qu'on ne les remarque pas, elle et sa maudite alice. Il ne fallait pas qu'on la voie, il ne fallait surtout pas que quiconque ait l'idée d'aller parler d'elle aux directeurs... Sinon, commencerait la douleur. On la forcerait, certainement, à utiliser son alice, ou bien l'on ferait des expériences sur elle... Et l'enfant voulait bien tout vivre, sauf ça. Surtout pas !
Son papa et sa maman avaient été très stricts sur un point : tant qu'elle n'était pas menacée, elle ne devait pas faire de mal aux autres avec son alice...

Marika vivait donc comme en recluse depuis son arrivée - deux semaines auparavant - évitant jusqu'aux membres de sa classe, rasant les murs dans les couloirs, et fuyant dès qu'elle voyait arriver un membre de la milice... Ses seuls moments de liberté, elle les trouvait dans le parc, avec ses camarades. Quand il faisait beau, qu'ils jouaient au ballon les après-midi où elle n'avait pas cours, la fillette parvenait à oublier ces gens qui lui faisaient si peur. Elle était plus légère, comme insouciante, même. Elle chantait avec les autres enfants, dansait, riait dans l'herbe. Et puis arrivait le moment de rentrer... Tous, même les tout-petits, redevenaient sérieux. Graves, si graves... Ils marchaient en silence dans les couloirs, se tenant par la main comme pour se rassurer. La maison piou-piou, autrefois gaie et riante, était comme assombrie par la peur de ces enfants.

Revenons à notre petite fille. On était donc un de ces jours monotones et fades. En cours, la fillette avait du mal à ne pas s'endormir, comme tous les petits de la classe A, d'ailleurs. Et le prof, chose rare en ces temps troublés, décida de leur donner une pause.

"Allez, les enfants ! On va vous donner une récréation : allez faire un petit tour dehors, jouez un peu... et revenez dans une heure. On reprendra à ce moment-là."

Ravis de ce moment de liberté imprévu, les petits ne s'étaient pas fait prier, et s'étaient dispersés comme une volée de moineaux. Partie chercher son ballon multicolore fétiche - qu'elle avait lavé depuis l'autre jour - Marika revenait donc en trottinant, gaie. Elle était dehors, et même s'il faisait froid, qu'est-ce que ça faisait du bien...
Enfin, elle échappait à l'atmosphère lourde de l'académie !

Tranquillement, joyeusement, la demoiselle rejoignait donc ses camarades, quand un pressentiment la fit se figer. Là, devant elle, assis sur ce banc... N'était-ce pas un membre de la milice ? Il ne fallait pas qu'il la voie ! Même si l'enfant avait tout à fait le droit d'être là - pour une fois - elle risquait de récolter des ennuis ! Résolue à l'éviter, elle effectuait donc un grand détour sur la pointe des pieds, quand le lycéen se retourna. Marika se figea.

Encore un pied levé bien haut, perchée sur la pointe du deuxième, la primaire était dans une position tout à fait ridicule, ce dont elle ne se rendait pas vraiment compte, surprise et effrayée qu'elle était.

*Il m'a vue, il m'a vue, il m'a vue...*

Un gémissement.

"Non... Non je non... Je suis vraiment désolée !"

Oui, mais non. Ça ne voulait rien dire, le lycéen n'allait sûrement pas comprendre... Peut-être même la punirait-il, justement parce qu'il ne savait pas qu'elle était dans son droit ! Et puis après tout... Pourquoi n'aurait-elle pas le droit de se trouver dans un parc, hein ? Pourquoi donc devrait-elle rendre des comptes à un élève, comme elle ? Un peu énervée, déboussolée, la petite fille se mit brusquement à pleurer. De grosses larmes rondes, qui tombaient vite. Ploc ! Alternées avec d'autres, plus silencieuses, traîtresses, qui roulaient délicatement sur les joues, y traçant des sillons plus clairs. Des hoquets ponctuaient les pleurs, comme les points d'exclamation de phrases inaudibles.
Avec difficulté, l'enfant reprit la parole :

"Hoc ! Tu... tu... tu es un mé-mé-méchant ? Tu... tu... Tu vas faire du m-m-mal à Marika ?" fit-elle en se montra du doigt.

A peine sortie, la phrase était regrettée. Totalement irrationnelle. Complètement.
Oh, comme elle voulait voir sa maman !
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiki Shiranui
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 74
Age : 22

Feuille de personnage
Alice:
Commentaire:

MessageSujet: Re: 3, 2, 1, 0 étoile [libre] Mar 2 Nov - 19:38

    Une petite fille... Elle sembla paniquer au moment ou le lycéen la regarda. Chose compréhensible quand on sait que Shiki faisait partit de la milice, pourtant elle n'avait rien dit de mal, de ce fait, il ne lui aurait rien fait. Elle s'excusa pour une raison inconnu, elle était effrayée d'être sanctionné ? Puis, elle s'était mise à pleurer. Ah ! Mauvaise chose... Shiki malgré son air impassible ressentait totalement autre chose. C'était de sa faute si elle pleurait, mais seulement il n'avait rien fait. Il tenta de la calmer.

    « ... »

    Rien.
    Pourquoi aucun mot ne venait de sortir de sa bouche ? Il ignorait ce qu'il devait dire. Agir comme la milice le ferait ou agir comme lui le ferait ? Partagé, il n'avait pas pu se décider. Il regarda la fillette sans rien dire. A ce moment là, elle reprit la parole, ce n'était pas très compréhensible mais suffisamment pour que le lycéen comprenne. Il soupira. Shiki tendit la main et hésita un moment avant de caresser la tête de la petite fille pour la consoler, la calmer.

    « Si tu continues à pleurer je me verrai obliger de te retirer tes étoiles... »

    Malheureusement, ses paroles n'aideraient sûrement pas la petite fille à se calmer puisque totalement inverse. Quoiqu'elle se tairait peut être mais son but n'était pas de la terrorisé, peut être aurait dû-t-il agir plus gentiment... Être milice ne lui faisait pas plaisir, il le faisait pas nécessité plus que par choix. Si elle savait peut être qu'elle ne serait pas autant effrayé par le lycée mais il ne pouvait pas lui dire. Il en subirait les grave conséquences, et rien que d'y penser il paniqua et se raidit sur place malgré son air toujours aussi inexpressif.

    « A trois si tu ne t'arrêtes pas de pleurer j'enlève toute tes étoiles parce que je suis méchant... Trois, deux, un... »

    Shiki n'aimait pas voir les gens pleurer, surtout lorsque c'était de sa faute et même si c'était un façon peut être un peu forcée de faire les chose, tout le monde le regardait avec un regard noir autour. Plutôt gênant devait-il avouer. Le lycéen se demanda si un jour il pourrait redevenir un élève normal, comme il l'avait été, et si tout ceci s'arrêterait un jour. Car si tout cela s'arrêtait il n'était pas garantit qu'il puisse être bien vu puisqu'il il avait aider dans la milice « l'ennemi ». Ce n'était pas en se justifiant qu'il allait pouvoir s'en sortir malheureusement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marika C. Cotter
Primaire; Rang étoilé III
Chaton perdu
Primaire; Rang étoilé IIIChaton perdu
avatar

Féminin Nombre de messages : 353
Age : 26

Feuille de personnage
Alice: Contrôle de la douleur
Commentaire:

MessageSujet: Re: 3, 2, 1, 0 étoile [libre] Mar 2 Nov - 22:51

*Maman, maman, mamaaaaan...*

A cet instant, Marika n'était plus qu'une petite fille effrayée, usée par le climat glacé et rigoureux de l'académie. Elle pleurait, lâchant les lourds sanglots désespérés d'une enfant qui avait désespérément besoin de la chaleur des bras de sa mère. D'un contact rassurant, qui fasse cesser la crise de nerfs, l'évacuation du trop-plein. Que quelqu'un lui dise, lui montre, qu'on n'allait pas lui faire de mal !

La main du lycéen s'était posée sur sa tête. Une pause. Une caresse sur ses cheveux... Le garçon essayait de la calmer, de faire cesser ses larmes - il devait d'ailleurs bien se demander pourquoi elle avait éclaté en pleurs devant lui. La main était chaude, le geste rassurant. Presque gentil. Curieux de la part d'un milicien, souffla une petite voix au fond de son crâne, à laquelle elle ne prêta pas attention. Le flot salé qui s'écoulait de ses yeux ralentit un peu. Les épaules frêles soulevées de temps à autre par un hoquet, Marika essaya de se calmer un peu, de se laisser respirer sans étouffer de sanglots.

Mais soudain une phrase, sèche, jaillit dans l'air. Le ton était neutre, froid. L'on parlait d'enlever des étoiles. De méchanceté. Cela contrastait tellement avec le geste doux du lycéen qu'un instant la primaire releva la tête, et observa les environs, cherchant qui avait parlé. Mais c'était bien le possesseur de la main... Un hoquet, violent.
Un peu choquée, la fillette obéit, néanmoins, d'autant que le grand continuait dans les menaces. Des étoiles, des étoiles... Mais qu'est-ce qu'elle en avait à faire des étoiles ? Pressant avec force ses mains contre ses paupières, pour y emprisonner les larmes qui ne demandaient qu'à s'en échapper, Mari-chan s'essuya les yeux de façon un peu... sauvage. Renifla un bon coup. Puis :

"Dé-désolée... Mais mon papa et ma maman me manquent..."

La mine était pitoyable, lorsqu'elle chuchota cela au lycéen, son petit nez rougi relevé vers le visage impassible du grand. Il avait toujours la main posée sur sa tête, et ce qui était étrange, c'était que le geste était en totale contradiction avec ses paroles. Comme quoi il était un méchant. Qu'il allait lui enlever des étoiles - et alors ? - si elle continuait. Il n'avait vraiment pas l'air si méchant. Pourquoi le disait-il, alors ? Mademoiselle se crut bien sûr obligée de formuler sa question, tout en ponctuant sa remarque d'un discret reniflement.

"Dis... Pourquoi tu es un méchant ? T'es un vrai de vrai, d'abord ? Tu fais mal aux petits ?"

Le regard levé vers le grand était clair. On sentait encore la tristesse et la frayeur, causées autant par l'apparition du milicien que par la séparation d'avec sa famille, et par l'ambiance de terreur qui régnait à l'académie. On y lisait surtout une réelle curiosité, innocente. Juste l'envie de savoir. Pourquoi on leur faisait mal. Pourquoi tout était si injuste.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiki Shiranui
Lycée;
Rang Etoilé I
Lycée; Rang Etoilé I
avatar

Féminin Nombre de messages : 74
Age : 22

Feuille de personnage
Alice:
Commentaire:

MessageSujet: Re: 3, 2, 1, 0 étoile [libre] Mar 2 Nov - 23:29

    Elle pleurait à cause de ses parents ? Ce n'était sûrement pas la seule raison puisque c'était à la vue du lycéen qu'elle avait éclaté en sanglots. Il soupira, elle se calmait et Shiki se sentait soulagé. S'occuper des enfants n'était déjà pas son fort mais en plus d'un enfant en larmes s'était encore plus difficile. Sa mine s'adoucit, il ne souriait pas mais ses yeux était bien moins froid que tout à l'heure et moins effrayant. Il enleva sa main de la tête de la fillette et s'accouda sur le dossier du banc avant de grimacer légèrement. Il laissa son bras pendre le long de son bras. Décidément, la douleur de sa blessure ne partirait pas si facilement...

    La fillette lui demanda pourquoi il était méchant, c'était une question à laquelle il ne pouvait pas répondre. Il n'allait pas dire qu'on l'avait obliger en le menaçant et en le torturant. Mais il était vrai que pour l'instant il faisait partit du camp ennemi et on le haïssait et craignait pour ça... Bien qu'on le craignait déjà avant ces événement mais pas pour les même raison. Avait, il était craint parce qu'il semblait toujours vouloir vous martyriser avec son regard bien trop froid.

    « Je suis bien un méchant mais je ne peux pas te dire pourquoi... »

    S'il faisait du mal aux enfants, c'était un question à laquelle il pouvait répondre facilement car jamais il ne serait capable de faire souffrir quelqu'un et tant qu'il pouvait éviter de sanctionner quelqu'un à ce point il le faisait. On avait beau dire, il n'était sans doute pas le pire parmi les milices puisqu'il n'était pas pour toute cette terreur. Après mûre réflexion il répondit à la jeune fille.

    « Je ne fais pas mal aux petits mais je les sanctionnent si il ne respectent pas les règles... »

    Il préférait s'arrêter ici, continuer n'était pas forcément prudent, qui sait qui il y avait autour. Il restait méfiant ne voulant pas subir plus que ce qu'il n'avait déjà subit. Cela lui avait largement suffit.

    « Soit sage et fait tout ce que les adultes te disent et tu n'auras pas de problèmes, fais-le ça m'éviterait bien des inquiétudes... »

    Shiki ne pouvait nier que sanctionner des élèves de primaire pour quasiment rien ne faisait pas partit de ses loisir. Cela le dérangeait moins pour les lycée et pour les collégiens sûrement plus responsable sur les faits et gestes que les primaires.

    Le jeune homme repensa au fait que les parents de la petite lui manquait. Il ne comprenait pas vraiment ses sentiments puisque lui au contraire avait été plutôt content de s'en débarrasser tant leur présence l'avait fait souffrir. Ne pas être aimé qu'est ce qu'il pouvait y avoir de pire pour un enfant à l'époque encore jeune.

    « En ce qui concerne tes parents, tu sais aussi bien que moi que tu ne peux pas les voir, mais peut être que tu pourrais leur envoyer des lettres... Ca t'aiderais peut être à être moins triste. »

    Le lycéen n'était pas vraiment sûr que la fillette puisse, mais elle pouvait toujours tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 3, 2, 1, 0 étoile [libre]

Revenir en haut Aller en bas

3, 2, 1, 0 étoile [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Gakuen Alice RPG • :: Autres Lieux :: 
Grand Parc
-