• Gakuen Alice RPG •


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Au bord de l'eau [Kanha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Marika C. Cotter
Primaire; Rang étoilé III
Chaton perdu
Primaire; Rang étoilé IIIChaton perdu
avatar

Féminin Nombre de messages : 353
Age : 26

Feuille de personnage
Alice: Contrôle de la douleur
Commentaire:

MessageSujet: Au bord de l'eau [Kanha] Mar 2 Nov - 23:50

~~ Fontaine, fontaine, es-tu vraiment magique ?
Dis, oh, dis, fais-moi voir ma maman... <<

La main d'en l'eau, et le regard dans le vague, Marika était allongée sur le rebord de la fontaine, les jambes sur le côté, dans le vide. Recroquevillée sur elle-même. En ce début de soirée d'automne, on n'y voyait pas bien clair, et pour un passant un peu distrait, l'enfant était presque invisible. Presque... On apercevait une petite forme sombre, une masse de cheveux dorés étalés sur la margelle, où reposait sa tête. Le manteau foncé de la fillette contrastait avec le dallage clair qui entourait la fontaine. On aurait dit un paquet abandonné là.

Immobile et silencieuse, elle ne semblait pas souffrir du froid, ni du vent qui se glissait par les plis des vêtements, faisant frissonner les quelques élèves qui s'étaient aventurés en promenade avant le couvre-feu, et leur donnant l'envie de vite rentrer à l'intérieur. La petite primaire, elle, était en apparence épargnée par tout cela. Elle rêvait. Des larmes aux coins des yeux, les lèvres serrées en une fine ligne, elle agitait les doigts de temps à autre dans l'eau claire et glacée, ne se rendant pas compte de la rougeur de sa main. Elle songeait, oui.

Elle était venue dans l'après-midi, après ses cours, une pièce de monnaie soigneusement économisée serrée dans sa menotte. Après une hésitation, un petit temps où elle avait semblé comme en prière, elle avait - vite vite vite - jeté la pièce dans l'eau bleue, la troublant quelques instants. L'offrande était restée là, à briller au fond de l'eau, mais rien, rien n'avait semblé changer. Et surtout pas ce qui aurait répondu à la question de l'enfant. A sa grande déception, tout était resté comme avant, ne lui offrant aucun indice sur ce qui lui tenait à cœur : la disparition de son grand frère, la maladie de sa maman.

Cela lui semblait si vide... Après l'espoir, qui avait fait battre son cœur depuis le matin où elle avait entendu parler de la fontaine magique qui réalisait les vœux, elle se retrouvait là, sans rien, sans que quoi que ce soit ne lui sourie. Peut-être fallait-il un délai ? Qu'à cela ne tienne ! Marika était restée une heure, deux heures... Rien. A part le froid de la nuit qui commençait à tomber. La troisième heure commencerait bientôt, on devait aussi se demander où elle était passée, mais l'enfant ne bougeait pas.

La joue collée sur le marbre froid, elle n'attendait plus, en vérité. L'espoir était parti, depuis longtemps. Avec les larmes, à la fin de la première heure. Les larmes aussi s'étaient taries, depuis quelques minutes. Non, maintenant, l'esprit parti dans la vague réflexion irrationnelle qui précède le sommeil, la fillette méditait. Ses pensées voletaient de sa famille aux gens très méchants de l'académie, qui faisaient des règlements et encore des règlements, aux élèves qui étaient les complices des "terroristes" comme elle continuait à les appeler. Et puis il revenait à sa famille. Pour Mari-chan, qui, en presque huit ans de vie, n'avait jamais été séparée de sa famille avant son enlèvement, le choc était dur.

Un frisson la parcourut, tandis qu'une plainte s'échappait doucement de sa bouche, audible malgré tout aux alentours.

"Je veux ma maman..."

C'était une demande si simple, si naturelle ! Pourquoi donc, quelle infâme cruauté, incompréhensible, faisait qu'on la privait de la douceur du cocon familial ? Surtout pour la plonger dans ce monde froid qu'était l'académie en ce moment... Froid, comme là où elle était en ce moment !
Brusquement, Marika sembla revenir au monde qui l'entourait. Elle sentit de nouveau la bise glacée qui s'insinuait, maligne, sous le col de son manteau, l'air froid et humide qui lui engourdissait les doigts. Avec un sursaut, la fillette se redressa en position assise, et... poussa un hurlement.

"KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !"

Une forme sombre se tenait sous les arbres. C'était sans doute quelqu'un, quelqu'un qu'elle n'avait pas vu auparavant, puisqu'elle était couchée... Un fantôme, un fantôme, c'était certainement un fantôme !
Prête à s'enfuir, Marika bondit sur ses pieds, tremblante. Et puis... Elle prit le temps d'observer un peu plus la silhouette en face d'elle. Non... On aurait dit une femme. Une femme que l'enfant n'avait jamais croisée auparavant. Un professeur ? Enfantine, sa voix lança, claire, un peu vacillante, une question toute innocente :

"C'est qui... ?"
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kanha T. Lispira
Ze Kanhaïne ♥
Professeur de choc !
Ze Kanhaïne ♥Professeur de choc !
avatar

Féminin Nombre de messages : 1500
Age : 21

Feuille de personnage
Alice: Alice de la parole
Commentaire:

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau [Kanha] Mer 3 Nov - 14:42

Qu’il était bon d’obtenir enfin ce que l’on a toujours mérité ! se disait Kanha tandis qu’elle s’offrait une petite balade nocturne. Certes tout ne s’était peut-être pas passé exactement comme elle l’avait prévu ou envisagé, mais ne dit-on pas que seul le résultat compte ? Dans ses conditions, elle l’avait, son compte. Il faudrait peut-être qu’elle songe encore à un moyen de se débarrasser des trois gêneurs qui pensaient lui dire quoi faire à elle, si ce n’était pas cocasse ça, un comble. Oui, elle y réfléchirait ; en toute discrétion bien entendu.

Car bien sûr, sa nouvelle situation n’avait pas que des avantages ; elle se trouvait effectivement dans une espèce de foutu système de gratitude forcée vis-à-vis des trois crétins sortis de nulle part. Ils pensaient la commander, elle ! La jeune femme aux cheveux noirs se trouvait d’ailleurs fort embêtée de n’avoir pu, par exemple, autoriser de fumer dans les locaux – la gamine aux cheveux courts, Chiyo, s’y était opposée. Quelle blague !

Sentant une bouffée de stress monter en elle, Kanha sortit son porte-cigarette et alluma avec une grande difficulté une longue Marlboro, en grommelant. Elle tremblait, il faisait froid finalement. Et puis depuis qu’elle avait été promue (ou plus exactement, depuis qu’elle s’était auto proclamée) directrice, elle travaillait trop, beaucoup trop. Tous les jours elle voyait grandir une pile de feuillets entassés sur son bureau. Elle n’avait pas bien compris, au juste, ce qu’elle devait en faire. Sans doute les lire et les signer, mais elle n’en avait pas envie. Elle aurait pu les signer sans les lire, mais il était alors sûr qu’on essaierait de la piéger. Elle n’était quand même pas née de la dernière pluie !

Tout ça pour dire que, depuis sa promotion, Kanha ne cessait de ressasser les et quelques avantages et les nombreux inconvénients de sa profession nouvelle et à quel point elle ne pouvait plus voir ces trois gamins qui prétendaient faire la loi à sa place. Elle radotait, et se sentait vieille… Pour chasser toutes ces idées néfastes de sa jolie caboche, elle tira longuement sur sa cigarette et se dit qu’un petit verre ne lui ferait pas de mal. Seulement voilà ; où était-elle arrivée ?

Malgré ses nombreuses années de service à l’Académie, la jeune femme – à peine vingt-trois ans, s’il vous plaît ! – trouvait toujours que les jardins étaient bien trop grands et continuait de s’y perdre, régulièrement. Fatiguée et perdue dans d’importantes réflexions, ses pas l’avaient à présent menés devant une… fontaine, sans doute, mais elle n’était pas sûre, parce qu’il faisait sombre. Elle crut aussi apercevoir une silhouette allongée au bord de l’eau. Quelle heure était-il ? Elle ne savait pas exactement, mais s’il s’agissait d’un ou d’une élève, sûrement le couvre-feu avait-il déjà sonné. Voilà qui la re-motivait un peu ! Au moins les élèves, eux, l’écoutaient avec respect.

Elle s’approcha donc doucement de la silhouette, qui semblait d’ailleurs être une petite fille, c’était du joli, en primaire et déjà dehors à cette heure, si sa maman savait ça ! Alors que sa pensée suivait son cours, la petite fille murmura quelque chose qui stoppa tout net la progression de Kanha.

« Je veux ma maman… »

Replaçant d’une main molle sa masse de cheveux derrière son épaule, Mlle. Lispira s’accouda à l’arbre le plus proche et décida d’attendre. Elle aussi, à l’époque, elle avait voulu voir sa maman, mais on ne l’y avait pas autorisé. Mais elle n’était plus une petite fille, et elle n’avait pas à tolérer que l’on manque au règlement, quelles qu’en soient les raisons, c’était comme ça. Elle tira une dernière bouffée de tabac puis éteint sa cigarette, tandis que la petite fille se relevait. Elle prépara son effet, sortant lentement sa jambe nue de sa robe, sourire narquois sur les lèvres. Effet plus que réussi. En effet la petite de primaire se mit même à crier. Que les enfants sont émotifs - pensa Kanha.

« C’est qui… ? »

Et là, Kanha tiqua. Ça ne pouvait être qu'une plaisanterie, n'est-ce pas ? Elle était la nouvelle directrice de cette fichue Académie, comment pouvait-on encore lui demander qui elle était ?! La moutarde lui monta au nez, mais elle devait rester calme. Sans doute qu'une directrice digne de ce nom ne perdait pas son sang-froid comme ça !

« Des propositions ? Tu devrais pourtant me connaître… »

Elle s’approcha doucement de la petite fille, toujours souriante, et saisit son petit visage entre ses doigts glacés et qui empestaient le tabac. Elle était plutôt mignonne, les cheveux dorés et les yeux verts, toute petite. Mais elle se l’était promis, on ne touchait pas aux primaires, et rangea donc ses instincts primaires dans une grande poche noire…

« Mais dis-moi surtout, il est un peu tard pour traîner encore dans le parc… Tu es une très vilaine fille ! Qu’est-ce qu’ils diraient, tes parents ? »

Très contente d’elle-même, de ses répliques et sa classe incomparables, Kanha se ravisa alors. Finalement, c’était vraiment génial, d’être la directrice ; et elle oublia pour un instant encore les trois épines dans son pied, les liasses de papier et l’interdiction de fumer.


(HRP ; temps record de réponse ! apprécie-le à sa juste valeur /o/)
_________________


Kanhaïne is drug free ! Everyone lauves Kanhaïne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Au bord de l'eau [Kanha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Gakuen Alice RPG • :: Ecole Primaire :: 
Fontaine aux Voeux
-